Tendances agrégées

En 2022, les pays développés ont fourni et mobilisé un total de 115,9 milliards USD de financements climatiques pour les pays en développement (Graphique 1 et Tableau 1), atteignant ainsi pour la première fois leur objectif annuel collectif de mobiliser 100 milliards USD pour l'action climatique dans les pays en développement. Cette réalisation intervient deux ans après l'année cible initiale de 2020, mais un an plus tôt que selon les projections établies par l'OCDE avant la COP26, fondées sur les engagements et estimations des fournisseurs publics bilatéraux et multilatéraux de financement de la lutte contre le changement climatique. En raison de l'augmentation très importante et la plus forte observée à ce jour d'une année sur l'autre (26,3 milliards USD et 30 % de plus qu'en 2021), le total pour 2022 a atteint un niveau qui, selon les projections de l'OCDE, n’était pas attendu avant 2025 (OCDE, 2021[2]).

L'examen des tendances pour chaque composante au cours de la période disponible indique que :

  • Les financements climatiques publics (bilatéraux et multilatéraux attribuables aux pays développés) représentaient près de 80% du total en 2022 et sont passés de 38 milliards USD en 2013 à 91,6 milliards USD en 2022. La hausse annuelle entre 2021 et 2022 est la plus importante observée à ce jour, en termes absolus (hausse de 18,5 milliards USD) et relatifs (25%).

  • Au sein du financement public pour le climat, c'est le financement multilatéral qui a le plus progressé entre 2013 et 2022, avec une augmentation de 35 milliards USD (226%) due aux banques multilatérales de développement (BMD). Le financement public bilatéral pour le climat a augmenté de 18,5 milliards d'USD (82%) au cours de la même période.

  • Les financements privés mobilisés par les financements publics pour le climat, pour lesquels des données comparables ne sont disponibles qu'à partir de 2016, sont passés de 14,4 milliards USD en 2021 à 21,9 milliards en 2022 (soit une augmentation de 7,5 milliards USD ou de 52%), après plusieurs années de relative stagnation.

  • Les crédits à l'exportation liés au climat restent modestes et volatils en volume et, par conséquent, leur part dans le total a été faible tout au long de la période observée.

Le nombre d'activités climatique déclarées par les bailleurs de fonds publics bilatéraux a considérablement augmenté au fil des ans, dépassant largement le nombre d'activités déclarées par les bailleurs de fonds publics multilatéraux, qui financent généralement un plus petit nombre de projets de plus grandes tailles (Graphique 2). Le nombre relativement stable d'activités déclarées par les bailleurs de fonds multilatéraux en 2022, par rapport aux trois années précédentes, indique une augmentation substantielle de la taille moyenne de leurs projets de financement climatique. Les sections suivantes du rapport, notamment celles consacrées aux instruments de financement public et aux thèmes climatiques, permettent de mettre en perspective ces informations sur le nombre d'activités déclarées.

Le financement total de l'adaptation fourni et mobilisé par les pays développés a augmenté, malgré une légère baisse en 2021, atteignant 32,4 milliards USD en 2022 contre 10,1 milliards USD en 2016 (Graphique 3). Ce montant total comprend 28,9 milliards USD provenant de sources publiques bilatérales et multilatérales. Le financement climatique pour l'adaptation mobilisé auprès du secteur privé a également augmenté, passant de 0,4 milliard USD en 2016 à 3,5 milliards USD en 2022. Il est toutefois important de noter que les bonds significatifs du financement privé mobilisé pour l'adaptation en 2020 et 2022 sont imputables à un petit nombre de projets de grande taille.

Le Pacte de Glasgow pour le climat de 2021 appelait les pays développés à au moins doubler, d'ici à 2025, leur contribution collective au financement de l'adaptation des pays en développement par rapport aux niveaux de 2019 (CCNUCC, 2021[3]). Les travaux menés dans le cadre du Comité permanent du financement (CPF) de la CCNUCC ont abordé, dans un "rapport sur le doublement du financement de l'adaptation" publié en 2023, les questions relatives au niveau de référence pour le doublement, aux défis méthodologiques et aux données disponibles jusqu'en 2020 (UNFCCC SCF, 2023[4]). Les résultats du premier Bilan Mondial de l'Accord de Paris en décembre 2023 ont réitéré l'appel au doublement et ont exhorté les pays développés à préparer un rapport en 2024 pour évaluer les progrès (CCNUCC, 2023[5]).

