copy the linklink copied!Remplacements de la hanche ou du genou

Les chirurgies de remplacement de la hanche et du genou comptent parmi les interventions les plus couramment réalisées et les plus efficaces dans le monde. L’indication la plus fréquente de remplacement de la hanche et du genou (chirurgie de remplacement de l’articulation) est l’arthrose, qui diminue les capacités fonctionnelles et la qualité de vie.

L’arthrose est une forme d’arthrite dégénérative caractérisée par l’usure du cartilage qui amortit et fluidifie le mouvement des articulations – le plus souvent du genou et de la hanche. Elle se traduit par des douleurs, des enflures et une raideur qui résultent en une perte de mobilité et de capacité fonctionnelle. Elle est l’une des dix maladies les plus invalidantes dans les pays développés. Selon les estimations, 10 % des hommes et 18 % des femmes de plus de 60 ans souffriraient d’arthrose symptomatique, sous une forme modérée ou sévère, dans le monde (OMS, 2014[1]).

L’âge est le principal déterminant de l’apparition et de l’évolution de l’arthrose. Cette pathologie est plus répandue chez les femmes, et progresse au-delà de 50 ans, affectant notamment la main et le genou. Les autres facteurs de risque sont l’obésité, le manque d’activité physique, le tabac, la consommation excessive d’alcool et les blessures. La chirurgie de remplacement se pratique principalement sur des personnes de 60 ans et plus, mais elle peut également s’effectuer sur des personnes plus jeunes.

En 2017, l’Allemagne, la Suisse, l’Autriche, la Finlande, le Luxembourg et la Belgique comptaient parmi les pays qui affichaient les taux les plus élevés de remplacement de la hanche et du genou (Graphique 9.12 et Graphique 9.13). Les moyennes de l’OCDE sont de 182 pour 100 000 habitants en ce qui concerne les remplacements de la hanche, et de 135 pour 100 000 habitants en ce qui concerne les remplacements du genou. De faibles taux sont observés pour ces deux procédures au Mexique, au Portugal, en Israël, en Irlande et en Corée. Des différences dans la structure de la population peuvent partiellement expliquer ces variations entre pays, et une standardisation par l’âge les réduit dans une certaine mesure. Néanmoins, des écarts prononcés subsistent, et le classement des pays n’est pas bouleversé une fois effectuée la standardisation par l’âge (McPherson, Gon et Scott, 2013[2]).

Les moyennes nationales peuvent masquer d’importantes variations des taux de remplacement de la hanche et du genou à l’intérieur d’un pays. En Australie, au Canada, en Allemagne, en France et en Italie, le taux de remplacement du genou varie de plus du simple au double d’une région à l’autre, même après standardisation par l’âge (OCDE, 2014[3]). Outre le nombre d’interventions, la qualité de la chirurgie (voir l’indicateur « Chirurgie de la hanche et du genou » au chapitre 6) et les délais d’attente (voir l’indicateur « Temps d’attente avant une chirurgie élective » dans le chapitre 5) revêtent une importance cruciale pour les patients.

Le nombre de chirurgies de remplacement de la hanche et du genou a rapidement augmenté dans la plupart des pays de l’OCDE depuis 2000 (Graphique 9.14 et Graphique 9.15). Entre 2007 et 2017, le taux de remplacement a progressé de 30 % en moyenne pour la hanche, et de 40 % pour le genou. Cette hausse correspond à l’incidence et à la prévalence croissantes de l’arthrose, en raison du vieillissement démographique et de l’augmentation des taux d’obésité dans les pays de l’OCDE. Aux États-Unis par exemple, la prévalence de l’arthrose du genou a plus que doublé depuis le milieu du XXe siècle (Wallace et al., 2017[4]).

La plupart des pays de l’OCDE connaissent une évolution à la hausse, mais dans des proportions variables ; cette progression est toutefois inférieure à la moyenne en Irlande et au Luxembourg, qui sont également les seuls pays de l’OCDE à enregistrer une baisse des taux de remplacement de la hanche depuis 2007.

copy the linklink copied!
Définition et comparabilité

Le remplacement de la hanche est une intervention chirurgicale qui consiste à remplacer l’articulation de la hanche par une prothèse. Elle est pratiquée généralement pour soulager des douleurs arthritiques ou traiter une lésion sévère de l’articulation après une fracture de la hanche.

