Écarts de productivité entre les entreprises

À savoir

  • Dans le secteur manufacturier, où la production a tendance à avoir une plus forte intensité capitalistique et où les plus grandes entreprises savent tirer parti des rendements d’échelle croissants, les entreprises de grande taille affichent presque toujours des niveaux de productivité plus élevés que les entreprises plus petites.

  • La taille relative (ou dispersion) des écarts de productivité entre grandes et petites entreprises varie considérablement suivant les pays. Au Royaume-Uni, par exemple, la productivité des microentreprises du secteur manufacturier équivaut à environ 60 % de celle des grandes entreprises, contre environ 20 % en Turquie et en Hongrie. De même, les PME du secteur des services affichent une productivité similaire à celle des grandes entreprises en Finlande et en Suède, tandis qu’au Mexique, elle y est inférieure dans une proportion comprise entre 25 % et 75 %.

  • Les écarts de productivité entre les classes de taille sont relativement moindres dans le secteur des services. Dans beaucoup de pays, les entreprises de taille moyenne enregistrent de meilleurs résultats que les grandes entreprises, ce qui s’explique par l’avantage concurrentiel qu’elles détiennent dans des activités de niche, à forte notoriété ou à haute teneur en contenu protégé par la propriété intellectuelle, ainsi que par leur utilisation intensive de TIC abordables.

Pertinence

La productivité mesure l’efficience de l’allocation des ressources dans une économie. Le problème est que les analyses ne s’intéressent généralement qu’à ce qui se passe au niveau sectoriel (activités), sans tenir compte des différences de productivité entre les entreprises d’un même secteur, en particulier de la contribution des PME, considérées comme des moteurs importants de la croissance à mesure qu’elles s’agrandissent. Des statistiques plus détaillées montrant les contributions relatives par classe de taille peuvent donner une meilleure idée de cette hétérogénéité et permettre l’élaboration de politiques publiques mieux ciblées, afin de réduire les obstacles à la croissance de la productivité et de tirer parti des possibilités qui existent pour la développer.

Définitions

La productivité du travail est la valeur ajoutée brute aux prix courants par personne occupée. Pour la définition des « activités de fabrication » et des « services », se reporter au Guide de lecture. Les services financiers étant exclus, il importe d’être prudent au moment d’extrapoler les résultats et de tirer des conclusions sur l’ensemble des activités du secteur marchand dans les différents pays, en particulier ceux dans lesquels les activités de services financiers sont relativement importantes comme le Luxembourg, le Royaume-Uni et la Suisse.

La productivité du travail par taille d’entreprise exprimée en monnaie nationale est convertie en USD à partir des parités de pouvoir d’achat (PPA) pour le PIB.

Informations sur les données concernant Israël : http://dx.doi.org/10.1787/888932315602.

Comparabilité

Les données sur la valeur ajoutée correspondent à la valeur ajoutée au coût des facteurs dans les pays de l’UE et aux prix de base pour les autres pays. Les estimations de la valeur ajoutée et de l’emploi présentées par taille d’entreprise sont établies à partir de la base de données de l’OCDE sur les statistiques structurelles et démographiques des entreprises, et ne coïncident généralement pas avec les estimations produites selon le Système de comptabilité nationale. Ce dernier prévoit en effet un certain nombre d’ajustements destinés à prendre en considération des entreprises et activités potentiellement absentes des statistiques structurelles sur les entreprises, comme les très petites unités ou les travailleurs indépendants, ou à tenir compte de l’économie non observée.

La comparabilité des classes de taille, secteurs et pays peut pâtir des disparités de la part de l’emploi à temps partiel dans l’emploi total. C’est pourquoi, dans l’analyse de la productivité, la mesure privilégiée du facteur travail est le nombre total d’heures travaillées et non l’effectif, mais on ne dispose généralement pas de ventilation de ces données par taille d’entreprise. Des lacunes dans les données imputables aux règles de confidentialité en vigueur dans les pays concernés peuvent également nuire à la comparabilité internationale.

Compte tenu des pratiques différentes des pays en matière de collecte de données, la ventilation par classe de taille utilisée, à savoir 1-9, 10-19, 20-49, 50-249 et 250+, offre une comparabilité optimale. Certains pays utilisent des conventions différentes : pour l’Australie, « 1-9 » correspond à « 1-19 », « 20-49 » correspond à « 20-199 », et « 250+ » correspond à « 200+ » ; pour le Mexique, « 1-9 » correspond à « 1-10 », « 10-19 » correspond à « 11-20 », « 20-49 » correspond à « 21-50 », « 50-249 » correspond à « 51-250 » et « 250+ » correspond à « 251+ » ; pour la Turquie, « 1-9 » correspond à « 1-19 ».

Les données concernant la Suisse et les États-Unis se rapportent au nombre de salariés. L’unité statistique utilisée pour le Mexique n’est pas l’entreprise, mais l’établissement. Pour le Royaume-Uni, les données présentées n’incluent pas les quelque 2.6 millions de petites entreprises non enregistrées, c’est-à-dire des entreprises n’atteignant pas le seuil prévu pour le régime de la taxe sur la valeur ajoutée et/ou celui de la retenue de l’impôt à la source (pour les entreprises employant des salariés).

Sources

OCDE, Statistiques structurelles et démographiques des entreprises (SDBS) (base de données), http://dx.doi.org/10.1787/sdbs-data-fr.

Statistiques de l’OCDE sur les comptes nationaux (base de données), http://dx.doi.org/10.1787/na-data-fr.

Statistiques de l’OCDE sur la productivité (base de données), http://dx.doi.org/10.1787/pdtvy-data-fr.

Pour en savoir plus

OCDE (2017), OECD Compendium of Productivity Indicators 2017, Éditions OCDE, Paris, http://dx.doi.org/10.1787/pdtvy-2017-en

OCDE (2017), Small, Medium, Strong. Trends in SME Performance and Business Conditions, Éditions OCDE, Paris, http://dx.doi.org/10.1787/9789264275683-en

OCDE (2001), Mesurer la productivité – Manuel de l’OCDE : Mesurer la croissance de la productivité par secteur et pour l’ensemble de l’économie, Éditions OCDE, Paris, http://dx.doi.org/10.1787/9789264294516-fr.

Graphique 3.1. Productivité du travail par taille d’entreprise, secteur marchand
Valeur ajoutée par personne occupée, milliers d’USD, PPA, 2014, ou dernière année disponible
picture

 StatLink http://dx.doi.org/10.1787/888933652090

Graphique 3.2. Productivité du travail par taille d’entreprise, activités de fabrication et services
Valeur ajoutée par personne occupée, indice 250+ = 100, 2014, ou dernière année disponible
picture

 StatLink http://dx.doi.org/10.1787/888933652109