Brésil

Place du tourisme dans l’économie

Le tourisme contribue directement au PIB du Brésil à hauteur de 3.7 %, chiffre qui passe à 9.6 % si l’on tient compte également de ses retombées indirectes. Le secteur était à l’origine de plus de 2 millions d’emplois en 2016 (-1.7 % par rapport à 2015), représentant 2.4 % de l’emploi total.

En 2016, les arrivées de touristes internationaux ont atteint un niveau record de 6.6 millions, soit une hausse de 4.3 % par rapport à l’année précédente, et généré au total 6 milliards USD de recettes (+3.7 %). L’Argentine était de loin le marché émetteur le plus important avec 2.3 millions de visiteurs (34.9 % du total), suivie des États-Unis (8.7 %), du Paraguay (4.8 %), du Chili (4.7 %) et de l’Uruguay (4.3 %). Les cinq principaux marchés émetteurs affichent depuis 2015 des niveaux de croissance variables, à l’exception des États-Unis qui ont enregistré une très légère contraction d’environ 1 %.

Avec plus de 206 millions de voyages en 2015, le marché interne offre un fort potentiel de croissance. Quatre-vingt-dix pour cent des Brésiliens choisiront une destination interne pour leurs prochaines vacances, notamment pour la période du carnaval ou les vacances d’été. Les principales destinations sont les régions du Nord-Est, suivies de celles du Sud-Est et du Sud.

Gouvernance et financement du tourisme

Depuis 2003, le ministère du Tourisme supervise un processus de décentralisation à l’échelle du pays tout entier, visant à mettre en place une structure de gestion commune du tourisme qui repose sur un réseau d’acteurs publics, privés et du secteur associatif avec lesquels il dialogue et mène des activités.

Cette structure se compose au niveau national d’un noyau stratégique comprenant :

  • le ministère du Tourisme ;

  • le Conseil national du tourisme (CNT), qui est responsable de l’orientation stratégique et chargé de mettre en contact les différents acteurs ;

  • le Forum national des secrétaires et responsables du tourisme au niveau des États fédérés (FORNATUR) ;

  • un réseau de gestion décentralisé composé d’organismes de gouvernance régionaux.

Les offices et conseils du tourisme créés dans chacune des 27 unités fédérales du pays sont des organismes de gestion juridiquement indépendants, qui s’efforcent d’assurer une communication efficiente dans les différentes régions touristiques du Brésil. Ils jouent aussi un rôle important en matière de soutien aux activités qui profitent au tourisme, assurant leur continuité dans le temps.

Témoignant de la place privilégiée donnée au tourisme par les autorités fédérales brésiliennes, le budget général affecté au tourisme dans le pays en 2017 s’élevait à 672 millions BRL (-9.7 % par rapport à 2016). Outre les autorités fédérales, le tourisme bénéficie d’autres sources de financement, notamment les droits d’embarquement sur les vols nationaux et internationaux.

Brésil : Organigramme des organismes de tourisme
picture

Source : OCDE, d’après le ministère du Tourisme, 2018.

Politiques et programmes liés au tourisme

Le Plan national en matière de tourisme 2013-16 reste une référence pour la politique publique du tourisme. Il mise sur le développement d’un tourisme économiquement viable, équilibré d’un point de vue environnemental et favorisant la cohésion sociale.

En dépit d’efforts visant à promouvoir une croissance durable dans le secteur du tourisme, le Brésil est encore loin d’avoir atteint ses objectifs d’équité sociale et de respect de l’environnement. L’un des enjeux majeurs consiste à sensibiliser le secteur privé à l’importance du développement durable comme moyen de protéger l’environnement, d’améliorer la situation économique et d’assurer l’accessibilité à tous.

