1887

Débattre des enjeux : investissement

image of Débattre des enjeux : investissement

Pourquoi les marchés financiers jugent-ils le niveau de risque si faible alors que les entreprises qui investissent dans l’économie réelle sont beaucoup plus prudentes ? Comment garantir les futures retraites avec des taux d’intérêt si faibles sur les produits qui les financent ? D’où viendront les milliers de milliards de dollars nécessaires à l’amélioration et au développement des infrastructures ? Comment faut-il réglementer les flux internationaux de capitaux ? Telles sont les questions, parmi bien d'autres, qui sont abordées dans cette série d'analyses d'experts concernant les perspectives sociales, économiques et stratégiques auxquelles font face les investisseurs internationaux, les États, les entreprises et les citoyens du monde entier.

French Spanish, English

.

Conduite responsable des entreprises dans le secteur agricole : libérez la filière de ses chaînes

Voici deux questions pour aujourd’hui : quel personnage de fiction a contribué à l’effondrement d’un empire colonial et donné son nom à une marque de produits alimentaires ? Si vous êtes néerlandais, vous connaissez sans doute la réponse ; sinon, je vais vous la donner pour vous épargner une recherche sur internet : il s’agit de Max Havelaar, héros éponyme de Max Havelaar, of de koffiveilingen der Nederlandsche Handelmaatschappy de Multatuli, traduit en français sous le titre : Max Havelaar, ou les ventes de café de la compagnie commerciale des Pays-Bas. Au milieu du XIXe siècle, le gouvernement néerlandais a ordonné aux paysans de ses Indes orientales, l’Indonésie actuelle, de consacrer une partie de leurs activités aux produits d’exportation plutôt qu’aux cultures vivrières. Les Néerlandais ont également réformé le système fiscal et mis sur pied un partenariat public-privé qui permettait aux percepteurs des impôts de conserver une part de leur collecte. La misère et la famine que le livre dénonce en furent le résultat. Max Havelaar a contribué à faire évoluer les mentalités à l’égard de l’exploitation coloniale aux Pays-Bas, au point qu’il a même été décrit par le romancier indonésien Pramoedya Ananta Toer, dans le New York Times Magazine, comme « Le livre qui a tué le colonialisme ».

French English

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error