Afrique du Sud

Place du tourisme dans l’économie

Le tourisme est un secteur en progression, qui devrait à l’avenir largement contribuer à la croissance économique de l’Afrique du Sud. En 2016, la part du PIB directement liée au tourisme a été estimée à 127.9 milliards ZAR (soit +7.8 %), ce qui représente environ 3 % du PIB. Le tourisme contribue également à l’emploi de manière significative, 711 746 emplois (+4.7 %) relevant directement de ce secteur en 2015, soit 4,5 % de l’emploi total.

Au total, 10 millions d’arrivées internationales avec nuitée(s) ont été enregistrées en 2016, soit une augmentation de 12.8 % par rapport à 2015. Les trois premiers marchés émetteurs ont été le Zimbabwe, le Lesotho et le Mozambique, qui ont à eux trois représenté plus de la moitié des arrivées internationales avec nuitée(s) (50.3 %).

Sur le marché interne, 24.3 millions de visiteurs passant plus de 24  heures sur place ont été recensés en 2016 (soit -0.7 %), totalisant 103.4 millions de nuitées toutes formes d’hébergement confondues (soit +0.9 %) et générant 26.5 milliards ZAR de recettes de voyages internes (+12.3 % par rapport à 2015).

Gouvernance et financement du tourisme

Le ministère du Tourisme est chargé du portefeuille du tourisme depuis sa création en 2009. C’est à lui qu’il revient d’élaborer les politiques et stratégies du secteur de manière appropriée, en collaboration étroite avec les parties prenantes du secteur public et privé. Il supervise également le South African Tourism (SAT), autorité publique responsable de la commercialisation de la destination Afrique du Sud dans le pays et à l’étranger.

Au niveau provincial, un Member of the Executive Council (MEC – Membre du conseil exécutif) dans chacune des neuf provinces d’Afrique du Sud est responsable du tourisme. Chaque province est également dotée d’un office provincial du tourisme, qui complète les activités du SAT.

La coordination horizontale est assurée par le National Tourism Stakeholder Forum du ministère du Tourisme, composé de représentants de ministères et d’institutions clés en rapport avec le tourisme, notamment le Statistics South Africa, l’Airline Association of Southern Africa et le Tourism Business Council of South Africa. D’autres arrangements bilatéraux existent avec d’autres ministères, notamment avec les ministères de l’Intérieur et des Transports, dans le cadre desquels des fonctionnaires spécialisés dans le tourisme travaillent pour des forums politiques clés organisés par les ministères afin de garantir que les effets de toute proposition politique sur le tourisme sont pris en compte dès le stade de leur élaboration.

Le budget du Department of Tourism pour l’exercice 2017-18 s’élève à 2.1 milliards ZAR, dont 53 % (soit 977 millions ZAR) sont affectés au SAT. Le milliard restant est réparti entre diverses incitations touristiques, un vaste programme de travaux publics (avec développement des compétences), le développement des destinations, l’essor des entreprises et différents services d’accueil des visiteurs.

Le budget du SAT a pour objectif d’augmenter la part de marché du pays à l’échelle mondiale et d’accroître le marché interne du tourisme de manière à promouvoir une croissance inclusive.

Afrique du Sud : Organigramme des organismes de tourisme
picture

Source : OCDE, d’après le ministère du Tourisme, 2018.

Politiques et programmes liés au tourisme

La loi sur le tourisme de 2014 fournit un cadre juridique global au sein duquel développer le tourisme et la croissance. Le principal document cadre guidant l’action du secteur public et privé depuis 2011 est la National Tourism Sector Strategy (NTSS – Stratégie nationale pour le secteur du tourisme).

Un projet de révision de la NTSS est actuellement en consultation publique ; il sera ensuite traité par les pouvoirs publics avant d’être approuvé par le gouvernement. L’objectif de cette révision est de répondre aux évolutions de l’environnement national et international et de rester en phase avec les tendances mondiales, notamment les évolutions démographiques du marché touristique et les modifications des besoins des consommateurs qui en découlent. La nouvelle NTSS envisage une économie sud-africaine du tourisme qui se développe rapidement en s’appuyant sur les avantages compétitifs du pays en termes de nature, de culture et de patrimoine, soutenue par des produits innovants et d’excellents services. L’objectif est d’attirer 5 millions de touristes supplémentaires en Afrique du Sud ces cinq prochaines années.

Cinq piliers stratégiques ont été identifiés à l’appui des travaux futurs relatifs au marché touristique national et international :

  • commercialisation efficace ;

  • facilitation de l’accès ;

  • consolidation de l’expérience vécue par le visiteur ;

  • amélioration des pratiques de gestion des destinations ;

  • prise en compte de l’inclusivité dans toutes les opérations touristiques.

Une fois la NTSS révisée approuvée, les piliers viendront étayer la planification collaborative et la mise en œuvre des actions prioritaires convenues par les parties prenantes du secteur.

Le développement d’un système de gestion des destinations visant à augmenter la compétitivité du pays est désormais au centre des préoccupations. Parmi les initiatives, on compte le développement, la maintenance et l’amélioration des infrastructures et la diversification des produits, expériences et circuits touristiques. L’accent sera mis sur la coordination du portefeuille d’investissements touristiques et sur les projets prioritaires afin de progresser dans la mise en place et l’amélioration d’infrastructures touristiques soutenant la croissance actuelle et future du secteur. Les opportunités d’investissement ciblé nationales et étrangères, dont les zones prioritaires pour le développement de produits touristiques, sont en cours de coordination. Il est crucial d’investir dans le développement de produits touristiques pour renforcer la compétitivité des destinations et répondre aux besoins des visiteurs internes et internationaux.

Le Department of Tourism élabore en outre un cadre pour le développement de zones mettant l’accent sur les townships et le tourisme rural. Ce cadre sera mis en place avec un projet pilote dans un township, puis reproduit dans d’autres townships et zones rurales viables à travers le pays.

Après le lancement du Tourism Incentive Programme (Programme d’incitations touristiques) pour l’exercice budgétaire 2015/16, la mise en œuvre reste centrée sur les domaines clés d’intervention, à savoir :

  • l’accès au marché : aider les petites entreprises à accéder au marché local et au marché international grâce à une exposition ciblée ;

  • l’évaluation du tourisme : encourager les petits établissements à participer au système d’évaluation national et ainsi améliorer leur capacité à proposer des services de qualité compétitifs ;

  • l’efficacité énergétique : soutenir les initiatives en faveur de l’efficacité énergétique ;

  • l’accessibilité universelle : promouvoir l’accessibilité universelle dans le tourisme.

Profil statistique

Tableau 1. Afrique du Sud : Tourisme interne, récepteur et émetteur

picture

 StatLink http://dx.doi.org/10.1787/888933716842

Tableau 2. Afrique du Sud : Entreprises et emploi dans le tourisme

picture

 StatLink http://dx.doi.org/10.1787/888933716861

Tableau 3. Afrique du Sud : Consommation du tourisme interne
Millions ZAR

picture

 StatLink http://dx.doi.org/10.1787/888933716880