copy the linklink copied!Belgique

copy the linklink copied!Introduction

La politique de coopération pour le développement de la Belgique accorde une place privilégiée aux pays les moins avancés (PMA) et aux États fragiles. Outre l’action en vue de remédier à la fragilité, ses priorités incluent un ciblage plus prononcé sur le développement du secteur privé, la lutte contre le changement climatique, la mise à profit des technologies numériques au service du développement et les approches reposant sur les droits humains. Les pays que la Belgique classe comme prioritaires évoluent en fonction de cet angle d’approche : depuis 2015, elle a en effet retiré six pays à revenu intermédiaire de sa liste des pays prioritaires, et deux États fragiles y ont fait leur entrée.

En 2018, la Belgique a élargi le mandat de son agence de développement, Enabel, en lui confiant la mise en œuvre de la politique nationale de développement, ainsi que, à la demande du gouvernement, l’accomplissement de toute mission de service public relevant du programme défini par les Objectifs de développement durable, de préférence dans les pays en développement et les États fragiles. Une évaluation à mi-parcours de la Belgique a été entreprise par le CAD en mars 2018, et le prochain Examen par les pairs qu’il consacrera à ce pays aura lieu en 2020.

copy the linklink copied!Aide publique au développement

La Belgique est le 9e membre du CAD le plus généreux. En 2017, son aide publique au développement (APD) a représenté 0.45 % de son revenu national brut (RNB). Elle se démarque par son soutien aux pays fragiles (qui représente 33.7 % de l’APD bilatérale brute), aux PMA (30.3 % de l’APD bilatérale brute) et par son engagement en faveur de l’égalité femmes-hommes (60 % de l’APD bilatérale).

En 2018, les apports totaux d’APD de la Belgique se sont élevés à 2.3 milliards USD (données préliminaires, en prix courants), selon la nouvelle méthodologie de l’équivalent don (voir les notes méthodologiques pour plus d’informations) adoptée par les membres du CAD en vue de son application à compter de la notification des apports de 2018, qui permet de mesurer avec plus d’exactitude l’effort effectivement fourni par les donneurs lorsqu’ils accordent des prêts de développement. Ce chiffre représente 0.43 % du RNB. Selon l’ancienne méthodologie fondée sur les flux financiers, l’APD nette s’élèverait à 2.4 milliards USD en 2018, ce qui représente une augmentation de 1 % en termes réels par rapport à 2017.

En 2017, les dépenses consacrées aux réfugiés dans le pays donneur se sont élevées à 316 millions USD, soit une baisse de 19 % en termes réels par rapport à 2016, et ont représenté 14.4 % de l’APD nette totale de la Belgique.

La part non liée de l’APD bilatérale de la Belgique (hors frais administratifs et coût des réfugiés dans le pays donneur) a été de 95.6 % en 2017 (95.8 % en 2016), pour une moyenne des pays du CAD de 82.1 %. L’élément de libéralité de l’APD totale a été de 99.9 % en 2017. Les apports ne revêtant pas la forme de dons ont représenté 0.9 % de l’APD brute.

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!
Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

En 2017, 60 % de l’APD brute belge ont été dispensés sous forme d’aide bilatérale, dont 14 % ont été acheminés par le canal d’organisations multilatérales (contributions multibilatérales/extrabudgétaires). La Belgique a affecté 40 % de son APD totale aux contributions au budget central d’organisations multilatérales. En savoir plus sur le financement multilatéral du développement.

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!
Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

En 2017, l’aide-pays programmable (APP) a représenté 21 % de l’APD bilatérale belge, contre 48 % en moyenne pour les pays du CAD (voir les notes méthodologiques pour plus d’informations sur l’aide-pays programmable). Les interventions de type projet ont représenté 90 % de l’APP.

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!
Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

En 2017, la Belgique a acheminé 50.4 % de son APD bilatérale brute par le biais du secteur public, ce qui représente une légère baisse par rapport à 2016, où le pourcentage s’établissait à 51 %. La part de l’APD bilatérale brute acheminée par l’intermédiaire d’universités et d’autres établissements d’enseignement et de recherche est passée de 10.5 % en 2016 à 11.3 % en 2017. La part de l’APD bilatérale brute acheminée par l’intermédiaire de réseaux et de partenariats public-privé s’élevait à 4.2 % en 2017. Voir les notes méthodologiques pour plus d’informations sur les canaux d’acheminement.