Le montant du financement de l'adaptation mesuré par l'OCDE en 2019 sur la base des données déclarées par les fournisseurs bilatéraux et multilatéraux s'élevait à 18,8 milliards USD. Si l'on prend les chiffres du financement public publiés par l'OCDE comme référence, en 2022, à mi-chemin entre 2019 et 2025, les pays développés avaient à peu près réalisé la moitié de l'appel à doubler le financement de l'adaptation. En outre, entre 2019 et 2022, le financement de l'adaptation mobilisé auprès du secteur privé a plus que doublé, passant de 1,5 milliard d'USD à 3,5 milliards USD.

Dans la pratique, les bailleurs de fonds internationaux ont une série de défis à relever ainsi que d'opportunités à saisir pour contribuer à l'augmentation du financement de l'adaptation dans les pays en développement. Ces questions sont abordées dans un rapport spécifique de l'OCDE intitulé Accroître le financement de l'adaptation dans les pays en développement, qui fournissant également des perspectives sur l'objectif plus large consistant à soutenir la capacité des pays en développement à s'adapter aux conséquences du changement climatique (voir Encadré 1 et (OCDE, 2023[6])).

Si l'on considère la répartition thématique globale du total du financement climat fourni et mobilisé par les pays développés (Graphique 4), la part de l'adaptation a progressivement augmenté au cours de la période, passant de 17% en 2016 et 25% en 2019 à 28% en 2022, en raison d'une hausse de 22,3 milliards USD sur la période 2016-2022. Néanmoins, le financement de l'atténuation, qui a augmenté de 27,7 milliards d'USD entre 2016 et 2022, continue de représenter la majorité en 2022, avec 60 % (69,9 milliards d'USD) du total. Les activités transversales qui portent à la fois sur l'atténuation et l'adaptation ont également augmenté, passant de 6,2 milliards USD en 2016 à 13,6 milliards USD en 2022, ce qui représente une part relativement stable entre 7% et 13% du total tout au long de la période.

Il est important de garder à l'esprit que les variations d'une année sur l'autre dans la répartition thématique du financement climatique peuvent être influencées à la fois par de grands projets individuels (notamment pour les infrastructures) et par les méthodologies utilisées par les bailleurs de fonds pour identifier le thème climatique des activités et déterminer le montant spécifique pour le climat. Dans ce contexte, le Graphique 5 illustre une croissance très rapide, depuis 2019, du nombre d'activités déclarées comme financement de l'adaptation, à l'exception d'une baisse en 2021. En contraste, le nombre d'activités déclarées pour l'atténuation (ainsi que pour les activités transversales) a augmenté à un rythme beaucoup plus lent mais relativement régulier.

En termes de répartition sectorielle (Graphique 6), les tendances sont restées largement inchangées depuis 2016. La plupart des financements de l'atténuation se sont concentrés dans les secteurs de l'énergie et du transport. Entre 2016 et 2022, ces deux secteurs ont représenté plus de la moitié (62 %) du financement total de l'atténuation fourni et mobilisé. En revanche, le financement de l'adaptation a été réparti plus uniformément entre un plus grand nombre de secteurs, l'approvisionnement en eau et l'assainissement, ainsi que l'agriculture, la sylviculture et la pêche, représentant les parts les plus importantes avec respectivement 19 % et 18 % du total du financement de l'adaptation fourni et mobilisé.

Le secteur privé a un rôle crucial à jouer dans le financement de l'action climatique dans les pays en développement. C'est notamment le cas pour combler le déficit d'investissement dans des domaines tels que l'énergie propre, l'agriculture et la résilience. Dans ce contexte, le financement public peut être utilisé de manière stratégique pour mobiliser le financement privé, notamment en recourant à des mécanismes de réduction des risques. Le rapport de l'OCDE intitulé Accroître la mobilisation des financements privés en faveur de l'action climatique dans les pays en développement a mis en évidence des opportunités pour les fournisseurs internationaux de les soutenir dans ces efforts, tout en fournissant des perspectives sur les possibilités d’augmenter des financements privés en faveur de l'action climatique dans les pays en développement de manière plus générale (voir Encadré 2 et (OCDE, 2023[7])).

