Islande

Ne laisser personne de côté : Approche et priorités de l’Islande

L’Islande doit définir dans une résolution parlementaire à venir la manière dont son programme de coopération pour le développement entend contribuer à l’objectif de « ne laisser personne de côté ». Cette résolution fera fond sur les priorités actuelles que sont les pays les moins avancés et, à l’intérieur de ceux-ci, les populations rurales difficiles à atteindre, les personnes les plus vulnérables et les plus pauvres, dont les personnes handicapées. L’Islande met également l’accent sur l’égalité des sexes, les enfants et les jeunes.

Pour l’Islande, l’aide publique au développement (APD) présente un avantage comparatif en ce qu’elle permet de concourir à la réalisation des cibles sous-financées des Objectifs de développement durable (ODD) dans les pays à faible revenu, de s’attaquer aux causes profondes de la pauvreté et de la fragilité et de cibler les besoins spécifiques. Selon l’Islande, les efforts visant à intégrer les catégories les plus vulnérables de la population dans le développement constituent une condition préalable à la réalisation de nombre d’ODD.

Pour atteindre l’objectif de ne laisser personne de côté, l’Islande prévoit de mettre encore davantage l’accent sur les catégories les plus pauvres et les plus vulnérables de la population dans ses pays partenaires, notamment les enfants et les groupes minoritaires. Elle souligne toutefois la nécessité de s’attacher également en priorité à recueillir des données de meilleure qualité et à mesurer les résultats, de manière à avoir une vue d’ensemble claire des personnes qui profitent des bienfaits du développement et de celles qui sont laissées pour compte. L’Islande considère également qu’il serait opportun de préciser le sens et les objectifs du credo « ne laisser personne de côté », en termes d’amélioration des conditions de vie des personnes les plus défavorisées dans le monde.

Apports financiers de l’Islande aux pays en développement

On ne dispose pas actuellement de données sur les autres apports du secteur public ni sur les dons privés (fonds réunis par les organisations non gouvernementales et les fondations) provenant de l’Islande. Sont en revanche disponibles les données sur les apports privés aux conditions du marché (qui s’élèvent à 0.2 million USD) pour 2015.

Graphique 28.1. APD nette : Évolution en volume et en pourcentage du RNB, 2006-17, Islande
picture

p : données préliminaires.

 StatLink http://dx.doi.org/10.1787/888933809277

Résultats obtenus par l’Islande au regard des engagements pris en faveur de l’efficacité de la coopération pour le développement

Tableau 28.1. Résultats du cycle 2016 de suivi du Partenariat mondial (actualisés), Islande

Islande

Alignement et appropriation par les pays (%)

Prévisibilité (%)

Transparence

Utilisation des cadres de résultats propres aux pays

Financement inscrit aux budgets des pays

Financement par le biais des systèmes nationaux

Aide déliée

Prévisibilité annuelle

Prévisibilité à moyen terme

Données rétrospectives (OCDE-CAD SNPC)

Données prévisionnelles (OCDE-CAD EDP)

Publication au registre de l’IITA

2016

100.0%

50.9%

25.0%

100.0%

100.0%

100.0%

améliorations nécessaires

moyen

Année de référence

-

0.0%

52.8%

-

100.0%

83.5%

bon

-

-

Tendance

-

-

=

-

-

Note: Voir la note méthodologique en Annexe B pour de plus amples informations sur les indicateurs. Les données figurant dans les rubriques « Aide non liée », « Données rétrospectives » et « Publication au registre de l’IITA » ont été actualisées à partir des dernières informations disponibles.

 StatLink http://dx.doi.org/10.1787/888933812811

Aide publique au développement dispensée par l’Islande

En 2017, les apports nets d’APD de l’Islande se sont élevés à 69 millions USD (données préliminaires), soit 0.29 % de son revenu national brut (RNB) et une augmentation de 5.5 % en termes réels par rapport à 2016, qui s’explique par la progression des dépenses au titre du coût des réfugiés dans le pays donneur. L’Islande s’est engagée à porter le rapport APD/RNB à 0.7 %. Cela étant, à la suite de la crise financière et bancaire de 2008-11, elle a revu le calendrier qu’elle s’était fixé pour atteindre cet objectif, et le parlement a adopté un plan prévoyant que l’APD devrait atteindre 0.26 % du RNB en 2018 et se maintenir à ce niveau jusqu’en 2021. En 2017, le coût des réfugiés dans le pays donneur s’est élevé à 25 millions USD et a représenté 36.3 % de l’APD nette totale de l’Islande, contre 26.7 % en 2016.

La part de l’aide non liée de l’APD de l’Islande (hors frais administratifs et coût des réfugiés dans le pays donneur) a été de 100 % en 2016, contre une moyenne de 81.2 % pour le Comité d’aide au développement (CAD). L’élément de libéralité de l’APD a été de 100 % en 2016.

En 2016, 81.2 % de l’APD islandaise ont été dispensés au niveau bilatéral, soit un montant total de 31 millions USD. L’Islande a affecté 18.8 % de son APD totale aux contributions au budget central d’organisations multilatérales. Elle a aussi dirigé 24.3 % de son APD bilatérale vers des projets précis exécutés par des organisations multilatérales (contributions multibilatérales/extrabudgétaires).

