Technologie, productivité et création d'emplois

Politiques exemplaires Edition 1998

Le développement de connaissances nouvelles prend une importance grandissante avec l'émergence de l'économie fondée sur le savoir. L'impact de la technologie sur la croissance, l'emploi et le bien-être dépend largement de la manière dont elle est diffusée, assimilée et utilisée à travers l'ensemble de l'économie. Pour que le progrès technologique apporte non seulement des gains de productivité mais aussi davantage de croissance économique et des emplois nouveaux, il doit se produire dans des conditions permettant à la fois une restructuration du secteur industriel, la création et l'essor des petites entreprises, la croissance de nouveaux secteurs, le lancement de nouveaux produits et la mise en place de mécanismes assurant une amélioration effective des qualifications des travailleurs.

Ce rapport met en évidence le recul du soutien public à la recherche-développement (R-D), qui touche surtout la recherche fondamentale à long terme, et analyse le plafonnement de la R-D dans le secteur privé, dû au recul de la recherche fondamentale de caractère exploratoire et au recentrage des efforts privés sur des activités d'innovation davantage axées sur le marché et sur le court terme. Il cherche à déterminer comment les caractéristiques particulières des systèmes nationaux d'innovation influent sur les mécanismes d'innovation et de diffusion de la technologie et analyse les raisons d'être des politiques suivies dans ce domaine. L'un des défis majeurs posés aux responsables politiques est de coordonner les mesures prises de manière à donner des incitations cohérentes et crédibles aux entreprises et aux individus. En distinguant les politiques qui donnent de bons résultats de celles qui sont inefficaces, ce rapport identifie les « politiques exemplaires » adoptées dans un certain nombre de domaines : la gestion de la base scientifique ; le soutien financier aux efforts de R-D dans l'industrie ; les politiques visant les entreprises fondées sur des technologies nouvelles ; les politiques favorisant l'expansion d'une nouvelle demande ; les politiques concernant les entreprises à hautes performances et l'investissement immatériel.

En dépit de nombreuses initiatives, les pays de l'OCDE n'ont pas encore pleinement réussi à s'adapter aux caractéristiques et aux défis des économies fondées sur le savoir. Les politiques technologiques restent trop fragmentaires et prêtent trop peu d'attention aux liens existant au sein des systèmes nationaux d'innovation et aux réformes structurelles de portée plus large. Elles se focalisent trop sur l'étroit segment de haute technologie de l'économie et pas assez sur la nécessité de favoriser l'innovation et la diffusion de la technologie dans l'ensemble de l'économie. Il est possible d'accroître l'efficacité des politiques, notamment en ayant davantage recours à des instruments fondés sur le jeu du marché et en améliorant la qualité des évaluations. Ce rapport formule des recommandations sur les mesures que devraient prendre les différents pays de l'OCDE.

French English