Après plusieurs années de stagnation, les financements privés mobilisés par les financements climatiques publics ont augmenté de manière significative en termes relatifs et absolus, atteignant 21,9 milliards d'USD en 2022. Cela représente une augmentation de 52% (ou 7,4 milliards USD) par rapport à 2021. Cette hausse a été observée pour les trois catégories de bailleurs de fonds publics (Graphique 7).

Bien qu'il ne soit pas possible, à un niveau agrégé, d'identifier des facteurs explicatifs spécifiques, ce bond annuel est susceptible de refléter à la fois la forte croissance des financements climatiques publics entre 2021 et 2022 (qui ont augmenté de 18,3 milliards USD, soit 25%), ainsi que certaines améliorations dans l'efficacité de ces financements publics à mobiliser du financement privé. Pour mettre cette hausse en perspective, le total des financements privés mobilisés pour le développement par les bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux a également augmenté de manière significative en 2022, de 27 %, passant de 48 milliards d'USD en 2021 à 61 milliards d'USD.

En ce qui concerne les mécanismes à effet de levier utilisés par les bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux pour les activités liées au changement climatique, la plupart des financements privés pour le climat ont été mobilisés par le biais d'investissements dans des entreprises et structures de financement de projets, de garanties, et de prêts syndiqués (Graphique 8). Les différents types de bailleurs de fonds ont toutefois tendance à s'appuyer sur des mécanismes différents, reflétant des mandats différenciés ainsi que la nécessité d'adapter le choix et l'utilisation de ces mécanismes aux contextes nationaux et sectoriels.

Le secteur qui a le plus bénéficié de la croissance des financements privés mobilisés en 2022 est celui de l'énergie, qui, entre 2016 et 2022, a représenté près de la moitié du total des financements privés mobilisés en faveur du climat. De même, une part majoritaire des financements privés a continué d'être mobilisée dans les pays à revenu intermédiaire (Graphique 9). Plus généralement, les volumes de financement climatique mobilisés étaient relativement concentrés dans un nombre limité de pays en développement. Entre 2016 et 2022, les cinq premiers pays bénéficiaires représentaient 28 % du total des financements climatiques mobilisés. Cette part atteint 41 % si l'on considère les 10 premiers pays et 57 % si l'on considère les 20 premiers pays. Cette tendance résulte en partie de la mobilisation d'un volume important de financements privés pour un nombre limité de grands projets d'infrastructure.

En 2022 comme les années précédentes, les financements climatiques publics des pays développés fournis bilatéralement et par le biais de canaux multilatéraux ont principalement pris la forme de prêts (69%, soit 63,6 milliards USD) et, dans une moindre mesure, de dons (28%, soit 25,6 milliards USD), tandis que les volumes de prises de participation (dans des entreprises, projets ou fonds) sont restés modestes (Graphique 10). Entre 2016 et 2022, le niveau annuel des subventions a augmenté de 13,4 milliards USD, faisant plus que doubler avec une croissance de 109 %, dépassant la croissance de 91 % des prêts publics, qui ont augmenté de 30,3 milliards USD.

L’utilisation d'instruments varie entre types de bailleurs de fonds, reflétant les mandats différents et complémentaires et, par conséquent, les différents types d'activités au sein de leurs portefeuilles. Sur la période 2016-2022, près de 90 % des financements fournis par les BMD ont pris la forme de prêts (avec des projets individuels de taille relativement importante, comme l'illustre le Graphique 2). En revanche, la répartition était comparativement plus équilibrée pour les fonds multilatéraux pour le climat (39% de prêts, 54% de dons) et les fournisseurs bilatéraux (57% de prêts, 39% de dons), qui ont tous deux tendances à financer un éventail d'activités et de projets relativement plus large et diversifiée (Graphique 10).

