1887

Relations entre l'investissement direct étranger, les échanges et la politique commerciale

Analyse économique appliquée au secteur alimentaire des pays de l'OCDE et études de cas au Ghana, au Mozambique, en Ouganda et en Tunisie

À travers une analyse empirique et des études de cas, ce document examine la relation entre l'investissement direct étranger (IDE), les échanges et les politiques liées au commerce dans les pays de l'OCDE et dans quatre pays d'Afrique (Ghana, Mozambique, Tunisie et Ouganda). Dans les pays de l'OCDE, les droits de douane et les mesures de soutien du marché peuvent avoir des retombées importantes sur la répartition géographique de l?IDE. L?IDE peut aussi constituer un moyen d?éviter ou de contourner les droits de douane. Les entreprises d'un pays peuvent également investir dans un autre pays pour profiter des préférences tarifaires dont ce deuxième pays bénéficie auprès d?un troisième pays. La participation à un accord régional de libre-échange ou à une union douanière, comme l'ALENA ou l'UE, ouvre généralement des possibilités d'investissement. Les mesures de soutien des prix du marché agricole peuvent encourager l'investissement sortant et décourager l'investissement entrant. Globalement, l'IDE et les échanges semblent se compléter l'un l'autre. Les quatre études de cas effectuées en Afrique mettent en évidence les interactions entre la réglementation, l'investissement étranger et les échanges. L'IDE peut par exemple aider les entreprises à se donner les moyens de satisfaire aux normes des marchés des pays de l'OCDE. La mise en place d'organismes de promotion des investissements et la création de zones franches pour l'industrie d'exportation semblent constituer des phases préparatoires qui apprennent aux pays à attirer l'IDE. Les accords commerciaux préférentiels, tels que l'initiative « Tout sauf les armes » de l'UE ou l'African Growth Opportunity Act des États-Unis, peuvent avoir un impact sur les échanges et l'investissement. Outre les politiques commerciales, divers politiques et facteurs influent largement sur la localisation et la répartition de l'IDE. Comme le montre l'expérience des pays de l'OCDE, les facteurs tels que le PIB d’un pays (autrement dit la taille de son marché) joue à cet égard un rôle important, de même que les coûts de production et de transport. Une autre considération qui entre en ligne de compte est l'intensité de la concurrence sur le marché visé. Dans les quatre pays d'Afrique étudiés, le risque pays et le niveau d'infrastructure peuvent influer sur le volume d'IDE attiré.

French English

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error