12. Engagement civique

Au cours de la période 2016-19, la participation électorale a été comprise entre 91 % en Australie, où le vote est obligatoire, et 46.5 % au Chili (Graphique 12.2). En moyenne, environ les deux tiers des personnes inscrites sur les listes électorales des pays de l’OCDE ont voté au cours de la dernière élection (68.7 %), et ce pourcentage est resté stable par rapport à 2010-13. Cette stabilité moyenne masque cependant une progression d’au moins 5 points de pourcentage en Autriche, au Canada, en Colombie, en Hongrie et aux Pays-Bas (pays qui, pour la plupart, affichaient déjà un taux de participation électorale supérieur à la moyenne) et des chutes de plus grande ampleur, de plus de 7 points de pourcentage au Japon et de 10 points de pourcentage en Lettonie et en Slovénie.

La proportion de personnes qui ont le sentiment d’avoir leur mot à dire sur l’action des pouvoirs publics est comprise entre 9.6% en France et près de 70 % en Lituanie et en Grèce, et s’établit à 34 % en moyenne dans les pays de l’OCDE (Graphique 12.3). À l’inverse, 46 % des personnes en moyenne estiment ne pas avoir leur mot à dire et les 20 % restants sont ambivalents. Les pays nordiques, le Chili, la Lituanie, la Grèce et les États-Unis sont les seuls pays de l’OCDE où la proportion de personnes estimant avoir leur mot à dire sur l’action des pouvoirs publics est supérieure à la proportion de celles qui pensent le contraire.

Dans la majorité des pays de l’OCDE, les différences entre hommes et femmes en matière de comportement électoral et de sentiment d’avoir son mot à dire sur l’action des pouvoirs publics sont très faibles. La parité est même atteinte en moyenne dans la zone de l’OCDE. Lorsqu’il existe des différences, les femmes font mieux que les hommes dans une petite majorité de pays (Graphique 12.4). C’est dans les pays nordiques et en Corée que cet écart en faveur des femmes est le plus grand ; la Suède (où 47.9 % des femmes et 41.3 % des hommes estiment avoir leur mot à dire) se classe en tête. La République tchèque, le Japon et la Hongrie sont les pays qui affichent l’écart le plus grand en faveur des hommes. Dans la moitié des 24 pays de l’OCDE pour lesquels des données autodéclarées sur le taux de participation électorale sont disponibles, les femmes sont légèrement plus nombreuses que les hommes à déclarer voter, avec un écart compris entre moins de 1 point de pourcentage en Australie, en Israël et en Hongrie et 9 points en Lituanie. Il n’existe pas de corrélation entre les écarts en matière d’engagement civique : dans les pays où les femmes sont plus nombreuses à voter, elles ne sont pas nécessairement plus nombreuses que les hommes à estimer qu’elles ont leur mot à dire sur l’action des pouvoirs publics, et vice versa.

La participation électorale autodéclarée est plus élevée parmi les seniors que parmi les jeunes et les personnes d’âge moyen. Dans tous les pays pour lesquels des données sont disponibles, c’est parmi les jeunes de 15 à 24 ans que le taux de participation électorale est le plus faible : dans les pays de l’OCDE, il est en moyenne de 68 %, contre 85 % parmi les personnes de 54 ans ou plus (Graphique 12.5). L’écart entre générations est plus grand dans les pays où la participation électorale est globalement plus faible, ce qui signifie que les différences de participation électorale des jeunes expliquent la plus grande partie des écarts observés entre les pays.

En moyenne dans les pays de l’OCDE, il n’existe que des différences très limitées entre tranches d’âge en ce qui concerne le sentiment d’avoir son mot à dire sur les décisions des pouvoirs publics. Ces différences sont toutefois non négligeables dans certains pays (Graphique 12.6). Dans certains cas, les personnes âgées sont moins susceptibles que les générations plus jeunes d’avoir le sentiment qu’elles ont leur mot à dire sur les affaires publiques (en Corée, en Estonie, en Pologne, en Slovénie, en République slovaque et en Autriche, par exemple). À l’inverse, dans d’autres pays, les seniors sont plus susceptibles que les jeunes d’avoir ce sentiment (en Nouvelle-Zélande, en Lituanie, en Grèce, aux États-Unis, au Royaume-Uni (Angleterre) et en Australie, par exemple). Au Chili, ce sont les personnes d’âge moyen qui estiment le plus souvent avoir leur mot à dire sur les décisions des pouvoirs publics.

Dans 20 pays de l’OCDE sur 24, les personnes qui ont un niveau d’études élevé sont plus susceptibles de voter que les autres (Graphique 12.7). En moyenne, 84 % des personnes qui ont suivi des études supérieures déclarent avoir voté, contre 78 % de celles qui ne sont pas allées au-delà de l’enseignement secondaire.

Références

[3] Boarini, R. et M. Diaz (2015), « Cast a Ballot or Protest in the Street - Did our Grandparents Do More of Both?: An Age-Period-Cohort Analysis in Political Participation », 2015, n° 02, OECD Statistics Working Papers, Paris, https://doi.org/10.1787/5js636gn50jb-en (consulté le 11 septembre 2019).

[1] Hoskins, B., J. Janmaat et G. Melis (2017), « Tackling inequalities in political socialisation: A systematic analysis of access to and mitigation effects of learning citizenship at school », Social Science Research, vol. 68, pp. 88-101, http://dx.doi.org/10.1016/j.ssresearch.2017.09.001.

[2] United Nations Department of Economic and Social Affairs Statistics Division (2019), SDG Indicators: Global indicator framework for the Sustainable Development Goals and targets of the 2030 Agenda for Sustainable Development, http://unstats.un.org/sdgs/indicators/indicators-list/ (consulté le 12 février 2019).

Mentions légales et droits

Ce document, ainsi que les données et cartes qu’il peut comprendre, sont sans préjudice du statut de tout territoire, de la souveraineté s’exerçant sur ce dernier, du tracé des frontières et limites internationales, et du nom de tout territoire, ville ou région. Des extraits de publications sont susceptibles de faire l'objet d'avertissements supplémentaires, qui sont inclus dans la version complète de la publication, disponible sous le lien fourni à cet effet.

© OCDE 2020

L’utilisation de ce contenu, qu’il soit numérique ou imprimé, est régie par les conditions d’utilisation suivantes : http://www.oecd.org/fr/conditionsdutilisation.