Le remplacement du genou est une intervention chirurgicale qui consiste à remplacer les surfaces portantes de l’articulation du genou pour soulager la douleur et le handicap lié à l’arthrose. Elle peut être pratiquée pour traiter d’autres pathologies du genou telles que l’arthrose rhumatoïde.

Les systèmes de classification et les pratiques de comptabilisation varient d’un pays à l’autre, ce qui limite la comparabilité des données. Alors que la plupart des pays prennent en compte à la fois le remplacement total et le remplacement partiel de la hanche, certains ne comptabilisent que le remplacement total. En Irlande, au Mexique, en Nouvelle-Zélande et au Royaume-Uni, les données ne couvrent que les activités des hôpitaux financés sur fonds publics, d’où une sous-estimation du nombre d’interventions présenté ici (en Irlande, par exemple, l’activité des hôpitaux privés représenterait 15 % environ de l’activité hospitalière). Les données pour le Portugal couvrent uniquement les hôpitaux publics sur le territoire continental. Celles concernant l’Espagne n’incluent qu’en partie les activités des hôpitaux privés.

Références

[2] McPherson, K., G. Gon et M. Scott (2013), « International Variations in a Selected Number of Surgical Procedures », Documents de travail de l'OCDE sur la santé, n° 61, Éditions OCDE, Paris, https://dx.doi.org/10.1787/5k49h4p5g9mw-en.

[3] OCDE (2014), Geographic Variations in Health Care: What Do We Know and What Can Be Done to Improve Health System Performance?, OCCD Health Policy Studies, Éditions OCDE, Paris, https://dx.doi.org/10.1787/9789264216594-en.

[1] OMS (2014), « Chronic Rheumatic Conditions », Fact Sheet, http://www.who.int/chp/topics/rheumatic/en/.

[4] Wallace, I. et al. (2017), « Knee osteoarthritis has doubled in prevalence since the mid-20th century », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 114, n° 35, pp. 9332-9336, http://dx.doi.org/10.1073/pnas.1703856114.

copy the linklink copied!
Graphique 9.12. Chirurgies de remplacement de la hanche, 2017 (ou année la plus proche)
Graphique 9.12. Chirurgies de remplacement de la hanche, 2017 (ou année la plus proche)

Source : Statistiques de l'OCDE sur la santé 2019.

 StatLink https://doi.org/10.1787/888934070358

copy the linklink copied!
Graphique 9.14. Évolution des chirurgies de remplacement de la hanche dans une sélection de pays de l’OCDE, 2007-17
Graphique 9.14. Évolution des chirurgies de remplacement de la hanche dans une sélection de pays de l’OCDE, 2007-17

Source : Statistiques de l'OCDE sur la santé 2019.

StatLink 2 https://doi.org/10.1787/888934070396

copy the linklink copied!
Graphique 9.13. Chirurgies de remplacement du genou, 2017 (ou année la plus proche)
Graphique 9.13. Chirurgies de remplacement du genou, 2017 (ou année la plus proche)

Source : Statistiques de l'OCDE sur la santé 2019.

 StatLink https://doi.org/10.1787/888934070377

copy the linklink copied!
Graphique 9.15. Évolution des chirurgies de remplacement du genou dans une sélection de pays de l’OCDE, 2007-17
Graphique 9.15. Évolution des chirurgies de remplacement du genou dans une sélection de pays de l’OCDE, 2007-17

Source : Statistiques de l'OCDE sur la santé 2019.

 StatLink https://doi.org/10.1787/888934070415

Mentions légales et droits

Ce document, ainsi que les données et cartes qu’il peut comprendre, sont sans préjudice du statut de tout territoire, de la souveraineté s’exerçant sur ce dernier, du tracé des frontières et limites internationales, et du nom de tout territoire, ville ou région. Des extraits de publications sont susceptibles de faire l'objet d'avertissements supplémentaires, qui sont inclus dans la version complète de la publication, disponible sous le lien fourni à cet effet.

https://doi.org/10.1787/5f5b6833-fr

© OCDE 2019

L’utilisation de ce contenu, qu’il soit numérique ou imprimé, est régie par les conditions d’utilisation suivantes : http://www.oecd.org/fr/conditionsdutilisation.