1887

Villes, compétitivité et mondialisation

image of Villes, compétitivité et mondialisation
Les zones urbaines représentent une grande partie de l'économie nationale. Elles affichent un PIB par habitant ainsi que des niveaux de productivité plus élevés que la moyenne nationale. Mais elles souffrent aussi de vastes poches de chômage et de pauvreté et doivent faire face aux phénomènes de congestion, pollution, ou insécurité. Le rapport examine comment les responsables de l'action publique sont amenés à repenser leurs stratégies et leurs politiques afin de permettre à ces « moteurs » de continuer de fonctionner de manière plus harmonieuse.

L’ouvrage synthétise les résultats des examens métropolitains de l’OCDE. S’appuyant sur une base de données internationale sans équivalent de 78 régions métropoles, il donne des indications sur les performances des grandes villes dans leur contexte national. Le rapport aborde aussi des dilemmes cruciaux tels que cohésion sociale et compétitivité, relations entre niveaux de gouvernement et finances urbaines.    

French English

.

Compétitivité, viabilité et vision stratégique

Les régions métropolitaines sont incontestablement des acteurs importants des économies nationales, bien qu’elles ne soient pas toujours synonymes de richesse. La dimension des villes entre globalement dans une relation positive avec le revenu. Les capitales, en raison de leur éventail propre d’activités et de secteurs, occupent le devant de la scène. Grâce à leur capacité à attirer la main-d’oeuvre et les entreprises d’autres régions de leur pays et même d’autres pays, les régions métropolitaines jouissent d’un PIB par habitant supérieur à la moyenne nationale (c’est le cas de 66 des 78 régions métropolitaines). La plupart des régions métropolitaines bénéficient aussi d’une productivité de la main-d’oeuvre supérieure à la moyenne nationale (65 régions métropolitaines sur 78). Ces régions ont généralement aussi une structure démographique plus favorable que leur moyenne nationale, et des taux de dépendance des personnes âgées moins élevés. Elles ont tendance à enregistrer des taux de croissance meilleurs que ceux du pays, ce qui n’est pas surprenant. Pourtant, leur performance globale a des limites. En premier lieu, il y a des exceptions importantes au groupe des régions métropolitaines dont les performances dépassent la moyenne nationale. Parmi ces exceptions figurent des régions manifestement affectées par des « disfonctionnements ». De plus, les écarts de production, de productivité et d’emploi par rapport aux moyennes nationales ne sont pas si importants que ce que l’on aurait pu penser. Au-delà d’un certain seuil (environ 7 millions d’habitants), la relation entre la dimension de la ville et le revenu devient négative, probablement en raison des coûts d’encombrement et autres types de déséconomies d’agglomération. Enfin, la bonne performance économique, en général, des régions métropolitaines et des régions urbanisées a souvent un coût : le chômage, les inégalités et divers indicateurs d’absence de cohésion sociale (tel le taux de délinquance) ont tendance à être plus élevés.

French English

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error