1887

Panorama de la société 2006

Les indicateurs sociaux de l'OCDE

image of Panorama de la société 2006
Bilan publié tous les deux ans, rassemblant les indicateurs sociaux des pays de l’OCDE. Cette publication unique en son genre a désormais le même format que la publication annuelle Panorama des statistiques. Les 40 indicateurs sont présentés sur deux pages. La page de gauche comporte une définition détaillée des indicateurs, des commentaires sur  la comparabilité des données tandis que la page de droite fait apparaître des tableaux et graphiques qui illustrent sous forme synthétique les enseignements à tirer des données. Cette édition inclut des indicateurs de contexte tels que le revenu par habitant, des indicateurs d’autonomie comme  le revenus des mères qui travaillent, des indicateurs d’équité comme les inégalités des revenus entre les hommes et les femmes ; les indicateurs de santé comme l’absentéisme pour raison de santé ; les indicateurs de cohésion sociale, à savoir la confiance dans les institutions politiques. Un lien dynamique (StatLink) dirige le lecteur, pour chaque tableau, vers une page web où les données correspondantes sont disponibles en format Excel®.

French English, German

.

Dépenses sociales totales

Pour avoir une vue complète du montant total des ressources que chaque pays de l’OCDE consacre au soutien social, il y a lieu de tenir compte des dépenses aussi bien publiques que privées et de la mesure dans laquelle le régime fiscal influe sur le niveau effectif de protection assurée. Pour évaluer l’incidence de la fiscalité sur les dépenses sociales brutes (avant impôts), il faut prendre en compte ce que l’État « récupère » sur les transferts sociaux par le biais de la fiscalité directe sur le revenu tiré des prestations et de la fiscalité indirecte sur les biens et services consommés par les prestataires. L’État peut aussi poursuivre des objectifs sociaux en accordant des avantages fiscaux à caractère social (abattement pour enfants à charge par exemple). Du point de vue de la collectivité, les dépenses sociales « nettes » (c’est-à-dire après impôts), à la fois publiques et privées, sont un meilleur indicateur des ressources affectées à la poursuite d’objectifs sociaux. Du point de vue des individus, les « dépenses sociales nettes » reflètent la part de la production intérieure qui revient aux bénéficiaires des prestations.

French English

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error