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

En 2017, l’APD bilatérale brute dirigée vers des organisations de la société civile (OSC) ou transitant par celles-ci s’est élevée à 272 millions USD. Entre 2016 et 2017, l’APD apportée aux OSC ou acheminée par leur intermédiaire a légèrement augmenté en pourcentage de l’aide bilatérale, passant de 19 % à 20 %. En savoir plus sur les apports d’APD acheminés vers ou par des OSC et sur les Journées de la société civile.

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

En 2017, l’APD bilatérale de la Belgique a été principalement dirigée vers l'Afrique, qui a bénéficié de 468 millions USD, dont 440 millions USD pour les pays au sud du Sahara et 24 millions USD pour ceux situés au nord du Sahara. Au cours de la période 2013-17, la proportion de l’APD bilatérale allouée à l’Afrique a régressé, passant de 44 % à 35 %, tandis que celle de l’APD bilatérale non spécifiée par région a été portée de 41 % à 51 %.

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

En 2017, la Belgique a affecté 25.8 % de son APD bilatérale brute aux dix principaux bénéficiaires de son aide. Huit de ses 14 pays partenaires prioritaires figurent parmi ces derniers. Le Kenya, qui n’est pas un pays prioritaire, bénéficie de prêts d’État à État. Les dotations à destination de contextes fragiles ont représenté 449 millions USD en 2017 (33.7 % de l’APD bilatérale brute). En savoir plus sur le soutien apporté aux contextes fragiles.

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!
Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

En 2017, 30.3 % de l’APD bilatérale brute de la Belgique (404 millions USD) ont été dirigés vers les pays les moins avancés (PMA), contre 23.5 % en moyenne pour les pays du CAD. Ce chiffre représente une hausse par rapport à 2016, où cette part atteignait 27.2 %, mais reste inférieur aux valeurs de la période 2013-15 (37 % en 2013, 35 % en 2014, 32 % en 2015). Ce sont les PMA, toutefois, qui continuent de recevoir la part la plus importante de l’APD bilatérale de la Belgique, mais il faut noter que 52.1 % de cette aide n’étaient pas ventilés par groupe de revenu.

L’APD totale de la Belgique octroyée aux PMA a représenté 0.13 % de son RNB en 2017 (y compris apports multilatéraux imputés), ce qui est inférieur à l’objectif de 0.15-0.20 % fixé par les Nations Unies.

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

En 2017, 21.2 % des engagements d’APD bilatérale de la Belgique (313 millions USD) ont été affectés à l’infrastructure et aux services sociaux, l’accent étant mis sur la santé (109 millions USD) et l’éducation (96 millions USD). L’aide humanitaire a représenté 181 millions USD. En 2017, les engagements d’APD de la Belgique destinés à aider les pays en développement à mobiliser leurs recettes intérieures se sont élevés à 5.8 millions USD, ce qui représente 0.68 % de l’aide bilatérale ventilable. Cette même année, ses engagements en faveur de la promotion de l’aide pour le commerce ainsi que de l’amélioration des résultats commerciaux des pays en développement et de leur intégration dans l’économie mondiale ont atteint 217 millions USD (25.3 % de l’aide bilatérale ventilable).

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

L’APD bilatérale brute ventilable de la Belgique en faveur de l’égalité femmes-hommes a atteint 513 millions USD. En 2017, 60 % de l’aide bilatérale ventilable par secteur avaient l’égalité entre les sexes et l’autonomisation des femmes pour objectif principal ou significatif (ce qui représente une hausse par rapport à 2016, où cette part s’établissait à 53 %). La moyenne des pays du CAD était de 36 %. L’aide affectée par la Belgique à la population, la santé et la santé/fertilité et aux autres infrastructures sociales met l’accent sur l’égalité femmes-hommes. En savoir plus sur l’APD axée sur l’égalité des sexes et sur le Réseau du CAD sur l’égalité homme-femme.

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

Les engagements de l’APD bilatérale de la Belgique dans le domaine de l’environnement se sont élevés à 385 millions USD. En 2017, 45 % de l’aide bilatérale brute ventilable ciblaient l’environnement, et 33 % (287 millions USD) étaient plus particulièrement orientés vers la lutte contre le changement climatique, contre respectivement 33 % et 25 % en moyenne pour les pays du CAD. Les apports dans le domaine de l’environnement ont légèrement diminué par rapport à 2016 où ils s’établissaient à 46 %, tandis que ceux ciblés sur le changement climatique ont augmenté - ils se montaient à 26 % en 2016. La part de l’APD bilatérale ventilable axée spécifiquement sur les mesures d’adaptation (26 %) atteint presque le double de la moyenne des pays du CAD (14 %). En savoir plus sur le financement du développement axé sur le climat.