Graphique 28.2. Composition de l’APD, 2010-16, et ventilation de l’APD multilatérale en 2016, Islande
picture

 StatLink http://dx.doi.org/10.1787/888933809296

En 2016, 32.4 % de l’APD bilatérale islandaise ont fait l’objet d’une programmation avec des pays partenaires. La part de son aide-pays programmable (APP) était inférieure à la moyenne des pays du CAD (46.8 %) en 2016 et les interventions de type projet ont représenté 72 % de l’APP. La part de l’APD bilatérale affectée aux réfugiés dans le pays donneur a représenté 33 % de l’aide bilatérale brute.

Graphique 28.3. Composition de l’APD bilatérale, 2016, versements bruts, Islande
picture

 StatLink http://dx.doi.org/10.1787/888933809315

En 2016, l’APD bilatérale dirigée vers des organisations de la société civile (OSC) ou transitant par celles-ci s’est élevée à 5.7 millions USD. Entre 2015 et 2016, l’aide islandaise dirigée vers les OSC et acheminée par leur intermédiaire est restée stable en pourcentage de l’APD bilatérale, passant de 11.8 % en 2015 à 12 % en 2016.

Graphique 28.4. APD bilatérale dirigée vers et transitant par les OSC, versements bruts par type d’OSC, 2011-16, Islande
picture

 StatLink http://dx.doi.org/10.1787/888933809334

L’APD bilatérale de l’Islande a été principalement orientée vers l’Afrique subsaharienne, qui a reçu 14.5 millions USD en 2016.

Graphique 28.5. Répartition de l’APD bilatérale par région, 2016, versements bruts, Islande
picture

Note: La répartition par région de 54 % de l’APD bilatérale ventilée n’est pas spécifiée pour 2016. Cette part de l’aide n’est pas représentée sur la carte.

 StatLink http://dx.doi.org/10.1787/888933809353

En 2016, l’Islande a affecté 40.8 % de son APD bilatérale aux dix principaux bénéficiaires de son aide. Ses trois pays partenaires prioritaires – Malawi, Ouganda et Mozambique – font partie des cinq principaux bénéficiaires de son APD. En 2016, le soutien alloué dans des contextes de fragilité a représenté un montant de 18.9 millions USD (40 % de l’APD bilatérale brute), dispensés principalement sous forme d’interventions de type projet (56 %) et de contributions à des financements groupés (42 %).

Graphique 28.6. APD bilatérale apportée aux principaux bénéficiaires, 2016, versements bruts, Islande
picture

 StatLink http://dx.doi.org/10.1787/888933809372

En 2016, l’Islande a alloué 28.7 % de son APD bilatérale aux pays les moins avancés (PMA), soit un montant de 13.7 millions USD. Ce chiffre, en forte baisse par rapport à celui de 2015, (41.6 %), reste supérieur à la moyenne du CAD pour 2016 (21.9 %). Ce sont les PMA qui ont reçu la part la plus importante de l’APD bilatérale islandaise en 2016, mais il faut noter que 57.7 % de cette aide n’étaient pas ventilés par groupe de revenu.

L’APD totale de l’Islande aux PMA a représenté 0.08 % de son RNB en 2016, ce qui est inférieur à l’objectif de 0.15 % fixé par les Nations Unies.

Graphique 28.7. APD bilatérale par groupe de revenu, 2010-16, versements bruts, Islande
picture

 StatLink http://dx.doi.org/10.1787/888933809391

En 2016, 29.5 % de l’APD bilatérale de l’Islande ont été affectés aux infrastructures et services sociaux, soit un montant de 14.1 millions USD, une place importante ayant été accordée au soutien au gouvernement et à la société civile (2.4 millions USD) ainsi qu’à l’eau et à l’assainissement (2.6 millions USD). L’aide humanitaire a représenté 6.4 millions USD. En 2016, les engagements de l’Islande en faveur de la promotion de l’aide pour le commerce et de l’amélioration des résultats commerciaux des pays en développement et de leur intégration dans l’économie mondiale ont atteint 7.7 millions USD (26.8 % de l’aide bilatérale ventilable).

Graphique 28.8. Répartition de l’APD bilatérale brute par secteur, 2015-16, engagements, Islande
picture

 StatLink http://dx.doi.org/10.1787/888933809410

L’APD bilatérale en faveur de l’égalité femmes-hommes s’est élevée à 24.5 millions USD. En 2016, 85.7 % de l’aide bilatérale ventilable avaient l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes pour objectif principal ou significatif, alors que la moyenne des pays du CAD était de 36.5 %. Ce chiffre est stable par rapport à 2015 (86.1 %). L’Islande met fortement l’accent sur la problématique homme-femmes dans presque tous les secteurs.

Graphique 28.9. Part de l’APD bilatérale ventilable à l’appui de l’égalité femmes-hommes par secteur, 2016, engagements, Islande
picture

 StatLink http://dx.doi.org/10.1787/888933809429

L’APD bilatérale dans le domaine de l’environnement s’est élevée à 19.7 millions USD. En 2016, 68.6 % de l’aide bilatérale ventilable de l’Islande ciblaient l’environnement, et 33.4 % (9.6 millions USD) ont été orientés plus spécifiquement vers la lutte contre le changement climatique, contre respectivement 33 % et 25.7 % en moyenne pour les pays du CAD.

Graphique 28.10. APD bilatérale ventilable à l’appui des objectifs environnementaux mondiaux et locaux, 2012-16, engagements, Islande
picture

 StatLink http://dx.doi.org/10.1787/888933809448

Note à l’intention des lecteurs : L’annexe B présente des notes méthodologiques concernant les définitions et les outils de mesure utilisés pour l’établissement des profils des membres du Comité d’aide au développement.

End of the section – Back to iLibrary publication page