copy the linklink copied!Canada

L'économie va traverser une période de croissance atone. Le ralentissement du commerce extérieur et l'incertitude persistante liée à la politique commerciale pèsent sur les exportations et sur l'investissement des entreprises. Le marché du travail est dynamique, et les revenus en bénéficient, mais la croissance de l'emploi va ralentir. Le taux de chômage va cesser de diminuer, mais restera faible.

La Banque du Canada devrait abaisser modestement ses taux au cours des prochains trimestres afin de soutenir la demande, ce qui contribuera à maintenir l'inflation à proximité du point médian de la fourchette cible. Un léger assouplissement budgétaire structurel stimulera l’activité économique. Des risques subsistent sur le marché du logement où l’on perçoit des signes annonciateurs d’un rebond, après une période de stabilisation favorisée par des mesures macroprudentielles. Il faudrait accroître l'offre de logements à des prix abordables et mieux entretenir le parc de logements sociaux existants, tout en ciblant mieux l'accès à ces logements.

L'expansion économique a ralenti

L'accentuation de l'incertitude liée à la politique commerciale au niveau mondial et le fléchissement de la croissance observé chez certains partenaires commerciaux ont freiné les exportations. Les restrictions de la production de pétrole imposées par les pouvoirs publics en Alberta ont encore affaibli la progression des exportations, qui ont toutefois enregistré un rebond temporaire depuis que ces mesures ont été assouplies. La demande intérieure reste peu vigoureuse. L'investissement des entreprises a décliné en raison des baisses enregistrées dans le secteur gazier et pétrolier et des incertitudes grandissantes. Les intentions des entreprises quant à l'investissement en machines et matériel ont beaucoup varié. L'investissement résidentiel s'est cependant redressé à la faveur de la reprise de l’augmentation des prix des logements.

copy the linklink copied!
Exportations et investissement: Canada
Exportations et investissement: Canada

Source : Base de données des Perspectives économiques de l'OCDE, n° 106 ; et Banque du Canada.

 StatLink https://doi.org/10.1787/888934045107

copy the linklink copied!
Canada : Demande, production et prix
Canada : Demande, production et prix

 StatLink https://doi.org/10.1787/888934046209

 

copy the linklink copied!
Marché du travail et croissance des salaires: Canada
Marché du travail et croissance des salaires: Canada

1. Médiane des mesures de la croissance du salaire horaire tirées de l'Enquête sur la population active, des comptes nationaux, des comptes de productivité et de l'Enquête sur l'emploi, la rémunération et les heures de travail.

2. Moyenne des trois mesures de l'inflation fondamentale privilégiées par la Banque du Canada, à savoir l'IPC-tronq (moyenne tronquée), l'IPC-méd (médiane pondérée) et l'IPC-comm (composante commune).

Source : Base de données des Perspectives économiques de l'OCDE, n° 106 ; Refinitiv ; et Banque du Canada.

 StatLink https://doi.org/10.1787/888934045126

La croissance de l'emploi s'est sensiblement accélérée, sur fond d'augmentations marquées de la population et du taux d'activité, et le taux de chômage a continué de descendre jusqu’à des points historiquement bas. La croissance des salaires monte en régime. Les dépenses de consommation progressent cependant moins vite que les revenus, car les ménages lourdement endettés deviennent plus prudents, et l’expansion du crédit a ralenti. La hausse des prix à la consommation s'est accélérée au cours de l'année, l'inflation ayant seulement reflué il y a peu, en partie du fait de la baisse des prix de l'énergie. La moyenne des mesures de l'inflation sous-jacente utilisées par la Banque du Canada est restée stable aux alentours de 2 %. Une nette majorité des entreprises table maintenant sur une inflation située dans la moitié inférieure de la fourchette cible à moyen terme de 1-3 % au cours des deux prochaines années.

