1887

Concurrence entre les ports et les liaisons terrestres avec l'arrière-pays

image of Concurrence entre les ports et les liaisons terrestres avec l'arrière-pays
Cette publication de la série Tables Rondes examine les défis stratégiques et réglementaires que pose l’évolution rapide de l’environnement portuaire. L’innovation technologique et organisationnelle, ainsi qu’une très forte expansion des échanges, ont en effet radicalement transformé le secteur portuaire au cours des dernières décennies. Bien que les ports desservent aujourd’hui des arrière-pays qui s’étendent profondément à l’intérieur des continents, la concurrence interportuaire ne cesse de s’intensifier, affaiblissant le pouvoir de négociation des ports dans la chaîne logistique. L’accroissement du débit portuaire se heurte à une résistance de plus en plus forte des collectivités locales en raison de la pollution et de la congestion qu’il entraîne. La réglementation locale est justifiée, mais sa mise en œuvre est compliquée par la répartition du pouvoir de négociation entre les parties prenantes. Des autorités d’un niveau plus élevé seraient en mesure de formuler des politiques plus efficaces.

French English

.

Assurer l'accès à l'arrière-pays portuaire

Le rôle des autorités portuaires

International Transport Forum

Le propos développé dans le présent article est que les autorités portuaires peuvent contribuer activement à améliorer l’accès à l’arrière-pays. Nous examinons différentes formes que peut prendre le rôle des autorités portuaires à cet égard, ainsi que les raisons sous-jacentes. Notre analyse est d’ordre exploratoire et se veut un prélude à un débat plus poussé. Elle porte sur les autorités portuaires propriétaires ayant des objectifs publics, qui ont gagné en autonomie et prennent désormais l’initiative concernant l’expansion et le réaménagement de l’infrastructure portuaire. Les activités des autorités portuaires peuvent être regroupées en quatre grandes catégories : gestion du trafic, gestion des relations clients, gestion de la zone portuaire et gestion des relations avec les parties prenantes. Les autorités portuaires ont jusqu’à présent exercé leurs activités en qualité de propriétaire, mais elles élargissent de plus en plus leur champ d’action au-delà de ce cadre. Le principal argument invoqué en faveur d’une plus grande participation des autorités portuaires est le fait que la coordination au sein des pôles portuaires et des chaînes de transport ne va pas toujours de soi, et ce pour diverses raisons. Or, une coordination plus étroite permet d’améliorer l’efficacité des chaînes logistiques et la compétitivité des ports. Les autorités portuaires ont donc intérêt à investir dans la coordination au sein des pôles portuaires et des chaînes logistiques. Un engagement accru des autorités portuaires revêt une importance particulière en ce qui concerne les transports dans l’arrière-pays, car c’est là que se forment de plus en plus les principaux goulets d’étranglement dans les chaînes internationales de transport de porte à porte. Les autorités portuaires peuvent contribuer à améliorer l’accès à l’arrière-pays en investissant dans les infrastructures et les terminaux à l’intérieur de la zone portuaire, mais peut-être également à l’extérieur. Elles peuvent aussi définir des règles d’accès aux infrastructures, investir dans un système de « communauté portuaire », fixer les conditions des concessions d’exploitation de terminaux et, enfin, veiller à ce qu’il existe une concurrence suffisante entre les entreprises de tous les maillons de la chaîne logistique. Ces activités ne s’imposent certainement pas dans tous les ports, mais elles peuvent ouvrir des perspectives stimulantes pour les autorités portuaires qui envisagent de jouer un rôle plus actif en vue d’améliorer l’accès à l’arrière-pays.

French English

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error