copy the linklink copied!Nouvelle-Zélande

copy the linklink copied!Introduction

Le gouvernement de coalition élu en octobre 2017 a fait part de son intention de mettre fin à la baisse de l’aide publique au développement (APD) néo-zélandaise et d’attacher une importance plus marquée au Pacifique, au changement climatique, à la gouvernance, aux droits de l’homme et à l’autonomisation politique et économique des femmes, ainsi qu’aux organisations multilatérales. En mai 2018, il a annoncé que l’APD serait portée à 0.28 % du revenu national brut (RNB) au cours de la période 2021-22. En 2018, l’APD a augmenté de 25.6 % en termes réels. À l’avenir, le pays entend allouer davantage d’APD à la région du Pacifique et il répondra à la question du changement climatique ainsi qu’aux urgences et défis mondiaux via des organisations multilatérales et humanitaires.

Le Cadre pour le Pacifique, qui couvre un horizon de 20 ans et s’applique à l’échelle de l’ensemble de l’administration, oriente sur le long terme les priorités définies par la Nouvelle-Zélande pour la région du Pacifique. Il met en avant les principes d’amitié, d’honnêteté, de confiance et de respect, et repose sur le concept d’avantage mutuel ainsi que sur l’ambition collective d’obtenir des résultats durables et de long terme. Il s’appuie sur la compréhension, par la Nouvelle-Zélande, de la place qu’elle occupe dans le Pacifique et sur le caractère non discrétionnaire de son engagement dans la région. La sûreté et la prospérité de la région du Pacifique y sont considérées comme faisant partie intégrante de la paix et de la prospérité à long terme de la Nouvelle-Zélande. Un examen à mi-parcours de la Nouvelle-Zélande a été mené en mai 2018.

copy the linklink copied!Aide publique au développement

En 2017, la majorité de l’APD de la Nouvelle-Zélande (82 %) a été dispensée sous forme d’aide bilatérale ; 68 % faisaient l’objet d’une programmation avec des pays partenaires, et 27.6 % étaient acheminés à des pays parmi les moins avancés (PMA). En outre, 48 % de l’aide bilatérale ventilable par secteur étaient ciblés sur l’égalité femmes-hommes et l’autonomisation des femmes, et 34 % étaient destinés à l’environnement.

En 2018, les apports totaux d’APD de la Nouvelle-Zélande se sont élevés à 556 millions USD (données préliminaires, en prix courants), selon la nouvelle méthodologie de l’équivalent don (voir les notes méthodologiques pour plus d’informations) adoptée par les membres du Comité d’aide au développement (CAD) en vue de son application à compter de la notification des apports de 2018, qui permet de mesurer avec plus d’exactitude l’effort effectivement fourni par les donneurs lorsqu’ils accordent des prêts de développement. Ce chiffre représente 0.28 % du RNB. Selon l’ancienne méthodologie fondée sur les flux financiers, l’APD nette s’élèverait à 556 millions USD en 2018, ce qui représente une augmentation de 25.6 % en termes réels par rapport à 2017, due à la hausse de l’APD annoncée pour le cycle budgétaire 2018-22.

En 2017, le coût des réfugiés dans le pays donneur s’est élevé à 17 millions USD et a représenté 3.9 % de l’APD nette totale de la Nouvelle-Zélande.

La part non liée de l’APD bilatérale de la Nouvelle-Zélande (hors frais administratifs et coûts des réfugiés dans le pays donneur) a été de 74.6 % en 2017 (en baisse par rapport à 2016 où elle s’élevait à 78.5 %), pour une moyenne des pays du CAD de 82.1 %. L’élément de libéralité de l’APD totale a été de 100 % en 2017.

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!
Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

En 2017, 82 % de l’APD brute néo-zélandaise ont été dispensés sous forme d’aide bilatérale, dont 11 % ont été acheminés par le canal d’organisations multilatérales (contributions multibilatérales/extrabudgétaires). La Nouvelle-Zélande a affecté 18 % de son APD totale aux contributions au budget central d’organisations multilatérales. En savoir plus sur le financement multilatéral du développement.

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!
Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

En 2017, l’aide-pays programmable (APP) a représenté 68 % de l’APD bilatérale néo-zélandaise, contre 48 % en moyenne pour les pays du CAD (voir les notes méthodologiques pour plus d’informations sur l’aide-pays programmable). Les interventions de type projet ont représenté 30 % de l’APP.

