1887

Études économiques de l'OCDE : Pologne 2008

image of Études économiques de l'OCDE : Pologne 2008

Ces deux dernières années, la Pologne a rattrapé son retard sur les autres pays de l’OCDE à un rythme plus soutenu, mais à court terme, les perspectives sont assombries par des pressions excessives sur la demande et la hausse de l’inflation. L’édition 2008 de l’étude périodique de l’OCDE consacrée à l’économie polonaise analyse les principaux défis auxquels le pays est confronté : politiques monétaire et budgétaire, réforme du système fiscal, pénurie de logements et nécessité d’améliorer rapidement les infrastructures de transport.

French English, Polish

.

Politiques monétaire et budgétaire

éviter la surchauffe

Les deux dernières années ont été marquées par une vive accélération de l’activité économique en Pologne. Dans le but de sauvegarder la viabilité de la croissance économique, la politique monétaire et la politique budgétaire ont toutes deux été resserrées en 2007. Cependant, malgré des perspectives internationales incertaines, il est manifeste que les politiques monétaire et budgétaire doivent encore être ajustées de manière à éviter une surchauffe de l’économie. Bien que la montée de l’inflation globale à un niveau largement supérieur à l’objectif de 2.5 % retenu par la banque centrale soit en grande partie imputable à des chocs externes, comme dans les autres pays, l’accentuation considérable de la pression des salaires pourrait assombrir les perspectives d’évolution de l’inflation. Si les autorités ne parvenaient pas à contenir les tensions inflationnistes, la crédibilité conquise de haute lutte par les autorités monétaires pourrait s’en ressentir et la réalisation de leur principal objectif, à savoir la stabilité des prix à moyen terme, risquerait d’être plus coûteuse. Reporter l’adoption des mesures nécessaires pourrait accroître les coûts futurs de cet ajustement en termes d’activité et d’emploi, et remettre en cause l’objectif ultime d’adhésion à la zone euro. La politique monétaire doit donc être durcie de manière à ramener l’économie sur une trajectoire de croissance durable et peu inflationniste, évolution qui serait facilitée par une nouvelle appréciation de la monnaie. Reste que la charge de la stabilisation de l’économie ne devrait pas reposer uniquement sur la politique monétaire. Une compression significative des dépenses publiques pourrait considérablement améliorer le dosage des composantes de la politique macroéconomique.

French English

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error