Japon

Ne laisser personne de côté : Approche et priorités du Japon

Le Japon exprime l’engagement de « ne laisser personne de côté » dans sa Charte sur la coopération pour le développement, adoptée par le Cabinet en 2015, ainsi que dans son Plan d’action pour atteindre les Objectifs de développement durable (ODD), élaboré en 2018. Il attache du prix à la notion de sécurité humaine, qui met tout particulièrement l’accent sur les personnes en situation de vulnérabilité et joue un rôle déterminant dans la mise en œuvre du principe de ne laisser personne de côté. Le Japon axe ses activités de coopération pour le développement sur l’humain et plus particulièrement sur les personnes potentiellement vulnérables telles que les enfants, les femmes, les personnes handicapées, les personnes âgées, les réfugiés et les personnes déplacées internes, les minorités ethniques et les populations autochtones. Il fournit une coopération en vue de leur protection et de leur autonomisation, et ce dans le but d’assurer la sécurité humaine.

La volonté de promouvoir une approche centrée sur la sécurité humaine au sein du système des Nations Unies a amené le Japon à contribuer au Fonds des Nations Unies pour la sécurité humaine dès la création de celui-ci, en 1999. Afin de réduire la pauvreté de manière durable, le Japon met également l’accent sur la « qualité » de la croissance économique, qui doit être inclusive, partagée, durable et résistante aux chocs.

Le Japon intègre le principe de ne laisser personne de côté dans l’ensemble de ses activités de coopération pour le développement, à travers, par exemple, les lignes directrices relatives aux considérations environnementales et sociales de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA), axées sur les droits fondamentaux des groupes sociaux vulnérables.

Apports financiers du Japon aux pays en développement

Graphique 30.1. Apports nets de ressources aux pays en développement, 2006-16, Japon
picture

 StatLink http://dx.doi.org/10.1787/888933809676

Graphique 30.2. APD nette : Évolution en volume et en pourcentage du RNB, 2006-17, Japon
picture

p : données préliminaires.

 StatLink http://dx.doi.org/10.1787/888933809695

Résultats obtenus par le Japon au regard des engagements pris en faveur de l’efficacité de la coopération pour le développement

Tableau 30.1. Résultats du cycle 2016 de suivi du Partenariat mondial (actualisés), Japon

Japon

Alignement et appropriation par les pays (%)

Prévisibilité (%)

Transparence

Utilisation des cadres de résultats propres aux pays

Financement inscrit aux budgets des pays

Financement par le biais des systèmes nationaux

Aide déliée

Prévisibilité annuelle

Prévisibilité à moyen terme

Données rétrospectives (OCDE-CAD SNPC)

Données prévisionnelles (OCDE-CAD EDP)

Publication au registre de l’IITA

2016

75.9%

83.0%

67.9%

77.4%

98.4%

63.0%

excellent

améliorations nécessaires

améliorations nécessaires

Année de référence

-

64.9%

68.8%

74.6%

99.8%

79.4%

excellent

moyen

améliorations nécessaires

Tendance

-

=

=

Note: Voir la note méthodologique en Annexe B pour de plus amples informations sur les indicateurs. Les données figurant dans les rubriques « Aide non liée », « Données rétrospectives » et « Publication au registre de l’IITA » ont été actualisées à partir des dernières informations disponibles.

 StatLink http://dx.doi.org/10.1787/888933812849

Aide publique au développement dispensée par le Japon

En 2017, les apports nets d’aide publique au développement (APD) du Japon se sont élevés à 11.5 milliards USD (données préliminaires), soit 0.23 % de son revenu national brut (RNB) et une augmentation de 13.9 % en termes réels par rapport à 2016, due à une hausse de son aide bilatérale à des pays parmi les moins avancés (PMA) et de ses prêts. En 2017, le Japon a notifié au titre de l’APD un coût des réfugiés dans le pays donneur s’élevant à 0.29 million USD.