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!
Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

En 2017, la Nouvelle-Zélande a acheminé 39.2 % de son APD bilatérale par le biais du secteur public, ce qui représente une baisse par rapport à 2016, où cette part s’établissait à 48.2%. La Nouvelle-Zélande a acheminé 17.4 % de son APD bilatérale par l’intermédiaire d’universités, de collèges ou d’autres établissements d’enseignement et de recherche, et de groupes de réflexion (contre 14.9% en 2016), et 16.2 % par le canal d’organismes du secteur privé (11. 5% en 2016). Voir les notes méthodologiques pour plus d’informations sur les canaux d’acheminement.

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

En 2017, l’APD bilatérale brute dirigée vers des organisations de la société civile (OSC) ou transitant par celles-ci s’est élevée à 54 millions USD. Entre 2016 et 2017, l’APD apportée aux OSC ou acheminée par leur intermédiaire a augmenté en pourcentage de l’APD bilatérale, passant de 14 % à 15 %. En savoir plus sur les apports d’APD acheminés vers ou par des OSC et sur les Journées de la société civile.

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

En 2017, l’APD bilatérale a été principalement orientée vers l’Océanie. 225 millions USD ont été affectés à l’Océanie, 78.6 millions USD à l’Asie, et 47.5 millions USD à l’Asie extrême-orientale. La Nouvelle-Zélande a alloué 14.4 millions USD à l’Afrique subsaharienne.

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

En 2017, la Nouvelle-Zélande a affecté 40.4 % de son APD bilatérale brute aux dix principaux bénéficiaires de son aide. Huit de ces dix bénéficiaires sont situés dans la région du Pacifique, en droite ligne de l’intérêt prioritaire que le pays accorde à son voisinage immédiat. Les dotations à destination de contextes fragiles ont représenté 95 millions USD en 2017 (25.8 % de l’APD bilatérale brute). En savoir plus sur le soutien apporté aux contextes fragiles.

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!
Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

En 2017, 27.6 % de l’APD bilatérale brute de la Nouvelle Zélande (102 millions USD) ont été dirigés vers les PMA, en hausse par rapport à 2016, où ce pourcentage s’élevait à 25.4 %. Cette part atteignait 23.5 % en moyenne pour les pays du CAD en 2017. Ce sont les pays les moins avancés qui ont reçu la part la plus importante de l’APD bilatérale en 2017 (27.6 %), mais il faut noter que 35.8 % de cette aide n’étaient pas ventilés par groupe de revenu.

L’APD totale de la Nouvelle-Zélande accordée aux PMA a représenté 0.07 % de son RNB en 2017 (y compris apports multilatéraux imputés), ce qui est inférieur à l’objectif de 0.15-0.20 % fixé par les Nations Unies.

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

En 2017, près de 34.8 % des engagements d’APD bilatérale néo-zélandaise (159 millions USD) ont été affectés à l’infrastructure et aux services sociaux, l’accent étant mis sur l’éducation (64.4 millions USD) et le soutien au gouvernement et à la société civile (54.3 millions USD).  Un montant de 43.4 millions USD a été affecté à l’énergie. L’aide humanitaire a représenté 33.6 millions USD. Cette même année, les engagements de la Nouvelle-Zélande en faveur de la promotion de l’aide pour le commerce ainsi que de l’amélioration des résultats commerciaux des pays en développement et de leur intégration dans l’économie mondiale se sont élevés à 151 millions USD (40.9 % de l’aide bilatérale ventilable).

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

L’APD bilatérale brute ventilable de la Nouvelle-Zélande en faveur de l’égalité femmes-hommes a atteint 176 millions USD. En 2017, 48 % de l’aide bilatérale ventilable par secteur avaient l’égalité entre les sexes et l’autonomisation des femmes pour objectif principal ou significatif (soit le même pourcentage qu’en 2016), la moyenne des pays du CAD étant de 36 %. L’aide affectée par la Nouvelle-Zélande à la population, la santé/fertilité, l’éducation et les autres infrastructures sociales met l’accent sur la problématique femmes-hommes. En savoir plus sur l’APD axée sur l’égalité des sexes et sur le Réseau du CAD sur l’égalité homme-femme.