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

copy the linklink copied!Autres apports financiers et montants mobilisés auprès du secteur privé

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

En 2017, l’institution belge de financement du développement – la Société belge d’investissement pour les pays en développement (BIO) – a mobilisé 26.1 millions USD auprès du secteur privé par le biais d’investissements directs dans des entreprises, de structures ad hoc de financement de projets, de parts dans des organismes de placement collectifs, de crédits consortiaux, ou de dispositifs simples de cofinancement.

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

Sur les financements privés ventilables par pays mobilisés sur la période 2012-17, 70 % ont été destinés à des pays à revenu intermédiaire et 30 % aux PMA.

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

Les fonds privés mobilisés par la Belgique au cours de la période 2012-17 ont essentiellement concerné des activités des secteurs des industries manufacturières, des industries extractives et de la construction (59 %) ; de l’énergie (17 %) ; et de services bancaires et financiers (16 %). En savoir plus sur les fonds mobilisés auprès du secteur privé à l’appui du développement.

copy the linklink copied!Cadre institutionnel

La coopération pour le développement relève de la Direction générale Coopération au Développement et Aide humanitaire (DGD), qui fait partie du Service public fédéral (SPF) Affaires étrangères. La DGD gère 55 % des versements au titre de l’aide au développement, les 45 % restants provenant des budgets d’autorités locales ou régionales, de dotations au titre du coût des réfugiés dans le pays donneur et d’opérations d’allègement de la dette. Enabel, l’agence belge de développement, met en œuvre et coordonne la politique de développement international menée dans les 14 pays prioritaires, et partage son savoir-faire avec d’autres donneurs. La BIO investit directement dans des projets du secteur privé dans des pays en développement et/ou émergents.

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

copy the linklink copied!Système d’évaluation

La loi de 2013 relative à la Coopération au développement confie la réalisation des évaluations au Service de l’Évaluation spéciale (SES), situé au sein du Service public fédéral (c’est-à-dire, le ministère) des Affaires étrangères, du Commerce extérieur et de la Coopération au développement. Le SES est une unité distincte dont l’indépendance opérationnelle est garantie par celle de son budget. L’Évaluateur spécial rend compte au Parlement par l’intermédiaire du ministre de la Coopération au développement. En savoir plus sur le système d’évaluation de la Belgique.

Les principales priorités pour 2019 portent sur des évaluations de la politique générale belge relative aux financements du budget central des organisations multilatérales et aux synergies et relations de complémentarité des ressources d’APD finançant des organisations de la société civile.

Consulter le site web du Centre de ressources du CAD sur l'évaluation du développement (DEReC) pour plus d’informations sur les évaluations de la coopération belge pour le développement.

copy the linklink copied!Résultats obtenus au regard des engagements pris en faveur de l’efficacité de la coopération pour le développement

Partager

Embed code for this view

Copy code
Code copied!

Consulter le Tableau de bord de suivi du Partenariat mondial pour une coopération efficace au service du développement (en anglais).

copy the linklink copied!Ressources complémentaires

Examen à mi-parcours de la Belgique réalisé par le CAD en 2018 : https://www.oecd.org/dac/peer-reviews/Belgium-mid-term-review-2018.pdf.

Examen par les pairs du CAD consacré à la Belgique, Examens de l’OCDE sur la coopération pour le développement : Belgique 2015 : https://www.oecd.org/fr/cad/examens-pairs/examens-pairs-belgique.htm.

Agence belge de développement (Enabel) : https://www.enabel.be/fr.

Service public fédéral Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au développement du Royaume de Belgique : https://diplomatie.belgium.be/fr/politique/cooperation_au_developpement.

Membre du Comité d’aide au développement de l’OCDE (CAD) depuis 1960.

Mentions légales et droits

https://doi.org/10.1787/5cd4ba84-fr

© OCDE 2019

La copie, le téléchargement ou l’impression du contenu OCDE pour une utilisation personnelle sont autorisés. Il est possible d’inclure des extraits de publications, de bases de données et de produits multimédia de l’OCDE dans des documents, présentations, blogs, sites internet et matériel pédagogique, sous réserve de faire mention de la source et du copyright. Toute demande en vue d’un usage public ou commercial ou concernant les droits de traduction devra être adressée à [email protected]. Toute demande d’autorisation de photocopier une partie de ce contenu à des fins publiques ou commerciales devra être soumise au Copyright Clearance Center (CCC), [email protected], ou au Centre français d’exploitation du droit de copie (CFC), [email protected].