En 2016, la part non liée de son APD bilatérale totale, hors coopération technique, a été de 86.2 %, ce qui représente une hausse de 3.9 points de pourcentage par rapport à 2015. L’APD japonaise comprend un important programme de coopération technique, mais le Japon n’en notifie pas le degré de liaison. La part de son aide bilatérale totale notifiée comme non liée s’est établie à 77.4 % en 20161 , alors que la moyenne du Comité d’aide au développement (CAD) était de 81.2 %. L’élément de libéralité de l’APD totale a été de 85.7 % en 2016. Les prêts ont représenté 50.2 % de l’APD brute.

En 2016, 80 % de l’APD japonaise ont été dispensés sous forme d’aide bilatérale. Le Japon a affecté 20 % de son APD totale aux contributions au budget central d’organisations multilatérales. Il a aussi dirigé 11.6 % de son APD bilatérale vers des projets précis exécutés par des organisations multilatérales (contributions multibilatérales/extrabudgétaires).

Graphique 30.3. Composition de l’APD, 2010-16, et ventilation de l’APD multilatérale en 2016, Japon
picture

 StatLink http://dx.doi.org/10.1787/888933809714

En 2016, 78.8 % de l’APD bilatérale du Japon ont fait l’objet d’une programmation avec des pays partenaires. La part de l’aide-pays programmable (APP) a été supérieure à la moyenne des pays du CAD (46.8 %) en 2016. Les interventions de type projet ont représenté 84 % de l’APP.

Graphique 30.4. Composition de l’APD bilatérale, 2016, versements bruts, Japon
picture

 StatLink http://dx.doi.org/10.1787/888933809733

En 2016, l’APD bilatérale dirigée vers des organisations de la société civile (OSC) ou transitant par celles-ci s’est élevée à 266.6 millions USD. Entre 2015 et 2016, l’aide apportée aux OSC et acheminée par leur intermédiaire est restée stable en pourcentage de l’APD bilatérale (2.3 % en 2015 et 2 % en 2016).

Graphique 30.5. APD bilatérale dirigée vers et transitant par les OSC, versements bruts par type d’OSC, 2010-16, Japon
picture

 StatLink http://dx.doi.org/10.1787/888933809752

L’APD bilatérale est principalement orientée vers l’Asie. En 2016, le Japon a affecté 4 milliards USD à l’Asie du Sud et l’Asie centrale, 3.2 milliards USD à l’Asie extrême-orientale et 1.2 milliard USD à l’Afrique subsaharienne.

Graphique 30.6. Répartition de l’APD bilatérale par région, 2016, versements bruts, Japon
picture

Note: La répartition par région de 17 % de l’APD bilatérale ventilée n’est pas spécifiée pour 2016. Cette part de l’aide n’est pas représentée sur la carte.

 StatLink http://dx.doi.org/10.1787/888933809771

En 2016, le Japon a affecté 51 % de son APD bilatérale aux dix principaux bénéficiaires de son aide. Conformément à l’objectif affiché d’utiliser l’APD comme un instrument diplomatique, le programme bilatéral du Japon couvre 145 pays. Le soutien alloué dans des contextes de fragilité a représenté un montant de 4 milliards USD en 2016 (30 % de l’APD bilatérale brute), dispensés sous forme d’interventions de type projet (74 %) et de contributions à des financements groupés (15 %).

Graphique 30.7. APD bilatérale apportée aux principaux bénéficiaires, 2016, versements bruts, Japon
picture

 StatLink http://dx.doi.org/10.1787/888933809790

En 2016, le Japon a alloué 20 % de son APD bilatérale aux PMA, soit un montant de 2.7 milliards USD. Ce chiffre, en baisse par rapport à celui de 2015 (21.6 %), est inférieur à la moyenne des pays du CAD pour 2016 (21.9 %). Ce sont les pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure qui ont reçu la part la plus importante de l’APD bilatérale japonaise en 2016 (45.1 %).