Comme le montre le Graphique 11, l'utilisation des instruments de financement public a peu varié entre les pays en développement qui sont des pays à revenu élevé (PRE), des pays à revenu intermédiaire supérieur (PRITS) ou des pays à revenu intermédiaire inférieur (PRITI), pour lesquels les prêts représentant respectivement 92 %, 87 % et 85 % du financement climatique public en 2016-2022. En revanche, le financement sous forme de dons était nettement plus élevé dans les pays à faible revenu (PFR), où il représentait 64% du financement climatique public, en raison de besoins spécifiques (par exemple, l'adaptation, le renforcement des capacités) ainsi que des circonstances (plus de risques et moins de projets ayant la capacité de rembourser des prêts). En effet, en 2016-2022, une part plus importante des financements publics pour l'adaptation (38 %) et des activités ciblant les deux objectifs (55 %) a été fournie sous forme de subventions, par rapport à l'atténuation (15% financés par des subventions).

En termes de groupes de revenus, les PRITI ont été les principaux bénéficiaires, représentant 40 % (46,5 milliards USD) du total du financement climatique fourni et mobilisé en 2022, en augmentation par rapport aux 23,2 milliards USD de 2016 qui représentaient une part similaire (Graphique 14). La part représentée par les PRITS est restée stable (30% en 2022, 28% en 2016). La part des financements fournis et mobilisés pour les PFR représentait 10% en 2022. Toutefois, en termes absolus, les financements destinés aux PFR ont été multipliés par cinq (9 milliards USD) depuis 2016. Pas moins de 18% des financements climatiques fournis et mobilisés par les pays développés n'ont pu être attribués à un groupe de revenu, en raison principalement d'activités ayant une portée régionale ou multi-pays au moment de la déclaration.

Au cours des années observées, il y a eu une croissance presque continue en volume pour les pays les moins avancés (PMA) et les petits États insulaires en développement (PEID). Le financement climatique pour les PMA a dépassé la barre des 20 milliards d'USD pour la première fois en 2022 (1,2 milliards USD). Le financement climatique pour les PEID a été multiplié par plus de trois depuis 2016, atteignant 3,2 milliards d'USD en 2022. Entre 2016 et 2022, les PMA et les PEID ont bénéficié, respectivement, d'une moyenne annuelle de 14,2 milliards USD (17 % du total du financement climatique fourni et mobilisé) et de 2 milliards USD (2 %) (Graphique 15). En termes de montants par habitant, les PEID ont bénéficié en moyenne de 96 USD et les PMA de 16 USD au cours de la période observée. En contraste, sur la même période, tous les pays en développement ont bénéficié de 25 USD par personne et par an.

Il est important de noter que sur la période 2016-2022, l'adaptation a représenté une part plus importante du financement climatique (près de la moitié) dans les PMA et les PEID par rapport à l'ensemble des pays en développement (un quart) (Graphique 16). La part représentée par les financements privés mobilisés était nettement plus faible pour les PMA (7%) et les PEID (9%), contre une moyenne de 18% pour l'ensemble des pays en développement. Cela souligne les difficultés rencontrées par ces pays pour attirer les investissements privés en faveur de l'action climatique et la nécessité de déployer des efforts pour contribuer à relever ces défis (OCDE, 2023[7]). De même, les PEID et, dans une moindre mesure, les PMA, ont reçu une part plus importante de subventions que les autres pays en développement. La majorité (53 %) des financements publics accordés aux PEID l'ont été sous forme de subventions ; ce pourcentage était de 44% pour les PMA.

Le Graphique 1 et le Tableau 1 au début de ce rapport soulignent que les fournisseurs multilatéraux représentent une proportion très importante et croissante du financement climatique total comptabilisé comme étant fourni et mobilisé par les pays développés. Au sein de cette composante, il est important de faire la distinction entre les BMD et les fonds climatiques, car ces deux sous-catégories ont tendance à fonctionner différemment en termes de ressources, de mandats et d'opérations.

Le Tableau 7, dans le chapitre Données et méthodes, fournit une liste complète des institutions couvertes par ce rapport (notant l'ajout, pour les données de 2022, de la Facilité pour la Résilience et la Durabilité (FRD) du FMI) et les pourcentages spécifiques à chaque institution pour attribuer aux pays développés une part du financement climatique que ces institutions fournissent et mobilisent. Ces pourcentages vont de 4,8% à 100% selon l'institution, ce qui signifie que la part restante du financement climatique fourni et mobilisé par les institutions multilatérales est attribuable aux pays en développement, comme l'illustre l’Encadré 4.

