1887

Concurrence et interactions entre aéroports, services de transports aériens et ferroviaires

image of Concurrence et interactions entre aéroports, services de transports aériens et ferroviaires
Comment réglementer les aéroports de façon à limiter leur pouvoir de marché ? Ce rapport part du principe que la question préalable à se poser est de savoir s’il est indiqué de réglementer. La réglementation étant imparfaite et coûteuse, les pouvoirs publics devraient chaque fois que c’est possible établir les conditions propices au développement de la concurrence entre aéroports en lieu et place d’une réglementation détaillée.

Lorsque la réglementation économique se justifie, par exemple pour des aéroports très encombrés, le rapport examine les différentes approches réglementaires possibles pour déterminer celle qui est, en définitive, la plus adaptée. Il évalue aussi les stratégies de gestion des émissions de gaz à effet de serre. En intégrant l’aviation aux systèmes ouverts d’échange de droits d’émission, on pourrait réduire efficacement les émissions, mais on ne saurait en attendre des réductions importantes des émissions de CO2 dans le transport aérien proprement dit.

Enfin, le rapport recense les conditions économiques dans lesquelles le train à grande vitesse peut devenir un substitut concurrentiel de l’avion. Cependant il conclut que le rail offre seulement des possibilités limitées en matière de réduction des ; émissions de gaz à effet de serre sur la partie correspondante du marché des transports.

French English

.

Aéroports et concurrence

Perspective britannique

International Transport Forum

La présente étude s’appesantit sur les aéroports britanniques en leur qualité d’entreprise commerciale dans le but de montrer qu’une vraie concurrence peut s’exercer entre des aéroports et qu’un secteur aéroportuaire concurrentiel peut être financièrement viable. Au Royaume-Uni, la viabilité est réelle à tous les niveaux de production et démontre ainsi que contrairement à ce que d’aucuns affirment, des coûts fixes élevés ne font pas vraiment obstacle à la rentabilité, surtout pour les aéroports à faible trafic. Cette branche d’activité viable appartient pour sa plus grande part au secteur privé et s’est développée sans devoir se conformer à un quelconque plan stratégique. Elle tire sa dynamique de la concurrence et doit aussi à sa relation symbiotique avec les compagnies aériennes de pouvoir donner l’exemple d’une réussite économique qui a contribué à la croissance économique soutenue du secteur britannique des services.

French English

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error