copy the linklink copied!Norvège

copy the linklink copied!Introduction

La Norvège reconnaît que la réalisation des Objectifs de développement durable relève d’une responsabilité collective, principe qui sous-tend son approche de la coopération pour le développement. Pour traduire en actes son ferme soutien en faveur du Programme de développement durable à l’horizon 2030 et mettre en œuvre ses priorités thématiques globales (que sont, par exemple, la santé, l’éducation, le climat et l’environnement), la Norvège achemine une part accrue de son aide par le canal d’organisations multilatérales. Ses priorités sont étayées par des livres blancs thématiques régulièrement publiés, à l’instar du document d’orientation 2016-17 intitulé The place of the oceans in Norway's foreign and development policy.

La Norvège a également entrepris d’adapter ses interventions humanitaires aux nouvelles formes de crise, en s’appuyant sur une stratégie claire, un budget accru et des partenariats solides. Dans le droit fil de son engagement en faveur du multilatéralisme, mais aussi de la paix et de la sécurité, la Norvège a déposé sa candidature pour siéger en qualité de membre non permanent au Conseil de sécurité des Nations Unies en 2021-22. Dans l’Examen par les pairs de ses activités de coopération réalisé en 2019, le Comité d’aide au développement (CAD) félicite la Norvège pour le rôle important qu’elle joue en tant que partenaire au développement, ainsi que pour son engagement en faveur d’une action mondiale et son attachement au système multilatéral, que viennent appuyer des ressources financières généreuses.

copy the linklink copied!Aide publique au développement

Depuis de nombreuses années, la Norvège affiche un rapport aide publique au développement (APD)/revenu national brut (RNB) supérieur à l’objectif de 0.7 % et maintient résolument son engagement de porter ce rapport à 1 %. De ce fait, elle continue de se placer parmi les trois premiers donneurs du CAD en termes de pourcentage du RNB consacré à l’APD. Alors qu’une part substantielle de l’APD norvégienne (76 %) est enregistrée comme aide bilatérale, 39 % de cette aide ont été acheminés par le canal d’organisations multilatérales sous forme de contributions multibilatérales ou extrabudgétaires en 2017. Par ailleurs, la Norvège a affecté 24 % de son APD totale aux contributions au budget central d’organisations multilatérales. Les principaux bénéficiaires de l’APD bilatérale norvégienne sont majoritairement situés au Moyen-Orient et en Afrique subsaharienne.

En 2018, les apports totaux d’APD de la Norvège se sont élevés à 4.26 milliards USD (données préliminaires, en prix courants), selon la nouvelle méthodologie de l’équivalent don (voir les notes méthodologiques pour plus d’informations) adoptée par les membres du CAD en vue de son application à compter de la notification des apports de 2018, qui permet de mesurer avec plus d’exactitude l’effort effectivement fourni par les donneurs lorsqu’ils accordent des prêts de développement. Ce chiffre représente 0.94 % du RNB. Selon l’ancienne méthodologie fondée sur les flux financiers, l’APD nette en 2018 s’élèverait également à 4.26 milliards USD, étant donné que l’ensemble des apports d’APD de la Norvège prennent la forme de dons. Ce chiffre représente néanmoins une baisse de 4.2 % en termes réels par rapport à 2017, probablement imputable à un coût notifié des réfugiés dans le pays donneur moins élevé. En 2018, les dépenses consacrées aux réfugiés sur le territoire ont représenté 2.4 % de l’APD nette totale, soit un recul de 3.6 % par rapport à 2017.

La part non liée de l’APD bilatérale de la Norvège (hors frais administratifs et coût des réfugiés dans le pays donneur) a été de 100 % en 2017 (comme en 2016), pour une moyenne des pays du CAD de 82.1 %. L’élément de libéralité de l’APD totale a également été de 100 % en 2017.