L’APD totale du Japon aux PMA a représenté 0.08 % de son RNB en 2016, ce qui est inférieur à l’objectif de 0.15 % fixé par les Nations Unies.

Graphique 30.8. APD bilatérale par groupe de revenu, 2010-16, versements bruts, Japon
picture

 StatLink http://dx.doi.org/10.1787/888933809809

En 2016, 51.1 % de l’APD bilatérale du Japon ont été affectés aux infrastructures et services économiques, soit un total de 10.7 milliards USD, une attention toute particulière ayant été accordée aux transports et à l’entreposage (8 milliards USD) et à la production et la distribution d’énergie (2.6 milliards USD). Le Japon a affecté 1.3 milliard USD à l’eau et à l’assainissement dans le cadre de l’aide aux infrastructures et services sociaux. L’aide humanitaire a représenté 921 millions USD. En 2016, les engagements du Japon en faveur de la mobilisation des ressources intérieures des pays en développement ont atteint 4.9 millions USD, et ses engagements en faveur de la promotion de l’aide pour le commerce et de l’amélioration des résultats commerciaux des pays en développement et de leur intégration dans l’économie mondiale se sont élevés à 11.6 milliards USD (59 % de l’aide bilatérale ventilable).

Graphique 30.9. Répartition de l’APD bilatérale brute par secteur, 2015-16, engagements, Japon
picture

 StatLink http://dx.doi.org/10.1787/888933809828

L’APD bilatérale en faveur de l’égalité femmes-hommes s’est élevée à 6.3 milliards USD. En 2016, 33.5 % de son aide bilatérale ventilable avaient l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes pour objectif principal ou significatif, contre 36.5 % pour la moyenne des pays du CAD. Ce chiffre est inférieur à celui de 2015 (41.1 %). Une part importante de l’aide du Japon aux autres infrastructures sociales est axée sur la problématique femmes-hommes.

Graphique 30.10. Part de l’APD bilatérale ventilable à l’appui de l’égalité femmes-hommes par secteur, 2016, engagements, Japon
picture

 StatLink http://dx.doi.org/10.1787/888933809847

L’APD bilatérale du Japon dans le domaine de l’environnement s’est élevée à 9.5 milliards USD en 2016. En 2016, 48.2 % de son aide bilatérale ventilable ciblaient l’environnement, et 45.5 % (9 milliards USD) ont été orientés plus spécifiquement vers la lutte contre le changement climatique, contre respectivement 33 % et 25.7 % en moyenne pour les pays du CAD.

Graphique 30.11. APD bilatérale ventilable à l’appui des objectifs environnementaux mondiaux et locaux, 2010-16, engagements, Japon
picture

 StatLink http://dx.doi.org/10.1787/888933809866

Note à l’intention des lecteurs : L’annexe B présente des notes méthodologiques concernant les définitions et les outils de mesure utilisés pour l’établissement des profils des membres du Comité d’aide au développement.

Références

[3] OCDE (2008), Recommandation du CAD sur le déliement de l’aide publique au développement aux pays les moins avancés et aux pays pauvres très endettés, OCDE, Paris, https://www.oecd.org/fr/cad/41708406.pdf.

Note

← 1. Le Japon interprète les engagements souscrits à Accra et Busan relativement au déliement de l’aide comme étant exclusivement limités aux apports d’APD qui entrent dans le champ d’application de la Recommandation du CAD sur le déliement de l’aide publique au développement aux pays les moins avancés et aux pays pauvres très endettés (OCDE, 2008[3]). S’agissant de la mise en œuvre de la recommandation, le Japon a indiqué au CAD lors de l’examen par les pairs de 2014 que, conformément au paragraphe 21 de la Recommandation, il se réservait le droit de lier une partie de l’APD apportée à tous les pays pauvres très endettés n’appartenant pas au groupe des PMA.

End of the section – Back to iLibrary publication page