Combattre l'exclusion

L'aide sociale en Belgique, en Norvège, aux Pays-Bas et en République tchèque

Les institutions ayant pour mission d'aider les personnes démunies sont un élément caractéristique de la vie sociale depuis des siècles. Aujourd'hui, les institutions d'aide sociale ont pour objectif d'intégrer et d'encourager ces personnes afin d'éliminer exclusion et stigmatisation. La pauvreté peut fortement éprouver le tissu social. Pourtant, éviter la misère aux personnes sans ressources tout en réduisant l'exclusion et la marginalisation n'est pas chose facile. Comment l'aide sociale peut-elle concilier au mieux ces objectifs et réduire au minimum les effets dissuasifs sur la recherche d'emploi rémunéré ? Que peut-on faire pour promouvoir autonomie et responsabilité individuelle ? Cet ouvrage compare les politiques d'aide sociale de quatre pays : la Belgique, la Norvège, les Pays-Bas et la République tchèque. Bien qu'à première vue ces pays semblent très différents, ils sont en fait confrontés aux mêmes dilemmes. Certes, l'action au niveau local est indispensable pour identifier et aider les exclus, mais le souci de l'équilibre entre deux exigences -- veiller à ce que des ressources suffisantes soient disponibles au niveau local tout en limitant les budgets de façon à assurer une utilisation efficiente des ressources -- est une préoccupation constante. Les gouvernements sont déterminés à lutter contre la pauvreté, mais des prestations trop élevées pourraient avoir un effet démobilisateur à l'égard du travail. La question de savoir si les bénéficiaires de prestations sont « prêts à occuper un emploi » ou s'il convient d'accroître l'aide sociale reste parfois sujette à controverse chez les divers organismes concernés. Aucun des quatre pays n'a encore trouvé de système qui permette d'éviter l'exclusion, mais tous sont parvenus à en limiter l'étendue grâce à des politiques novatrices.

French English