Le Graphique 17 indique que le total des financements climatiques fournis et mobilisés par les BMD (attribués aux pays développés) n'a cessé de croître depuis 2016 et a contribué à la réalisation de l'objectif de 100 milliards USD en 2022, notamment grâce à l'octroi de prêts. En revanche, le financement climatique fourni pour les fonds multilatéraux pour le climat (pour lesquels la part d'attribution aux pays développés est proche de 100 % dans presque tous les cas) reste relativement plus modeste et a tendance à varier d'une année sur l'autre depuis 2019, après une période de croissance régulière entre 2016 et 2019.

Si l'on considère spécifiquement les volumes de financement privé mobilisés, il est important de noter que certaines institutions multilatérales sont explicitement mandatées pour financer des domaines qui n'attirent généralement que peu ou pas d'investissements privés, tels que les prêts aux gouvernements. Le manque de données ne permet pas d'effectuer une analyse au niveau des transactions dans ce domaine.

La répartition comparative par thème climatique et par groupe de revenu bénéficiaire des financements climatiques fournis et mobilisés par les BMD et les fonds climatiques sur la période 2016-2022 apporte deux éclairages au niveau agrégé (Graphique 18). Premièrement, la part du financement de l'adaptation est similaire dans les deux groupes, malgré des différences dans les méthodologies de suivi du financement climatique (par exemple, les fonds climatiques classent souvent le financement de l'adaptation comme ciblant les deux objectifs, une catégorie rarement utilisée par les BMD), et dans les caractéristiques des projets (les BMD financent de très grands projets, dans le cadre desquels un montant important de financement de l'adaptation sera enregistré si une composante spécifique au climat élevée est appliquée). Deuxièmement, une part très importante du financement climatique fourni et mobilisé par les fonds climatiques n'a pas pu être attribuée à un groupe de revenu au moment de la déclaration. Malgré cette contrainte, la répartition des groupes de revenus semble relativement similaire, les PRITI représentant la plus grande part, suivis de près par les PRITS et, avec des parts nettement inférieures, par les PFR et les pays en développement à revenu élevé.

Avertissement

Cet ouvrage est publié sous la responsabilité du Secrétaire général de l’OCDE. Les opinions et les arguments exprimés ici ne reflètent pas nécessairement les vues officielles des pays Membres de l'OCDE.

Ce document, ainsi que les données et cartes qu’il peut comprendre, sont sans préjudice du statut de tout territoire, de la souveraineté s’exerçant sur ce dernier, du tracé des frontières et limites internationales, et du nom de tout territoire, ville ou région.

Les données statistiques concernant Israël sont fournies par et sous la responsabilité des autorités israéliennes compétentes. L’utilisation de ces données par l’OCDE est sans préjudice du statut des hauteurs du Golan, de Jérusalem-Est et des colonies de peuplement israéliennes en Cisjordanie aux termes du droit international.

Note de la République de Türkiye
Les informations figurant dans ce document qui font référence à « Chypre » concernent la partie méridionale de l’Ile. Il n’y a pas d’autorité unique représentant à la fois les Chypriotes turcs et grecs sur l’Ile. La Türkiye reconnaît la République Turque de Chypre Nord (RTCN). Jusqu’à ce qu'une solution durable et équitable soit trouvée dans le cadre des Nations Unies, la Türkiye maintiendra sa position sur la « question chypriote ».

Note de tous les États de l’Union européenne membres de l’OCDE et de l’Union européenne
La République de Chypre est reconnue par tous les membres des Nations Unies sauf la Türkiye. Les informations figurant dans ce document concernent la zone sous le contrôle effectif du gouvernement de la République de Chypre.

Crédits photo : Couverture © PRILL/shutterstock.com

Les corrigenda des publications sont disponibles sur : www.oecd.org/fr/apropos/editionsocde/corrigendadepublicationsdelocde.htm.

© OCDE 2024

L’utilisation de ce contenu, qu’il soit numérique ou imprimé, est régie par les conditions d’utilisation suivantes : https://www.oecd.org/fr/conditionsdutilisation.