Nouvelle-Zélande

Place du tourisme dans l’économie

Durant l’exercice clos en mars 2016, la contribution directe du tourisme au PIB total de la Nouvelle-Zélande a été de 12.9 milliards NZD, ou 5.6 %. La valeur ajoutée indirecte des secteurs soutenant le tourisme a été à l’origine de 9.8 milliards NZD supplémentaires pour le tourisme, soit 4.3 % du PIB.

Le tourisme est la première source de recettes d’exportation de la Nouvelle-Zélande, puisqu’il a représenté 20.7 % des exportations durant l’exercice clos en mars 2016. Il employait directement 188 136 personnes, soit 7.5 % de la main-d’œuvre totale, et a généré 2.8 milliards NZD de recettes fiscales au titre de la taxe sur les biens et services.

Les dépenses touristiques internationales ont augmenté de 19.6 % durant l’exercice clos en mars 2016, atteignant 14.5 milliards NZD, tandis que les dépenses touristiques internes ont progressé de 7.4 % sur la même période, s’établissant à 20.2 milliards NZD.

Durant l’exercice clos en août 2017, on a dénombré 3.7 millions arrivées internationales en Nouvelle-Zélande. Les plus grands marchés émetteurs ont été l’Australie (40 % des arrivées), la Chine (11 %) et les États-Unis (9 %). Les arrivées en provenance d’Australie ont progressé de 6 % par rapport à l’année précédente et celles des États-Unis de 21 %. La croissance du nombre de visiteurs venus de Chine s’est ralentie, avec une augmentation des arrivées de moins de 1 % après une période de croissance beaucoup plus élevée (21.7 % en 2015/16).

Le ministère des Entreprises, de l’Innovation et de l’Emploi table sur le fait que les arrivées de visiteurs en Nouvelle-Zélande vont progresser au rythme annuel de 4.8 % au cours de la période 2017-23, pour atteindre 4.9 millions en 2023. Les dépenses des visiteurs internationaux devraient augmenter de 6.2 % par an sur la même période, et atteindre 15.3 milliards NZD.

Gouvernance et financement du tourisme

Le ministère des Entreprises, de l’Innovation et de l’Emploi conseille le ministère du Tourisme et l’ensemble de l’administration sur la création d’un environnement propice à une productivité et à une croissance améliorées dans le secteur du tourisme, afin d’accroître la contribution du tourisme à l’économie de la Nouvelle-Zélande et aux économies régionales partout dans le pays.

Tourism New Zealand (TNZ) est une entité de la Couronne qui commercialise la Nouvelle‐Zélande en tant que destination touristique internationale. Ses fonctions officielles sont de développer, mettre en œuvre et promouvoir des stratégies pour le tourisme, et de fournir aux pouvoirs publics et au secteur touristique des conseils en la matière. Deux organismes subsidiaires, Qualmark Limited et Visitor Information Network Incorporated, s’efforcent d’améliorer le taux de satisfaction des touristes et la qualité des produits.

Un groupe réunissant les principaux responsables du tourisme de l’administration centrale a été créé en 2016 pour contribuer à la coordination des activités liées au tourisme au sein de la puissance publique. Le groupe comprend les principaux responsables du ministère des Entreprises, de l’Innovation et de l’Emploi, de Tourism New Zealand, du ministère de la Conservation, du ministère des Transports, de l’Agence des transports néo‐zélandaise, du ministère de la Culture et du Patrimoine, et du ministère des Affaires intérieures. Il assure la supervision stratégique, facilite le partage d’informations, supprime les obstacles et aide à gérer les relations entre les divers ministres dont les portefeuilles ont un lien avec le secteur du tourisme.

Trente offices de tourisme régionaux ont pour mission de promouvoir les destinations régionales auprès des visiteurs internes et internationaux. Ils sont gérés et financés par les administrations locales et régionales et/ou par les cotisations annuelles des professionnels de la filière touristique locale. Les offices de tourisme régionaux assurent le lien avec les opérateurs touristiques, les organismes de tourisme nationaux et les administrations locale et centrale. Leurs intérêts sont représentés par Regional Tourism Organisations New Zealand, un organisme financé par les cotisations de ses adhérents qui travaille régulièrement avec le ministère des Entreprises, de l’Innovation et de l’Emploi.

La part du budget affectée au tourisme par l’État pour 2017/18 est de 175.5 millions NZD, et comprend :

  • la commercialisation de la Nouvelle-Zélande en tant que destination touristique (117.4 millions NZD, gérés par Tourism New Zealand) ;

  • le fonds consacré aux infrastructures touristiques (25.5 millions NZD, géré par le ministère des Entreprises, de l’Innovation et de l’Emploi) ;

  • des services de conseil stratégique et des services connexes (4.1 millions NZD) ;

  • des données touristiques et des analyses (3.2 millions NZD, gérés et fournis par le ministère des Entreprises, de l’Innovation et de l’Emploi) ;

  • Nga Haerenga, le New Zealand Cycle Trail (13.4 millions NZD) ;

  • des subventions pour le développement des installations et services touristiques non commerciaux (5.8 millions NZD) ;

  • le Tourism Growth Partnership [Partenariat pour la croissance du tourisme] (6.1 millions NZD).

Nouvelle-Zélande : Organigramme des organismes de tourisme
picture

Source : OCDE, d’après le ministère des Entreprises, de l’Innovation et de l’Emploi, 2018.

