Pérou

Place du tourisme dans l’économie

Le tourisme est l’une des principales activités économiques du Pérou. Moteur reconnu du développement économique, social et environnemental, il est la troisième source de recettes en devises après l’extraction minière et l’agriculture, et la principale source d’exportation de services.

La part du PIB relevant du tourisme au Pérou s’élève à 3.9 %, et même 6.9 % si l’on compte le tourisme interne. En 2016, le tourisme représentait, directement et indirectement, plus de 1.3 millions emplois.

Les arrivées internationales au Pérou ont fait l’objet d’une augmentation constante et significative tout au long de la décennie précédant 2016, année où leur nombre a atteint 3.7 millions.

Le Chili est le premier marché émetteur, avec plus de 25 % des visiteurs internationaux. Les États-Unis forment le deuxième marché, suivis de l’Équateur. De nombreux visiteurs asiatiques proviennent du Japon.

Le tourisme interne a généré plus de 42 millions de voyages entre les villes et les régions du Pérou en 2016. La durée moyenne d’un voyage d’agrément interne est de cinq nuits, pour une dépense moyenne de 466 USD.

Gouvernance et financement du tourisme

Le ministère du Commerce extérieur et du Tourisme (MINCETUR) est l’autorité responsable du secteur et définit, dirige, exécute, coordonne et supervise le commerce extérieur et la politique touristique du pays, en accord avec la politique générale nationale.

Ce ministère possède deux vice-ministères, l’un d’eux étant le vice-ministère du Tourisme, doté de cinq directions. L’une d’elles est la Direction des politiques de développement du tourisme, qui est l’organe responsable de la mise en œuvre des politiques, notamment le contrôle du respect des normes et l’élaboration d’actions concernant la qualité des services touristiques, la gestion environnementale du secteur, la facilitation des voyages, la protection des touristes et la sensibilisation au tourisme dans le pays. Les autres directions sont consacrées à la stratégie, à la recherche, à l’artisanat et aux casinos et jeux.

En outre, il existe deux organes consultatifs spécialisés comprenant six à douze membres, à savoir le Comité consultatif du tourisme et le Conseil national pour le développement de l’artisanat (CONAFAR).

Dans tous les secteurs économiques du pays, y compris celui du tourisme, le gouvernement central établit des mécanismes de coordination avec les autorités locales et régionales et d’autres entités, en fonction de ce que la nature de chaque politique permet ou exige.

Les fonds budgétaires alloués au secteur du tourisme pour 2017 se sont élevés à 332.9 millions PEN, répartis comme suit : 85.2 millions pour le vice-ministère du Tourisme du MINCETUR, 24.2 millions PEN pour le Centre de formation au tourisme (CENFOTUR), 134.8 millions PEN pour le Conseil pour la promotion des exportations et du tourisme péruviens (PROMPERU), et 88.7 millions PEN pour le plan national COPESCO, qui est l’unité du MINCETUR chargée de mettre en œuvre les projets d’investissements touristiques de portée nationale.

Pérou : Organigramme des organismes de tourisme
picture

Source : OCDE, d’après le Ministère du Commerce extérieur et du Tourisme, 2018.

Politiques et programmes liés au tourisme

Au Pérou, le tourisme fait face à divers défis, dus en partie à l’accroissement de la classe moyenne dans les marchés émergents et à une transformation des comportements vis-à-vis des voyages, qui imposent d’améliorer les infrastructures, de faciliter les voyages et de veiller à la sécurité des touristes.

Parmi ces défis figurent la limitation des effets négatifs sur l’environnement et les milieux locaux, mais aussi la nécessité spécifique de développer des normes professionnelles pour les salariés du secteur du tourisme, afin d’améliorer la compétitivité, la création d’emplois et les retombées économiques.

Le principal instrument d’action est le Plan national stratégique du tourisme du Pérou (PENTUR). Il existe également un plan national pour la qualité du tourisme, un plan national stratégique pour l’artisanat et un registre national des artisans (RNA). Ce dernier est un outil recensant les artisans et les entreprises ou associations artisanales, qui permet de répertorier les artisans présents dans des espaces géographiques définis appelés « conglomérats d’artisans », comme ceux de San Blas (Cuzco), de Quinua (Ayacucho) ou encore de Lurín (Lima), et de les faire découvrir dans le cadre de circuits touristiques.

Le Plan national stratégique du tourisme est fondé sur les quatre piliers suivants :

  • compétitivité et durabilité de l’offre touristique ;

  • diversification du marché touristique ;

  • facilitation des voyages ;

  • renforcement du secteur, sensibilisation au tourisme et formation professionnelle.

Les principaux objectifs de la politique touristique consistent à :

  • s’assurer de l’amélioration continue des processus, qui est cruciale pour la compétitivité, en rehaussant la qualité des services et produits et en développant la sensibilité au tourisme en harmonie avec l’environnement ;

  • renforcer les liens avec l’économie locale et régionale en développant le potentiel des effets bénéfiques sociaux et culturels issus du tourisme, en améliorant l’environnement local et en faisant des destinations locales des lieux idéaux pour vivre, travailler et passer un moment agréable ;

  • favoriser l’élaboration de projets touristiques durables et d’activités contribuant au développement des milieux locaux ;

  • promouvoir et mettre en place des mesures contribuant au contrôle et à la prévention de la pollution environnementale et au maintien de la biodiversité.

Le gouvernement péruvien, par l’intermédiaire du ministère du Commerce extérieur et du Tourisme, a lancé un programme de développement inclusif baptisé Turismo Emprende, qui encourage la création, le développement et la consolidation d’entreprises privées liées au tourisme grâce à des activités ayant trait à la conservation, l’utilisation durable des ressources et au développement économique. Ce programme est financé à hauteur de 763 000 USD par an pour les quatre prochaines années. Le principal objectif est de fournir des subventions au développement d’entreprises touristiques au niveau national. Le programme finance l’amélioration et le développement d’entreprises établies, ainsi que la création de nouvelles entreprises dans le secteur de l’hôtellerie, de la restauration et des voyages. Pour les nouvelles entreprises, le programme peut financer jusqu’à la totalité des coûts du projet.

Le Conseil pour la promotion des exportations et du tourisme du Pérou (PROMPERU) suit en permanence l’évolution de la demande des visiteurs afin d’ajuster les stratégies de promotion du tourisme. Les politiques et les initiatives en faveur du développement durable du tourisme sont tournées vers la durabilité sociale et le développement inclusif. Ce dernier comprend le tourisme rural communautaire, le tourisme social et une initiative intitulée Al Turista, Lo Nuestro, qui encourage l’incorporation directe des produits locaux (agriculture, bétail, pêche, artisanat, etc.) aux services touristiques. Elle vise ainsi à favoriser une offre incorporant à la chaîne de valeur touristique des services régionaux de qualité et des produits achetés directement aux entrepreneurs locaux (encadré 1.9).

Profil statistique

Tableau 1. Pérou : Tourisme interne, récepteur et émetteur

picture

 StatLink http://dx.doi.org/10.1787/888933717697

Tableau 2. Pérou : Entreprises et emploi dans le tourisme

picture

 StatLink http://dx.doi.org/10.1787/888933717716

Tableau 3. 3. Pérou : Consommation du tourisme intérieur
Millions PEN

picture

 StatLink http://dx.doi.org/10.1787/888933717735