1887

Uranium 2007

Ressources, production et demande

image of Uranium 2007
Basé sur des données officielles communiquées par 40 pays, l’ouvrage Uranium 2007 présente les résultats d’un examen approfondi de l’offre et de la demande d’uranium au 1er janvier 2007, assorti de données sur la prospection, les ressources, la production et les besoins d’uranium liés aux réacteurs. Cette édition est enrichie de nombreuses informations nouvelles en provenance de grands centres de production d’Afrique, d’Australie, d’Asie centrale, d’Europe orientale et d’Amérique du Nord. Elle contient en outre des projections de la puissance nucléaire installée et des besoins des réacteurs en uranium jusqu’en 2030 ainsi qu’une analyse de l’offre et de la demande d’uranium à long terme. L’ouvrage constate qu’à la suite de l’augmentation de la demande et de la baisse des stocks, le prix de l’uranium a considérablement augmenté ces dernières années. L’industrie de l'uranium connaît donc un regain d’activité, mettant un terme à plus de vingt ans de sous-investissement.

French Japanese, English

.

Algérie

Nuclear Energy Agency

La prospection de l’uranium a commencé en Algérie en 1969. On a considéré que le bouclier précambrien du Hoggar et sa couverture sédimentaire tassilienne constituaient un environnement géologique favorable à la minéralisation en uranium. Les premières activités de prospection, effectuées aux moyens de levés radiométriques terrestres, ont révélé plusieurs anomalies radioactives (Timgaouine, Abankor et Tinef). En 1971, une campagne radiométrique aérienne a été réalisée sur l’ensemble du territoire, soit une superficie de 2 380 000 km2. Une fois dépouillées les données de cette campagne, plusieurs équipes de prospection ont été envoyées sur le terrain pour vérifier les anomalies. Ces activités ont conduit à la découverte d’un grand nombre de zones justifiant une prospection plus poussée de l’uranium: Eglab, Ougarta et le Tassili méridional (bassin de Tin-Seririne) où a été découvert le gisement de Tahaggart. Le suivi de la campagne radiométrique aérienne a également débouché sur l’identification des secteurs de Tamart-N-Iblis et de Timouzeline comme zones de prospection future de l’uranium. Simultanément, la recherche d’uranium est entrée dans une phase (1973-1981) axée principalement sur l’évaluation des gisements déjà découverts. Il s’en est suivi une seconde phase (1984-1987) caractérisée par un ralentissement marqué de l’effort de recherche ; toutefois, des études sur les flancs des gisements connus et dans les régions voisines ont mis à jour des zones susceptibles de contenir des minéralisations (par exemple, zone de Tesnou dans le nord-ouest et le nord de Timgaouine). Dans le bassin de Tin-Seririne (partie sud du Tassili dans le Hoggar), la cartographie géologique a débouché sur une caractérisation de la distribution des gisements uranifères dans les séquences sédimentaires du paléozoïque. 

French English

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error