1887

Les impôts sur les salaires 2008

image of Les impôts sur les salaires 2008
Les impôts sur les salaires fournissent des données sans équivalent sur l’impôt sur le revenu versé par les salariés et sur les cotisations de sécurité sociale s’appliquant aux salariés et aux employeurs dans les pays de l'OCDE. Cette publication annuelle précise également quelles prestations sont payées en espèces aux familles. Les montants des impôts et des prestations y sont détaillés pour huit types de ménages représentatifs dont la composition et le niveau du salaire diffèrent. Les résultats mettent aussi en évidence la pression fiscale moyenne et marginale qui s'exerce sur les ménages disposant d'un ou de deux salaires, ainsi que les coûts de main-d'oeuvre pour les employeurs. Les données sur la pression fiscale et les prestations familiales présentées dans cette publication sont largement utilisées pour la recherche universitaire, comme pour la préparation et l'évaluation des politiques économiques et sociales. Les impôts sur les salaires 2008 inclut une étude spéciale intitulée « Les impôts sur la consommation, charge additionnelle sur les revenus du travail ».

French English

.

Informations détaillées par pays, pour 2008

Cette partie de la publication contient les informations détaillées par pays pour 2008 sur lesquelles repose l’analyse comparative. Pour chaque pays, un tableau des résultats détaillés est suivi d’une description du système d’impôt et de transferts sociaux.

Les trente tableaux par pays qui figurent dans cette partie du rapport sont présentés de la même manière. La Les trente tableaux par pays qui figurent dans cette partie du rapport sont présentés de la même manière. La partie gauche de chaque tableau précise la situation au regard de l’impôt et des transferts sociaux des célibataires dans quatre cas, qui diffèrent selon le niveau de revenu et la présence éventuelle d’enfants (0/2). La partie droite du tableau précise la situation au regard de l’impôt et des transferts sociaux des couples mariés, en distinguant là encore quatre cas, qui diffèrent à présent selon le niveau de revenu, la présence ou l’absence d’enfants (0/2) et le nombre d’apporteurs de revenu (un ou deux).

Tous les tableaux commencent par les salaires bruts (ligne 1) et en déduisent le revenu imposable au titre de Tous les tableaux commencent par les salaires bruts (ligne 1) et en déduisent le revenu imposable au titre de l’impôt sur le revenu des personnes physiques perçu par l’administration centrale (ligne 4) compte tenu d’un certain nombre d’abattements fiscaux forfaitaires (ligne 2) et de transferts en espèces imposables (ligne 3). Le revenu imposable permet de déterminer l’impôt sur le revenu versé à l’administration centrale (ligne 7), en prenant en compte les réductions sous forme de crédits d’impôt (ligne 6). Le montant total des versements aux administrations publiques (ligne 10) inclut également les impôts sur le revenu versés aux administrations infranationales (ligne 8) et les cotisations obligatoires de sécurité sociale (ligne 9). Le revenu net disponible (ligne 12) est déterminé en déduisant du salaire brut l’ensemble des versements effectués aux administrations publiques et en y ajoutant les prestations en espèces de caractère général reçus des administrations publiques (ligne 11).

La ligne 13 indique les cotisations patronales de sécurité sociale obligatoires (y compris les taxes sur les salaires). Les taux moyens d’imposition suivants (ligne 14) sont ensuite calculés :

 • la part de l’impôt sur le revenu dans le salaire brut ;

 • la part de l’impôt sur le revenu dans le salaire brut ;

 • la part des cotisations salariales de sécurité sociale dans le salaire brut ;

 • la part de l’impôt sur le revenu et des cotisations salariales de sécurité sociale, diminués des prestations, dans le salaire brut ; et

 • la part de l’impôt sur le revenu et de l’ensemble des cotisations de sécurité sociale, diminués des prestations, dans les coûts bruts de main-d’oeuvre. Les taux marginaux d’imposition (ligne 15) sont exprimés de même sous la forme suivante :

 • l’augmentation de l’impôt sur le revenu et des cotisations de sécurité sociale moins les avantages des salariés en pourcentage de l’augmentation correspondante du salaire brut (pour le titulaire du revenu principal et pour son conjoint) ; et

 • l’augmentation des impôts et des cotisations dues moins les avantages en pourcentage de l’augmentation correspondante des coûts bruts de main-d’oeuvre (à la fois pour le titulaire du revenu principal et pour son conjoint). 

French English

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error