L’action publique devrait soutenir l'économie

Indépendamment du ralentissement de la croissance et de la dégradation de la situation économique mondiale, la Banque du Canada a maintenu son taux directeur inchangé à 1.75 % depuis la fin de 2018. Les prévisions laissant entrevoir une atonie persistante de l'expansion économique, un manque de vigueur des échanges mondiaux et un assouplissement des conditions financières au niveau mondial, le taux directeur devrait être abaissé une première fois d'ici à la fin de 2019, puis une seconde au premier semestre de 2020, et ramené à 1.25 %. Malgré les mesures visant à restreindre le budget 2020 de l’Ontario et le Budget fédéral pour 2021, on estime que l’orientation globale de la politique budgétaire procurera un léger soutien à l’économie, grâce à une contraction de l’excédent primaire sous-jacent global dans les deux prochaines années. L’assouplissement est approprié compte tenu du ralentissement de la croissance.

L’activité dans le secteur du logement s’est redressée et on décèle des signes annonciateurs d’un rebond des prix, favorisé par une croissance démographique soutenue, le dynamisme du marché du travail et la baisse des taux des emprunts hypothécaires. Ce redressement fait suite à une stabilisation du marché après de fortes hausses des prix des logements. La dette des ménages demeure élevée par comparaison avec les autres pays, mais le mouvement de désendettement devrait s’amorcer, et la croissance du crédit aux ménages a ralenti. Dans la mesure où l'orientation de la politique monétaire devrait s'assouplir, une grande attention devra être accordée aux évolutions sur le marché du logement. Il conviendrait de durcir de nouveau la politique macroprudentielle si nécessaire. En outre, pour remédier à la faible accessibilité financière du logement et aux longues listes d'attente pour l'obtention d'un logement social, il faudrait accroître l'offre de logements à des prix abordables et mieux entretenir le parc de logements sociaux existants, tout en ciblant mieux l'accès à ces logements.

La croissance demeurera atone

L'incertitude grandissante au niveau mondial persistera pendant une durée plus longue qu'on ne s'y attendait précédemment, et les échanges resteront moroses. L'investissement et la confiance des entreprises ne devraient se redresser que progressivement au Canada. Les exportations et les importations demeureront en demi-teinte. La consommation privée soutiendra la croissance, mais les ménages resteront peu enclins à dépenser leurs revenus en raison de l'incertitude, du ralentissement sur le marché du travail et d’un mouvement de désendettement. Le taux de chômage demeurera bas, l'inflation proche du point médian de la fourchette cible, et la croissance des salaires se poursuivra à un rythme modéré.

Le niveau élevé d'endettement des ménages demeure un facteur de vulnérabilité majeur sur le plan intérieur. Un ralentissement marqué de l'activité économique pèserait sur les revenus des ménages et pourrait entraîner un recul des dépenses de consommation ainsi qu’un nouveau tassement de la demande de logements. À l'inverse, si les prix des logements se redressaient plus sensiblement que prévu, il pourrait en résulter une nouvelle accumulation de déséquilibres. Un autre risque réside dans la possibilité que l'Accord Canada-États-Unis-Mexique (ACEUM) ne soit pas ratifié, ou que les conditions d'accès au marché des États-Unis deviennent moins favorable. S'agissant des risques de divergence à la hausse par rapport aux prévisions, dans l’hypothèse d’une montée des cours du pétrole qui doperait les revenus, la croissance économique serait plus soutenue.

Mentions légales et droits

Ce document, ainsi que les données et cartes qu’il peut comprendre, sont sans préjudice du statut de tout territoire, de la souveraineté s’exerçant sur ce dernier, du tracé des frontières et limites internationales, et du nom de tout territoire, ville ou région. Des extraits de publications sont susceptibles de faire l'objet d'avertissements supplémentaires, qui sont inclus dans la version complète de la publication, disponible sous le lien fourni à cet effet.

https://doi.org/10.1787/77c8f557-fr

© OCDE 2019

L’utilisation de ce contenu, qu’il soit numérique ou imprimé, est régie par les conditions d’utilisation suivantes : http://www.oecd.org/fr/conditionsdutilisation.

Canada