En avril 2017, le ministère du Tourisme a lancé « Brasil Mais Turismo », un ensemble de mesures destinées à renforcer le secteur au Brésil. Il s’agit :

  • d’apporter des solutions techniques à des blocages historiques ;

  • d’accroître le nombre de touristes internes et étrangers ;

  • d’améliorer les destinations internes ;

  • d’assurer le développement régional ;

  • de générer de l’emploi et du revenu.

Les initiatives stratégiques à privilégier pour stimuler le tourisme au Brésil sont :

  • La délivrance de visas électroniques. Le ministère du Tourisme a proposé au ministère des Relations extérieures d’appliquer la délivrance de visas électroniques à certains pays stratégiques, rendant ainsi la procédure, qui est accessible en ligne, plus facile, plus rapide et moins bureaucratique.

  • Le développement de l’accessibilité aérienne. Une modification du Code de l’aéronautique brésilien relèvera à 100 % le plafond des prises de participation étrangères au capital des compagnies aériennes brésiliennes. L’objectif est d’accroître leur compétitivité ainsi que le nombre de vols et de touristes voyageant à l’intérieur du pays, en plus de l’extension du réseau aérien régional en vue de faciliter la propagation des flux de visiteurs nationaux et internationaux.

  • La modernisation de l’organisme chargé de promouvoir le tourisme brésilien, EMBRATUR. Des changements permettront à cet organisme : de mener des actions plus compétitives sur le marché du tourisme international ; de recevoir des fonds privées pour l’élaboration de projets d’intérêt mutuel, et ce avec des formalités administratives moins lourdes ; de moderniser sa gestion ; d’assurer l’existence d’une structure composée de bureaux et de personnel à l’étranger.

  • La modernisation de la Loi générale sur le tourisme. Cent dix-huit propositions de modification ont été soumises au Congrès national. L’objectif est d’adapter la législation du tourisme brésilienne aux tendances actuelles de l’activité touristique, en réduisant la bureaucratie et en améliorant l’intégration avec le secteur privé.

  • Une meilleure exploitation de certaines régions de la Fédération. Le ministère du Tourisme renforcera la gestion, la réglementation et les concessions touristiques dans des lieux offrant un potentiel de développement du tourisme.

  • L’actualisation de la cartographie du tourisme brésilien. Il s’agit d’un processus, mené tous les deux ans, destiné à améliorer l’organisation des municipalités et des régions et faire en sorte qu’elles soient davantage orientées vers le tourisme, ce qui est lié à la perception de ressources fédérales. Lors de la dernière actualisation de 2016, le nombre de municipalités a été ramené à 2 175 réparties dans 291 régions touristiques (contre 3 345 municipalités en 2013).

  • Le renforcement des organismes responsables du tourisme dans les États, qui implique le transfert en leur faveur de 5.4 millions BRL, alloués de manière à tenir compte de la restructuration des régions touristiques selon la cartographie du tourisme brésilien. Cette mesure se traduira par l’affectation de ressources à des plans de développement intégrés à l’appui du tourisme durable et de la promotion, entre autres activités.

  • L’intensification de la surveillance des transports touristiques sur les autoroutes brésiliennes, dans le cadre d’une coopération technique avec l’Agence nationale des transports terrestres (ANTT).

  • Le renforcement des qualifications professionnelles. Des programmes ont été mis en place à différents niveaux face à la nécessité d’améliorer l’offre de main-d’œuvre qualifiée et la qualité de service. Par exemple, l’ensemble de mesures baptisé « Brasil Mais Turismo », qui est destiné à stimuler le développement du tourisme dans le pays, comprend un important programme de formation axé sur les compétences pratiques des jeunes et des adultes afin d’améliorer la qualité de service offerte aux touristes (encadré 1.21).

Profil statistique

Tableau 1. Brésil : Tourisme interne, récepteur et émetteur

picture

 StatLink http://dx.doi.org/10.1787/888933717222

Tableau 2. Brésil : Entreprises et emploi dans le tourisme

picture

 StatLink http://dx.doi.org/10.1787/888933717241