copy the linklink copied!Irlande

copy the linklink copied!
Population née à l’étranger - 2016

0.8 million, 51 % de femmes

17 % de la population totale

Évolution depuis 2007 : +56 %

Principaux pays de naissance :

Royaume-Uni (34 %), Pologne (14 %), Lituanie (4 %)

En 2017, l’Irlande a accueilli 40 000 nouveaux immigrés pour un séjour de longue durée ou à titre permanent (y compris dans le cadre d’un changement de statut et de la libre circulation), soit -4.1 % par rapport à 2016. Ce chiffre comprend 69.1 % d’immigrés admis au titre de la libre circulation, 20 % de travailleurs immigrés, 8.8% de membres de la famille (y compris les accompagnants) et 2.1 % de migrants humanitaires.

Environ 27 600 permis ont été délivrés à des étudiants en mobilité internationale originaires de pays hors UE et inscrits dans l’enseignement supérieur et 4 200 à des travailleurs immigrés temporaires ou saisonniers, et stagiaires (à l’exclusion des migrations intra-UE). En outre, 6 200 détachements intra-UE ont été enregistrés en 2017, soit une augmentation de 6.7 % par rapport à 2016. Ces travailleurs détachés étaient généralement titulaires de contrats de courte durée.

Hormis les ressortissants de l’UE, l’Inde, les États-Unis et la Chine comptaient parmi les trois premières nationalités des nouveaux arrivants en 2017. Parmi les 10 premiers pays d’origine non membres de l’UE, l’Inde a enregistré la plus forte hausse (+1 100) et la Chine la plus forte baisse (-200) de leurs flux d’entrées en Irlande par rapport à l’année précédente.

En 2018, le nombre de personnes ayant déposé une demande d’asile initiale en Irlande a augmenté de 25.6 %, pour s’établir à 3 700 environ. La majorité des demandeurs viennent de l’Albanie (500), de la Géorgie (500) et de la Syrie (300). La plus forte hausse depuis 2017 concerne les ressortissants de l’Albanie (+200) et le recul le plus marqué les ressortissants de la Syrie (-200). Sur les 1 200 décisions prises en 2018, 85.5 % étaient positives.

L’émigration des ressortissants irlandais vers les pays de l’OCDE a diminué de 6.5 %, pour s’établir à 28 000 personnes. Environ 36.1 % ont émigré au Royaume-Uni, 14.2 % en Australie et 7.8 % en Allemagne.

Le document « The Migrant Integration Strategy - A Blueprint for the Future », publié en février 2017, expose la stratégie adoptée par le gouvernement irlandais en matière d’intégration des immigrés pour la période 2017-2020. Il s’agit d’une approche pangouvernementale impliquant des actions de la part de tous les services administrés par le Bureau pour la promotion de l’intégration des immigrés du ministère de la Justice et de l’Égalité. Cette stratégie s’adresse à tous les immigrés, y compris aux réfugiés qui résident légalement sur le territoire et à ceux qui ont obtenu la nationalité irlandaise mais qui sont nés à l’étranger.

En septembre 2018, le gouvernement a publié un document général intitulé « Review of Economic Migration Policy », qui recommande avant tout d’adapter l’examen semestriel de la liste des emplois hautement qualifiés et des emplois non admissibles, qui régit les flux migratoires des travailleurs originaires de pays non membres de l’EEE, afin qu’il réponde davantage aux besoins. Le document recommande également de créer un permis de travail saisonnier pour faciliter l’embauche de courte durée de certaines catégories de travailleurs, ainsi que la révision des seuils de salaire et d’autres critères applicables aux permis de travail. Il est indiqué qu’aux fins de l’appréciation de la situation de l’emploi, il est nécessaire de publier les offres d’emploi dans la presse, une obligation onéreuse et pesante prévue dans les dispositions législatives. Le gouvernement est également encouragé à faire preuve de davantage de souplesse en renonçant à la règle des 50 %, qui refuse des permis de travail aux entreprises dont moins de la moitié des salariés sont des ressortissants de l’EEE.

En mai 2018, le gouvernement a mis en place un programme pilote temporaire pour les travailleurs du secteur agroalimentaire. Ce programme a permis d’attribuer 500 permis au secteur horticole, 250 à l’industrie de la viande et 50 au secteur laitier. Le seuil salarial de 22 000 EUR est inférieur au salaire minimum au titre du permis de travail irlandais standard. Les employeurs doivent garantir l’accès à un logement décent et à une formation dans des domaines tels que les compétences en langue. En août 2018, 500 nouveaux permis ont été délivrés à des agents de transformation de la viande, en plus des 250 permis initiaux, en raison de la pénurie persistante de main-d’œuvre.

En octobre 2018, le gouvernement a annoncé la mise en place d’un programme de régularisation temporaire limité aux immigrés originaires de pays non membres de l’Espace économique européen qui étaient titulaires d’une autorisation d’études valide de janvier 2005 à décembre 2010, mais qui se sont retrouvés sans papiers par la suite. Cette nouvelle politique a permis à ces personnes de demander l’autorisation de rester en Irlande pendant une période de trois mois, d’octobre 2018 à janvier 2019. Les personnes dont la demande a été acceptée ont reçu un cachet « 4 S » qui leur permet de vivre et de travailler en Irlande pendant deux ans sans permis de travail.

Depuis mars 2019, les conjoints des titulaires d’un permis de travail Critical Skills Employment Permit (CSEP) et des chercheurs titulaires d’une convention d’accueil (Hosting Agreement) pourront commencer à travailler en Irlande dès l’obtention d’un titre de séjour irlandais à condition d’être admissibles, et n’auront donc plus besoin d’un permis de travail distinct. Le travail indépendant n’est pas autorisé. L’obtention d’un permis de travail distinct restera obligatoire pour les conjoints des titulaires d’autres permis, dont le permis de transfert intra-entreprise et le permis de travail général.

Les retards de traitement observés au sein du ministère de l’Économie, des Entreprises et de l’Innovation ont amené ce dernier à attribuer le statut « Stamp 4 » (qui donne une autorisation de séjour et de travail sans restriction) aux titulaires d’un permis de travail CSEP après un délai de 20 mois, même si cela n’est normalement possible qu’après 24 mois de CSEP, pour autant qu’une demande ait été déposée. Le statut « Stamp 4 », une fois attribué, a une durée de validité de deux ans renouvelables.

Pour de plus amples informations :

www.inis.gov.ie

www.ria.gov.ie/

https://dbei.gov.ie

copy the linklink copied!
Chiffres clés de l'immigration et de l'émigration - Irlande
Chiffres clés de l'immigration et de l'émigration - Irlande

Pour plus de détails sur les définitions et les sources, se référer aux notes à la suite des tableaux.

 StatLink https://doi.org/10.1787/888933995099

Mentions légales et droits

Ce document, ainsi que les données et cartes qu’il peut comprendre, sont sans préjudice du statut de tout territoire, de la souveraineté s’exerçant sur ce dernier, du tracé des frontières et limites internationales, et du nom de tout territoire, ville ou région. Des extraits de publications sont susceptibles de faire l'objet d'avertissements supplémentaires, qui sont inclus dans la version complète de la publication, disponible sous le lien fourni à cet effet.

https://doi.org/10.1787/60811ed3-fr

© OCDE 2019

L’utilisation de ce contenu, qu’il soit numérique ou imprimé, est régie par les conditions d’utilisation suivantes : http://www.oecd.org/fr/conditionsdutilisation.