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

Les engagements de l’APD bilatérale de la Nouvelle-Zélande dans le domaine de l’environnement se sont élevés à 126 millions USD. En 2017, 34 % de l’aide bilatérale ventilable ciblaient l’environnement et 14 % (53 millions USD) étaient plus particulièrement orientés vers la lutte contre le changement climatique, contre respectivement 33 % et 25 % en moyenne pour les pays du CAD.

En 2017, 12 % de l’APD bilatérale ventilable étaient ciblés sur l’atténuation du changement climatique et 11 % sur l’adaptation à ses effets. En savoir plus sur le financement du développement axé sur le climat.

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

copy the linklink copied!Autres apports financiers

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

copy the linklink copied!Cadre institutionnel

Le ministère des Affaires étrangères et du Commerce (MAEC) assume la responsabilité de 95 % de l’APD de la Nouvelle-Zélande, le reste étant acheminé par d’autres ministères et organismes publics. Le Groupe pour le développement du Pacifique, rattaché au ministère et créé en juillet 2016, comprend une branche dédiée au Pacifique qui pilote une approche intégrée rassemblant l’engagement diplomatique et les actions en faveur du développement aux côtés des pays du Pacifique. En 2017, un Cadre pour le Pacifique a été établi sur un horizon de 20 ans afin de fournir une orientation à long terme à l’ambition et aux priorités de la Nouvelle-Zélande pour la région du Pacifique.

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

copy the linklink copied!Système d’évaluation

La politique d’évaluation du ministère des Affaires étrangères et du Commerce (MAEC) définit les critères clés à respecter pour la conduite des évaluations. L’équipe chargée de l’évaluation et des recherches, qui relève du MAEC, est indépendante de l’établissement de la stratégie et des programmes. Elle est chargée de gérer et de mettre en œuvre les évaluations stratégiques (sectorielles, thématiques, ainsi que celles menées au niveau des programmes, des politiques et des pratiques). C’est également d’elle que relève la mise en œuvre de la Politique d’évaluation et la fourniture de conseils et de soutien lors des évaluations des activités. Les évaluations des activités sont obligatoires pour les programmes et les projets d’une valeur dépassant 10 millions NZD. En savoir plus sur le système d’évaluation en Nouvelle-Zélande.

Consulter le site web du Centre de ressources du CAD sur l'évaluation du développement (DEReC) pour plus d’informations sur les évaluations de la coopération néo-zélandaise pour le développement.

copy the linklink copied!Résultats obtenus au regard des engagements pris en faveur de l’efficacité de la coopération pour le développement

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

Consulter le Tableau de bord de suivi du Partenariat mondial pour une coopération efficace au service du développement (en anglais).

copy the linklink copied!Ressources complémentaires

2018 DAC Mid-term Review of New Zealand : www.oecd.org/dac/peer-reviews/DAC-mid-term-NewZealand.pdf.

Ministère des Affaires étrangères et du Commerce de la Nouvelle-Zélande : https://www.mfat.govt.nz/en/aid-and-development.

Ministère des Affaires étrangères et du Commerce de la Nouvelle-Zélande, Plan stratégique des programmes d’aide 2015-2019 : https://www.mfat.govt.nz/assets/Aid-Prog-docs/ASEAN/New-Zealand-Aid-Programme-Strategic-Plan-2015-19.pdf.

Membre du Comité d’aide au développement de l’OCDE (CAD) depuis 1973.

Mentions légales et droits

https://doi.org/10.1787/5cd4ba84-fr

© OCDE 2019

La copie, le téléchargement ou l’impression du contenu OCDE pour une utilisation personnelle sont autorisés. Il est possible d’inclure des extraits de publications, de bases de données et de produits multimédia de l’OCDE dans des documents, présentations, blogs, sites internet et matériel pédagogique, sous réserve de faire mention de la source et du copyright. Toute demande en vue d’un usage public ou commercial ou concernant les droits de traduction devra être adressée à [email protected]. Toute demande d’autorisation de photocopier une partie de ce contenu à des fins publiques ou commerciales devra être soumise au Copyright Clearance Center (CCC), [email protected], ou au Centre français d’exploitation du droit de copie (CFC), [email protected].