Espagne

Place du tourisme dans l’économie

Le tourisme est l’un des piliers de l’économie espagnole, et un moteur de premier ordre du développement social. Il représente 11.1 % du PIB et 13 % de l’emploi. Il continue de contribuer de manière substantielle à compenser le déficit commercial du pays avec des recettes touristiques s’élevant à 54.5 milliards EUR (en hausse de 7.1 % par rapport à 2015).

Avec 75.3 millions d’arrivées de touristes (+10.5 %) et 54.7 milliards EUR de recettes du tourisme international (+7.2%) en 2016, l’Espagne s’est classée en troisième position des destinations mondiales les plus fréquentées, et deuxième en termes de recettes. Le tourisme interne espagnol est également en hausse.

S’agissant des marchés émetteurs, le nombre de touristes chinois et russes augmente chaque année avec l’amélioration de la connectivité aérienne et des relations internationales intergouvernementales.

En 2017, et pour la deuxième fois consécutive, le Forum économique mondial a décerné à l’Espagne la palme de la compétitivité touristique.

Gouvernance et financement du tourisme

La responsabilité nationale du tourisme incombe au ministère de l’Énergie, du Tourisme et du Numérique (le « ministère »), qui délègue son intervention au Secrétariat d’État au tourisme. Le changement de nom témoigne de l’intérêt croissant du secteur pour l’innovation et les technologies numériques.

L’État est responsable des relations internationales, de la promotion et de la commercialisation du tourisme à l’étranger, de la politique du tourisme, de la réglementation générale des activités touristiques et de la planification économique nationale, dont le tourisme est une composante cruciale. Le Secrétariat d’État est chargé d’élaborer, de coordonner et d’appliquer la politique touristique qui relève de la compétence des administrations centrales de l’État, et est également responsable des relations institutionnelles à l’échelon national et international. Il coordonne trois entités au niveau national : Turespaña, Paradores de Turismo S.A. et SEGITTUR (Sociedad Estatal para la Gestión de la Innovación y las Tecnologías Turísticas).

Turespaña est un organisme autonome rattaché au ministère, qui mène ses activités à l’étranger par le biais du réseau d’offices du tourisme assistés par les ambassades et consulats d’Espagne. Ses missions sont les suivantes ;

  • promotion du tourisme sur les marchés internationaux en collaboration avec les autorités régionales (Comunidades Autónomas), les autorités locales et le secteur privé ;

  • élaboration de la politique touristique en collaboration avec d’autres organismes étatiques, des autorités publiques et le secteur privé ;

  • soutien aux entreprises touristiques à l’étranger, ainsi que facilitation de la coopération et des relations touristiques internationales ;

  • analyse et diffusion de connaissances et de renseignements pour l’économie du tourisme ;

  • élaboration de plans et de programmes pour favoriser l’innovation, la qualité, la durabilité et la compétitivité des produits et destinations touristiques ;

  • pilotage de la modernisation du secteur touristique, amélioration de ses capacités technologiques et de l’efficacité/efficience de ses processus de gestion ;

  • stratégie et investissements ayant trait aux Paradores de Turismo.

Espagne : Organigramme des organismes de tourisme
picture

Source : OCDE, d’après le ministère de l’Énergie, du Tourisme et de l’Agenda numérique, 2018.

Paradores de Turismo S.A. est une entreprise publique dont les origines remontent à 1930, qui dirige le réseau public d’hôtels. Ce dernier compte aujourd’hui 94 établissements, qui emploient 3 500 personnes, dont la plupart sont situés dans des sites historiques.

SEGITTUR est une entreprise publique chargée de la promotion de la recherche-développement à l’appui de l’innovation et des nouvelles technologies dans la filière touristique espagnole, dans le secteur tant public que privé. Elle crée et gère les technologies, connaissances et innovations nécessaires à l’amélioration de la compétitivité, de la qualité et de la durabilité pour ce qui est des aspects environnementaux, économiques et sociaux du tourisme.

Les 17 communautés autonomes sont responsables de la promotion et de la réglementation du tourisme sur leur territoire respectif. Les administrations locales (provinces et communes) gèrent leurs intérêts touristiques, essentiellement en termes de promotion et de diffusion d’informations.

Les mécanismes mis en place entre l’État et les administrations régionales sont vitaux pour la coordination et pour la compétitivité dans le secteur privé. Les principaux outils de coordination entre les intervenants touristiques publics et privés sont :

  • la Conférence sectorielle du tourisme, organisme de coordination exécutive, consultative et collégiale qui réunit des représentants publics de l’administration centrale et les régions autonomes dotées de responsabilités en matière de tourisme ;

  • le Conseil espagnol du tourisme, organisme consultatif qui réunit toutes les administrations touristiques territoriales (État, régions et provinces/villes) et le secteur privé (chambres de commerce, association nationale des employeurs (CEOE), associations professionnelles, syndicats et un large éventail de professionnels du tourisme) ;

  • la Commission interministérielle du tourisme, dont les membres représentent des ministères nationaux exerçant des responsabilités en matière de tourisme ;

  • le Conseil consultatif de Turespaña, établi en 2013 pour renforcer la collaboration avec le secteur privé. Il compte onze membres, dont cinq sont issus du secteur privé.

L’administration nationale (Secrétariat d’État au tourisme) est dotée d’un budget de 332.9 millions EUR pour 2016 (en hausse par rapport aux 323.7 millions EUR de 2015). De plus, les 17 régions autonomes et administrations locales contribuent également dans une proportion très élevée aux dépenses touristiques globales.

Politiques et programmes liés au tourisme

Le Secrétariat d’État au tourisme travaille sur une nouvelle stratégie nationale. Les priorités sont notamment la diversification des produits, la durabilité et la concentration sur des segments cruciaux du marché, par exemple les touristes « cosmopolites » qui possèdent un pouvoir d’achat supérieur et s’intéressent davantage à la culture, à l’art, aux expériences originales, à la gastronomie et au shopping.

Le modèle de développement du tourisme espagnol repose sur la durabilité, l’innovation et les connaissances, le développement du numérique, la spécialisation et la qualité. La durabilité se traduit par la meilleure rentabilité que dégagent des séjours de meilleure qualité et plus longs. Le développement du tourisme durable passe également par davantage d’innovations dans l’utilisation des données, par le développement du numérique et par des destinations touristiques « intelligentes ». Le développement du numérique dans tous les sous-secteurs de la chaîne touristique est indispensable à la modernisation du secteur. Dans ce contexte, en collaboration avec l’OMT, le Secrétariat d’État au tourisme a organisé en février 2017, à Murcie (Espagne), la première Conférence mondiale sur les destinations intelligentes.

SEGITTUR dirige le projet « Destinations intelligentes » avec l’appui du ministère. Ce projet vise à améliorer la position de l’Espagne en tant que destination touristique mondiale. La méthodologie appliquée privilégie l’innovation, la durabilité et la compétitivité au niveau local au moyen du développement et du déploiement des TIC dans le but de créer des services différenciés hautement compétitifs (encadré 2.4).

Profil statistique

Tableau 1. Espagne : Tourisme interne, récepteur et émetteur

picture

 StatLink http://dx.doi.org/10.1787/888933716899

Tableau 2. Espagne : Entreprises et emploi dans le tourisme

picture

 StatLink http://dx.doi.org/10.1787/888933716918

Tableau 3. Espagne : consommation du tourisme interne
Millions EUR

picture

 StatLink http://dx.doi.org/10.1787/888933716937