1887

Documents de travail du Département des Affaires économiques de l'OCDE

Documents de travail du Département des affaires économiques de l’OCDE recouvrant toutes les activités de ce département : conjoncture économique, analyse politique et projections ; politique fiscale, dépenses publiques et fiscalité ; questions structurelles dont le vieillissement, la croissance et la productivité, la migration, l’environnement, le capital humain, le logement, les échanges et les investissements, les marchés de l’emploi, la réforme réglementaire, la concurrence, la santé et d’autres thèmes.

Anglais, Français

Politiques relatives à la croissance verte et au changement climatique en Nouvelle-Zélande

La Nouvelle-Zélande, dont l’économie repose sur l’exploitation de ses ressources naturelles et qui a à coeur de protéger et de promouvoir son image de pays respectueux de l’environnement, voit à juste titre dans la croissance verte une orientation naturelle pour son développement futur. Le pays bénéficie d’un environnement de qualité et du fait de l’abondance de ses ressources naturelles il n’est guère menacé par le risque de leur épuisement. Néanmoins, des défis se profilent à l’horizon. La tarification des ressources en eau étant peu pratiquée, des pénuries d’eau se font sentir avec de plus en plus d’acuité dans certaines régions de production laitière exposées aux sécheresses. La qualité des eaux se dégrade en raison des infiltrations de sous-produits agricoles. L’activité agricole est par ailleurs responsable de près de la moitié des émissions de gaz à effet de serre (GES) du pays, tandis que la consommation d’électricité et le transport privé pèsent eux aussi de plus en plus. L’intensité de production de GES de la Nouvelle-Zélande est la deuxième plus élevée de l’OCDE (après l’Australie), ce qui n’est guère surprenant pour un pays richement doté en ressources. Son profil spécifique d’émissions, toutefois, rend coûteuses les mesures d’atténuation : une proportion exceptionnellement élevée de la production électrique est déjà basée sur les énergies renouvelables (essentiellement hydrauliques), et il n’existe pas encore de technologies permettant de sensiblement réduire les émissions de méthane des animaux ruminants. La Nouvelle-Zélande est pionnière dans la mise en oeuvre d’un système d’échange de quotas d’émission (ETS) couvrant l’ensemble des secteurs et des gaz. Le meilleur moyen de promouvoir une croissance verte serait d’utiliser plus largement les mécanismes de marché, entre autres instruments, pour la gestion des ressources naturelles et de renforcer les signaux donnés par les prix dans le cadre du système néo-zélandais d’échange de quotas d’émission. Ce Document de travail se rapporte à l’Étude économique de l’OCDE de la Nouvelle-Zélande 2011 (www.oecd.org/eco/etudes/Nouvelle-Zélande).

Anglais

Mots-clés: gestion des resources, pollution de l'eau, politiques environnementales, Nouvelle-Zélande, émissions de gaz à effet de serre (GES), gestion des déchets, émissions du secteur agricole, industries minières, échange de quotas sur les nutriments, changement climatique, biodiversité, énergies renouvelables
This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error