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!
Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

En 2017, 76 % de l’APD brute norvégienne ont été dispensés sous forme d’aide bilatérale, dont 39 % ont été acheminés par le canal d’organisations multilatérales (contributions multibilatérales/extrabudgétaires). La Norvège a affecté 24 % de son APD totale aux contributions au budget central d’organisations multilatérales. En savoir plus sur le financement multilatéral du développement.

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!
Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

En 2017, l’aide-pays programmable (APP) a représenté 32 % de l’APD bilatérale de la Norvège, contre 48 % en moyenne pour les pays du CAD (voir les notes méthodologiques pour plus d’informations sur l’aide-pays programmable). Les interventions de type projet ont représenté 52 % de l’APP.

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!
Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

En 2017, la Norvège a acheminé 26.3 % de son APD bilatérale brute par le biais du secteur public (ce qui représente une baisse par rapport à 2016, où cette part s’établissait à 43.9 %). La part de l’APD bilatérale acheminée par l’intermédiaire d’organismes du secteur privé s’est établie à seulement 1.5 %. Voir les notes méthodologiques pour plus d’informations sur les canaux d’acheminement.

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

En 2017, l’APD bilatérale de la Norvège dirigée vers des organisations de la société civile (OSC) ou transitant par celles-ci s’est élevée à 837 millions USD. Entre 2016 et 2017, l’APD apportée aux OSC ou acheminée par leur intermédiaire a augmenté en pourcentage de l’APD bilatérale, passant de 22 % à 27 %. En savoir plus sur les apports d’APD acheminés vers ou par des OSC et sur les Journées de la société civile.

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

En 2017, l’APD bilatérale norvégienne ventilée par région a été principalement orientée vers l’Afrique subsaharienne et le Moyen-Orient. Un montant de 681 millions USD a été affecté à l’Afrique subsaharienne, tandis que le Moyen-Orient a reçu 440 millions USD. L’Asie du Sud et l’Asie centrale ont bénéficié de 201 millions USD. La répartition par région de l’APD bilatérale n’était pas spécifiée pour 1.4 milliard USD (45.3 %).

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

En 2017, la Norvège a affecté 22.7 % de son APD bilatérale brute aux dix principaux bénéficiaires de son aide. Ces derniers se situent, pour la plupart, au Moyen-Orient et en Afrique subsaharienne, eu égard à l’accent mis par la Norvège sur la réduction de la pauvreté et aux augmentations récentes de son financement humanitaire. La Colombie et le Brésil demeurent des exceptions notables, qui attestent de l’appui constant apporté par la Norvège au programme REDD+. Les dotations à destination de contextes fragiles ont représenté 1.1 milliard USD en 2017 (34 % de l’APD bilatérale brute). En savoir plus sur le soutien apporté aux contextes fragiles.

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!
Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

En 2017, la Norvège a alloué 23.4 % de son APD bilatérale brute, soit 737 millions USD, aux pays les moins avancés (PMA). Ce chiffre représente une hausse par rapport à 2016, où le pourcentage s’établissait à 19.1 %. La moyenne des pays du CAD était de 23.5 % en 2017. La part de l’APD bilatérale allouée aux pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure est demeurée relativement stable (9.4 % en 2017, contre 9.6 % en 2016), mais il faut noter que 53 % de l’APD bilatérale norvégienne n’étaient pas ventilés par groupe de revenu.

L’APD totale octroyée par la Norvège aux PMA a représenté 0.28 % de son RNB en 2017, ce qui est supérieur à l’objectif de 0.15-0.20 % fixé par les Nations Unies.

