Examens territoriaux de l'OCDE : Corée 2001

La société coréenne de l’après-guerre a été marquée par de profonds changements et une croissance économique rapide. Sa population a triplé, ce qui a engendré d’importantes transformations territoriales. Malgré les efforts déployés pour parvenir à une croissance régionale équilibrée, la Corée se distingue toujours par une polarisation géographique importante. La région de la capitale a un poids économique considérable : elle abrite plus de 45 % de la population nationale et produit près de la moitié de son PIB. Au cours des dix dernières années, les responsables des politiques publiques ont développé une perspective spatiale globale. Ils ont mis en place des politiques visant à mieux gérer l’utilisation des sols, les infrastructures ainsi que les problèmes des régions défavorisées, et ils ont profondément restructuré la gouvernance territoriale. Toutefois, une intervention plus poussée permettrait d’exploiter pleinement les efforts en cours. La coordination intersectorielle est faible et il semble qu’une meilleure adéquation entre la vision spatiale globale et le soutien financier aux projets publics spécifiques s’impose. La gouvernance territoriale demeure centralisée, de sorte que les limites de l’autonomie locale risquent de constituer un obstacle à l’innovation régionale orientée vers une croissance économique durable. L’accent mis sur les grandes entreprises risque d’empêcher la valorisation de la contribution considérable des PME au développement régional. L’Examen territorial de la Corée s’inscrit dans un programme plus vaste d’Examens territoriaux, aux niveaux national et régional, menés par le Comité des Politiques de Développement Territorial de l’OCDE. L’objectif général des Examens territoriaux est de fournir des recommandations pratiques aux gouvernements.

French English