7. Qualité de l’environnement

Les particules fines ou PM2.5 sont des polluants atmosphériques qui peuvent provoquer chez les personnes qui les inhalent de graves problèmes de santé, notamment des maladies respiratoires et cardiovasculaires. Dans les pays de l’OCDE, près de deux tiers des habitants (63 %) sont exposés à des concentrations supérieures au seuil de 10 microgrammes par mètre cube, au-delà duquel la pollution de l’air par les PM2.5 représente un danger pour la santé humaine selon l’OMS (Graphique 7.2). L’exposition annuelle moyenne à des concentrations supérieures au seuil concerne moins d’un pour cent des habitants au Canada, en Estonie, en Finlande et en Nouvelle-Zélande, mais la totalité (ou quasi-totalité) de la population est exposée à des concentrations dangereuses de polluants atmosphériques en Corée, en Grèce, en Hongrie, en Israël, au Mexique, aux Pays-Bas, en Pologne, en République slovaque, en République tchèque et en Slovénie, de même qu’au Costa Rica et en Afrique du Sud parmi les pays partenaires de l’OCDE.

Entre 2005 et 2017, tous pays de l’OCDE confondus, le pourcentage de la population exposée à des concentrations de PM2.5 supérieures à 10 microgrammes/m3 a diminué de 12 points (Graphique 7.2). Les améliorations les plus marquées ont été observées en Irlande, aux États-Unis, au Portugal et en Suisse, où cette proportion a baissé de 40 points de pourcentage ou plus. Il n’y a pas eu d’amélioration en Corée, en Grèce, en Hongrie, en Israël, au Mexique, aux Pays-Bas, en Pologne, en République slovaque, en République tchèque ou en Slovénie, où tous (ou presque tous) les habitants continuent d’être exposés à des niveaux de PM2.5 de plus de 10 microgrammes/m3. Le constat est le même pour le Costa Rica et l’Afrique du Sud.

Le recours à plusieurs seuils permet de mieux apprécier la gravité de la pollution de l’air (Graphique 7.3) et donne une image plus nuancée. Par exemple, on constate que dans certains pays où une très forte proportion de la population est exposée à des concentrations de plus de 10 et 15 microgrammes/m3 (Hongrie, Slovénie, République slovaque…), aucun habitant ou presque ne subit des concentrations de plus de 20 microgrammes/m3. Au Chili et en Corée, en revanche, plus de 40 % de la population est confrontée au seuil d’exposition le plus nocif.

En Europe, 93 % en moyenne des habitants des zones urbaines vivent à 10 minutes de marche ou moins d’un parc public, d’une forêt ou d’un autre espace vert récréatif (Graphique 7.4). En Autriche, en Finlande, au Luxembourg et en Suède, cette proportion dépasse 98 %, tandis qu’en Islande, elle est de seulement deux tiers.

En matière de qualité de l’environnement, il reste difficile de mesurer les inégalités horizontales telles que les écarts entre hommes et femmes ou en fonction de l’âge et du niveau d’études. Cependant, on dispose d’informations sur l’exposition à la pollution de l’air au niveau régional (infranational), qui révèlent de fortes disparités à l’intérieur des pays. Ainsi, en Australie, au Chili, au Danemark, en Espagne, en Islande, au Japon et en Suisse, la part de la population exposée à des concentrations dangereuses de PM2.5 varie entre moins de 1 % dans la région la moins polluée et 100 % dans la plus polluée. Parmi les pays partenaires, c’est aussi le cas au Brésil et dans la Fédération de Russie (Graphique 7.5).

Références

[3] Balestra, C. et Dottori. Davide (2012), « Aging society, health and the environment », Journal of Population Economics, vol. 25/3.

[4] Bureau régional de l’OMS pour l’Europe (2016), Urban green spaces and health - A review of evidence, http://euro.who.int/__data/assets/pdf_file/0005/321971/Urban-green-spaces-and-health-review-evidence.pdf?ua=1 (consulté le 18 juillet 2019).

[8] Dijkstra, L. et H. Poelman (2012), « Cities in Europe, the new OECD-EC definition », Politique régionale et urbaine, Commission européenne, https://ec.europa.eu/regional_policy/sources/docgener/focus/2012_01_city.pdf (consulté le 9 septembre 2019).

[5] Engemann, K. et al. (2019), « Residential green space in childhood is associated with lower risk of psychiatric disorders from adolescence into adulthood », Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, vol. 116/11, pp. 5188-5193, http://dx.doi.org/10.1073/pnas.1807504116.

[7] Mackie, A., I. Haščič et M. Cárdenas Rodríguez (2016), « Population Exposure to Fine Particles: Methodology and Results for OECD and G20 Countries », OECD Green Growth Papers, n° 2016/02, Éditions OCDE, Paris, https://doi.org/10.1787/5jlsqs8g1t9r-en (consulté le 18 juillet 2019).

[6] OMS (2006), Lignes directrices OMS relatives à la qualité de l’air : particules, ozone, dioxyde d’azote et dioxyde de soufre, https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/69476/WHO_SDE_PHE_OEH_06.02_fre.pdf?sequence=1&isAllowed=y (consulté le 18 juillet 2019).

[1] Poelman, H. (2018), « A walk to the park? Assessing access to green areas in Europe’s cities, update using completed Copernicus urban atlas data », n° 01/2018, Commission européenne, Politique régionale et urbaine, https://ec.europa.eu/regional_policy/sources/docgener/work/2018_01_green_urban_area.pdf (consulté le 18 juillet 2019).

[9] Poelman, H. (2016), « A walk to the park? Assessing access to green areas in Europe’s cities », n° 01/2016, Commission européenne, Politique régionale et urbaine, https://ec.europa.eu/regional_policy/sources/docgener/work/2016_03_green_urban_area.pdf (consulté le 18 juillet 2019).

[2] Shaddick, G. et al. (2018), « Data Integration for the Assessment of Population Exposure to Ambient Air Pollution for Global Burden of Disease Assessment », Environmental Science & Technology, vol. 52/16, pp. 9069-9078, http://dx.doi.org/10.1021/acs.est.8b02864.

[10] Stiglitz, J., A. Sen et J. Fitoussi (2009), Rapport de la Commission sur la mesure des performances économiques et du progrès social, https://www.vie-publique.fr/sites/default/files/rapport/pdf/094000427.pdf (consulté le 18 juillet 2019).

Mentions légales et droits

Ce document, ainsi que les données et cartes qu’il peut comprendre, sont sans préjudice du statut de tout territoire, de la souveraineté s’exerçant sur ce dernier, du tracé des frontières et limites internationales, et du nom de tout territoire, ville ou région. Des extraits de publications sont susceptibles de faire l'objet d'avertissements supplémentaires, qui sont inclus dans la version complète de la publication, disponible sous le lien fourni à cet effet.

© OCDE 2020

L’utilisation de ce contenu, qu’il soit numérique ou imprimé, est régie par les conditions d’utilisation suivantes : http://www.oecd.org/fr/conditionsdutilisation.