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

En 2017, 36.3 % des engagements d’APD bilatérale de la Norvège (1.2 milliard USD) ont été affectés à l’infrastructure et aux services sociaux, l’accent étant mis sur le soutien au gouvernement et à la société civile (441 millions USD), l’éducation (389 millions USD) et la santé (200 millions USD). L’aide humanitaire a représenté 538 millions USD. En 2017, les engagements d’APD de la Norvège destinés à aider les pays en développement à mobiliser leurs recettes intérieures se sont élevés à 15 millions USD, ce qui représente 0.52 % de l’aide bilatérale ventilable. Ce chiffre illustre le ferme attachement de la Norvège à l’initiative fiscale d’Addis-Abeba et représente une augmentation par rapport à 2016 (0.4 % de l’aide bilatérale ventilable). En 2017, les engagements de la Norvège en faveur de la promotion de l’aide pour le commerce ainsi que de l’amélioration des résultats commerciaux des pays en développement et de leur intégration dans l’économie mondiale se sont chiffrés à 497 millions USD (17.5 % de l’aide bilatérale ventilable).

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

L’APD bilatérale de la Norvège en faveur de l’égalité femmes-hommes s’est chiffrée à 615 millions USD. En 2017, 22 % de l’aide bilatérale ventilable par secteur avaient l’égalité entre les sexes et l’autonomisation des femmes pour objectif principal ou significatif (ce qui représente une baisse par rapport à 2016, où cette part s’établissait à 32 %). La moyenne des pays du CAD était de 36 %. L’intégralité de l’APD bilatérale norvégienne (100 %) a été examinée au regard du marqueur relatif à l’égalité femmes-hommes. L’aide de la Norvège au titre de la population, de la santé/fertilité et de l’éducation est axée sur la problématique femmes-hommes. En savoir plus sur l’APD axée sur l’égalité des sexes et sur le Réseau du CAD sur l’égalité homme-femme.

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

Les engagements de l’APD bilatérale de la Norvège dans le domaine de l’environnement a atteint 777 millions USD. En 2017, 27 % de l’aide bilatérale brute ventilable ciblaient l’environnement et 21 % (599 millions USD) étaient plus particulièrement orientés vers la lutte contre le changement climatique, contre respectivement 33 % et 25 % en moyenne pour les pays du CAD. Les dotations à l’appui de l’environnement ont légèrement augmenté par rapport à 2016, où elles s’établissaient à 26 %, tandis que celles consacrées à la lutte contre le changement climatique sont demeurées stables. La part de l’APD bilatérale ventilable axée spécifiquement sur les mesures d’adaptation a légèrement progressé, passant de 4 % en 2016 à 5 % en 2017, tandis que celle axée spécifiquement sur les mesures d’atténuation a légèrement régressé, passant de 19 % à 18 %. En savoir plus sur le financement du développement axé sur le climat.

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

copy the linklink copied!Autres apports financiers et montants mobilisés auprès du secteur privé

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

En 2017, l’institution norvégienne de financement du développement – Norfund – et l’Agence norvégienne de coopération pour le développement (Norad) ont mobilisé 118 millions USD auprès du secteur privé à la faveur d’investissements directs dans des entreprises et dans des structures ad hoc créées à des fins de financement de projets, de parts dans des organismes de placement collectif (OPC), de prêts consortiaux et de dispositifs simples de cofinancement avec le secteur privé.

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

Sur les financements privés ventilables par pays mobilisés sur la période 2012-17, 40 % ont été destinés à des pays à revenu intermédiaire et 60 % aux PMA.

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

Les fonds privés mobilisés par la Norvège au cours de la période 2012-17 ont concerné principalement des activités dans les secteurs suivants : énergie (38 %) ; banques et services financiers (36 %) ; industries manufacturières, extractives et construction (12 %) ; et agriculture, sylviculture et pêche (8 %). En savoir plus sur les fonds mobilisés auprès du secteur privé à l’appui du développement.

copy the linklink copied!Cadre institutionnel

L’exécution du programme de coopération pour le développement de la Norvège est, pour l’essentiel, assurée par le ministère des Affaires étrangères (MAE) et par la Norad, les deux contribuant à la définition des politiques. Depuis 2016-17, la Norad a vu s’élargir son champ de compétence, se voyant confier notamment la gestion de l’aide norvégienne dans les secteurs de la santé, de l’éducation, du climat et des énergies renouvelables, du développement du secteur privé, et du soutien aux organisations de la société civile. Une révision et une réforme formelles du dispositif organisationnel et des rôles respectifs de la Norad et du MAE ont été engagées en 2018. Une nouvelle structure de gestion de l’aide a été annoncée en mai 2019, qui devrait être déployée et opérationnelle d’ici janvier 2020.

