1887

Documents de travail du Département des Affaires économiques de l'OCDE

Documents de travail du Département des affaires économiques de l’OCDE recouvrant toutes les activités de ce département : conjoncture économique, analyse politique et projections ; politique fiscale, dépenses publiques et fiscalité ; questions structurelles dont le vieillissement, la croissance et la productivité, la migration, l’environnement, le capital humain, le logement, les échanges et les investissements, les marchés de l’emploi, la réforme réglementaire, la concurrence, la santé et d’autres thèmes.

Anglais, Français

Désendettement: enjeux, progrès et politiques économiques

Dans la période qui a précédé la crise, l’endettement des ménages et des entreprises non financières a augmenté jusqu’à des niveaux historiquement élevés dans de nombreux pays de l’OCDE. La dette brute des entreprises financières s’est accrue de manière spectaculaire par rapport au PIB. Une grande part de cet endettement, qui semble avoir été la contrepartie d’une prise de risque excessive dans un environnement macro-économique exceptionnellement favorable, ne paraît pas soutenable. Depuis le commencement de la crise, la dette du secteur privé non financier a reculé aux États-Unis et au Royaume-Uni. Aucune réduction significative de l’endettement n’a été observée dans plusieurs autres pays de l’OCDE qui ont toutefois effectué une part d’ajustement en termes d’épargne privée et d’investissement immobilier. La contradiction apparente entre ces deux observations s’explique dans ces pays par une accélération de l’acquisition d’actifs financiers bruts par le secteur privé. La possibilité d’un désendettement des ménages continue néanmoins de faire peser un risque macroéconomique sur certains pays de l’OCDE qui ont connu une augmentation de l’endettement au cours des dernières années. S’agissant du secteur financier, une éventuelle baisse du ratio d’endettement sera plus dommageable à la croissance si elle se produit au moyen de réductions d’actifs plutôt que par l’accumulation de capital. Afin d’accélérer le processus de réduction de l’effet de levier et de réduire ses conséquences défavorables pour la prospérité économique, il convient d’identifier rapidement les prêts improductifs, de comptabiliser les pertes qui leur sont associées, de liquider les banques non solvables et de combler les besoins en capital des banques qui demeurent solvables.

Anglais

Mots-clés: épargne des ménages, dette du secteur des entreprises financières, réduction de l’effet de levier, prêts non productifs, crédits en souffrance, dette des entreprises non financières, prix de l'immobilier d'habitation, investissement immobilier résidentiel, prix des logements
This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error