Annexe A. Alternants et alternants diplômés dans l’Évaluation des compétences des adultes (PIAAC)

Alternants en cours de formation

Les alternants en cours de formation s’entendent des individus fréquentant le deuxième cycle de l’enseignement secondaire ou suivant un cursus post-secondaire de cycle court (programmes du niveau 3 de la CITE, d’une durée supérieure à deux ans, ou de niveau 4C) et se définissant eux-mêmes comme tels ou détenant un contrat de formation en alternance. Les variables C_Q07 et D_Q09 du questionnaire de base de l’Évaluation des compétences des adultes réalisée dans le cadre du Programme pour l’évaluation internationale des compétences des adultes (PIAAC) ont servi à les identifier. Ces variables ne faisant pas de distinction entre stages et formation en alternance, cette dernière a été limitée aux seuls programmes sanctionnés par un diplôme du deuxième cycle du secondaire ou de l’enseignement post-secondaire de cycle court. Il a été considéré en effet que les stages étaient plus fréquents dans les cursus post-secondaires de cycle long qu’aux niveaux d’enseignement et de formation inférieurs (Kuczera, 2017[1]).

Alternants diplômés

En Allemagne, en Autriche et au Canada, sont considérés comme des alternants diplômés les individus qui indiquent que leur diplôme le plus élevé est un « certificat d’apprentissage » (en réponse aux questions B_Q01aDE2_REC, en Allemagne, B_Q01aAT, en Autriche et B_Q01aCA6, au Canada, dans le questionnaire national de base de l’Évaluation des compétences des adultes). En Norvège, un alternant diplômé est un individu qui a obtenu son diplôme le plus élevé au terme d’un cursus de niveau 3C de la CITE (d’une durée minimale de deux ans) (question B_Q01a du questionnaire de base). Au Danemark, un alternant diplômé a obtenu comme diplôme le plus élevé un diplôme du second cycle du secondaire (CITE 3, d’une durée de deux ans ou plus) dans l’un des domaines suivants : sciences sociales, commerce et droit, sciences, mathématiques et informatique, formation des enseignants et sciences de l’éducation, ingénierie, industries de transformation et production (questions B_Q01a et B_Q01b du questionnaire de base) (Kuczera, 2017[1]).

Référence

[1] Kuczera, M. (2017), « Incentives for apprenticeship », Documents de travail de l’OCDE sur l’éducation, no. 152, Éditions OCDE, Paris, http://dx.doi.org/10.1787/55bb556d-en.

End of the section – Back to iLibrary publication page