Politiques et programmes liés au tourisme

En décembre 2015, les ministres chargés du tourisme ont approuvé la stratégie gouvernementale en la matière, qui harmonise et coordonne les actions des autorités pour stimuler la contribution économique du tourisme dans tout le pays et préparer l’avenir. La stratégie est conforme à Tourism 2025, le plan de croissance piloté par les professionnels du secteur. Elle définit trois grands enjeux et domaines prioritaires pour les pouvoirs publics, le but étant que le secteur du tourisme produise davantage de valeur :

  • attirer le bon mélange de visiteurs afin de rentabiliser au mieux les efforts de commercialisation ; trouver le juste équilibre entre les marchés existants, en pleine croissance et émergents (encadré 2.1) ; et mieux gérer les flux de visiteurs pour contribuer à lisser les pics et les creux saisonniers ;

  • veiller à proposer en permanence des séjours de qualité aux visiteurs grâce à des infrastructures de qualité et du personnel compétent et motivé, et en réglant les problèmes que génère l’afflux de touristes pour le milieu local et en matière de services et d’infrastructures ;

  • aider les régions néo-zélandaises à tirer parti de l’afflux de visiteurs et veiller à ce que toutes aient l’occasion d’accueillir des touristes.

En mars 2017, Tourism New Zealand a rendu publique une stratégie quadriennale révisée qui définit les priorités suivantes : chercher à créer de la valeur à court et long terme, notamment grâce à la saison intermédiaire et à la croissance régionale ; gérer de manière stratégique les marchés et les secteurs ; et s’employer avec d’autres acteurs à nourrir et améliorer les séjours de tous les touristes. Pour faire face aux problèmes de saisonnalité, Tourism New Zealand consacre actuellement la totalité de ses dépenses à la promotion des saisons intermédiaires.

Les pouvoirs publics investissent également dans de grandes manifestations qui ont des retombées positives significatives, immédiates et à long terme pour la Nouvelle-Zélande et qui cadrent avec les objectifs généraux du gouvernement. Ces événements peuvent attirer des effectifs significatifs de visiteurs internationaux – participants et spectateurs – ou faire l’objet d’une couverture médiatique importante sur les marchés présentant un intérêt en termes de débouchés touristiques et commerciaux. Les manifestations programmées hors saison ou pendant les périodes touristiques intermédiaires peuvent également être privilégiées. L’unité New Zealand Major Events intégrée au ministère des Entreprises, de l’Innovation et de l’Emploi travaille avec l’ensemble de l’administration, notamment avec Tourism New Zealand, sa mission étant de conseiller les ministres et de définir, susciter et démultiplier les grandes manifestations. Elle administre le Major Events Development Fund (MEDF), qui met ses attributaires en concurrence et dispose actuellement d’une dotation budgétaire annuelle de 10 millions NZD, dont une grande partie est engagée plusieurs années à l’avance.

Différentes actions sont en cours pour soutenir la croissance du tourisme régional. Le ministère de la Conservation est en train de développer le réseau des Great Walks (grandes randonnées) de Nouvelle-Zélande en y ajoutant deux nouveaux parcours, et appuie la création d’un réseau de Great Short Walks (randonnées courtes) et de Great Day Walks (randonnées de la journée). En contribuant au développement et à la promotion de territoires à conserver moins connus, les nouveaux Great Walks et la promotion repensée des deux sortes de Great Walks encourageront la dispersion géographique des visiteurs tout en allégeant les pressions exercées sur les destinations touristiques phares. Les autorités continuent également d’investir dans l’amélioration et l’élargissement du Nga Haerenga, parcours de cyclotourisme aussi dénommé New Zealand Cycle Trail (NZCT), afin de favoriser l’afflux de visiteurs en région.

En Nouvelle-Zélande, le gouvernement publie une déclaration d’orientation sur le transport terrestre pour faire connaître les priorités qui influent sur ses décisions d’investissement dans les transports sur l’ensemble du territoire. Une place importante a été donnée au tourisme dans la déclaration d’orientation de 2018, le but étant de veiller à ce que les routes et les infrastructures utilisées par les visiteurs soient adaptées aux besoins.

New Zealand Trade and Enterprise, une entité de la Couronne, facilite les relations entre les investisseurs et les porteurs de projets hôteliers afin de remédier aux goulets d’étranglement que connaissent les principaux centres touristiques du pays dans le domaine de l’hébergement.

Les pouvoirs publics ont créé le Regional Mid-sized Tourism Facilities Grant Fund (MFF, ou Fonds d’aide aux installations touristiques régionales de taille moyenne) au titre du budget 2016 dans l’optique de financer le développement des infrastructures touristiques locales. Pour que les séjours proposés aux visiteurs en Nouvelle-Zélande restent de qualité, un Tourism Infrastructure Fund (TIF, ou Fonds pour les infrastructures touristiques) a remplacé le MFF en 2017. Le TIF fournit jusqu’à 25 millions NZD par an sur une période de quatre ans pour cofinancer le développement d’infrastructures liées au tourisme qui contribuent à la qualité du séjour des visiteurs, en particulier dans les régions trop faiblement peuplées pour financer à elles seules les travaux (encadré 1.4).

Profil statistique

Tableau 1. Nouvelle-Zélande : Tourisme interne, récepteur et émetteur

picture

 StatLink http://dx.doi.org/10.1787/888933716500

Tableau 2. Nouvelle-Zélande : Entreprises et emploi dans le tourisme

picture

 StatLink http://dx.doi.org/10.1787/888933716519

Tableau 3. Nouvelle-Zélande : Consommation du tourisme interne
Millions NZD

picture

 StatLink http://dx.doi.org/10.1787/888933716538