Le ministère du Climat et de l’Environnement, ainsi que les ambassades norvégiennes, la Norec (anciennement FK Norway, chargée de faciliter les échanges entre la Norvège et les pays en développement) et l’institution norvégienne de financement du développement - le fonds d’investissement norvégien pour les pays en développement (Norfund) - contribuent également aux activités de coopération pour le développement menées par la Norvège.

En 2017, le MAE a été en charge d’un budget d’APD de 3 milliards USD (69.8 % de l’APD brute) et la Norad, d’un budget de 1.2 milliard USD (27.3 % de l’APD brute). Ce dernier chiffre représente une nette augmentation par rapport à 2016, où les versements effectués par le biais de la Norad s’élevaient à 542 millions USD (12.1 % de l’APD brute).

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

copy the linklink copied!Système d’évaluation

Le Département de l’évaluation, au sein de la Norad, est chargé de réaliser des évaluations indépendantes des activités de coopération pour le développement financées sur le budget dédié de la Norvège et d’en communiquer les résultats aux citoyens et aux pouvoirs publics. La fonction et le rôle de ce département sont définis dans des instructions relatives aux activités d’évaluation de l’administration norvégienne en charge de l’aide, publiées en 2015. Ces instructions garantissent l’indépendance du Département de l’évaluation, ainsi libre de décider de l’objet de ses évaluations, de leurs modalités et des recommandations de suivi à élaborer et à communiquer. Le Directeur de l’évaluation relève directement des secrétaires généraux respectifs du MAE et du ministère du Climat et de l’Environnement. En savoir plus sur le système d’évaluation de la Norvège.

Le Département de l’évaluation évalue actuellement l’aide norvégienne apportée au Soudan du Sud et à la Somalie, et recense et évalue les instruments et les approches permettant de tenir compte de la sensibilité aux conflits dans certains pays. Consulter le plan d’évaluation de la Norvège.

Consulter le site web du Centre de ressources du CAD sur l'évaluation du développement (DEReC) pour plus d’informations sur les évaluations de la coopération norvégienne pour le développement.

copy the linklink copied!Résultats obtenus au regard des engagements pris en faveur de l’efficacité de la coopération pour le développement

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

Consulter le Tableau de bord de suivi du Partenariat mondial pour une coopération efficace au service du développement (en anglais).

copy the linklink copied!Ressources complémentaires

2019 DAC Peer Review of Norway : https://www.oecd.org/fr/cad/examens-pairs/examens-pairs-norvege.htm.

Agence norvégienne de coopération pour le développement (Norad) : https://norad.no/en/front.

Ministère norvégien des Affaires étrangères : https://www.regjeringen.no/en/topics/foreign-affairs/id919.

Membre du Comité d’aide au développement de l’OCDE (CAD) depuis 1962.

Mentions légales et droits

https://doi.org/10.1787/5cd4ba84-fr

© OCDE 2019

La copie, le téléchargement ou l’impression du contenu OCDE pour une utilisation personnelle sont autorisés. Il est possible d’inclure des extraits de publications, de bases de données et de produits multimédia de l’OCDE dans des documents, présentations, blogs, sites internet et matériel pédagogique, sous réserve de faire mention de la source et du copyright. Toute demande en vue d’un usage public ou commercial ou concernant les droits de traduction devra être adressée à [email protected]. Toute demande d’autorisation de photocopier une partie de ce contenu à des fins publiques ou commerciales devra être soumise au Copyright Clearance Center (CCC), [email protected], ou au Centre français d’exploitation du droit de copie (CFC), [email protected].