1887

Coopération pour le développement 2018

Agir ensemble pour n'oublier personne

image of Coopération pour le développement 2018

Lorsque les États membres des Nations Unies ont approuvé l’Agenda 2030 pour le développement durable en 2015, ils ont convenu que les objectifs et les cibles du développement durable devaient être atteints pour toutes les nations et tous les groupes de la société. Les gouvernements et les autres parties prenantes de l’agenda 2030 assument ainsi l'ambition de ne laisser personne de côté. Cette ambition apparaît de plus en plus souvent dans les politiques de développement, les priorités de la communauté internationale et les actions de plaidoyer de la société civile.

 

Comment garantir, dans les faits, que personne ne soit laissé de côté ? Les décideurs politiques, la société civile et les entreprises demandent plus de clarté. Concrètement, qu’est-ce que cela implique pour la conception et la mise en œuvre des politiques économiques, sociales et environnementales ? Comment adapter les politiques de coopération au développement, la programmation et les mécanismes de responsabilisation ? Qu'est-ce que les gouvernements, les partenaires au développement et la communauté internationale devraient faire différemment pour que la poursuite des objectifs de développement durable améliore la vie de tous, et en premier lieu celle des plus défavorisés ?

 

Le Rapport Coopération pour le développement 2018 : Agir ensemble pour n’oublier personne répond à ces questions et à bien d'autres. Il s’appuie sur les données les plus récentes pour montrer ce qu‘être « laissé de côté » veut dire. Tout en adoptant un large éventail de perspectives, l’ouvrage tire les leçons des politiques publiques, des pratiques et des partenariats qui fonctionnent le mieux. Il propose un cadre d’action holistique et innovant pour garantir que les politiques et les outils de coopération au développement soient à la hauteur de l’enjeu : n’oublier personne.

French English

.

Placer les derniers devant ? La société civile et l’engagement de ne laisser personne de côté

Les organisations de la société civile jouent déjà un rôle central pour déterminer quels sont les groupes qui sont laissés de côté, lancer des programmes afin de leur venir en aide, combler les déficits de données et défendre des groupes qui seraient sinon invisibles ou inaudibles. Ce chapitre prend acte de ce que la société civile joue un rôle nécessaire dans l’effort déployé pour ne laisser personne de côté et présente un programme d’action de nature à faciliter l’exercice de ce rôle. Il recense les obstacles qui empêchent la société civile de réaliser son potentiel de soutien et de défense des populations marginalisées – obstacles parmi lesquels figurent les restrictions de l’espace civique et l’inefficacité des structures de financement. Il examine également comment les gouvernements, les donneurs et la société civile elle-même peuvent créer un environnement favorable où chacun ait voix au chapitre et personne ne soit laissé de côté.Ce chapitre présente également le point de vue collectif de Kumi Naidoo, président fondateur du mouvement Africans Rising for Justice, Peace and Dignity, et Coumba Toure et Muhammed Lamin Saidykhan, co-coordinateurs du mouvement, concernant la contribution des organisations de la société civile africaines à l’objectif de ne laisser personne de côté.

French English

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error