1887

Perspectives de l'environnement de l'OCDE à l'horizon 2030

image of Perspectives de l'environnement de l'OCDE à l'horizon 2030
Les Perspectives de l’environnement de l’OCDE à l’horizon 2030 présentent des analyses des tendances économiques et environnementales jusqu’en 2030, ainsi que des simulations de politiques visant à faire face aux principaux problèmes. Sans nouvelles politiques, nous risquons de causer des dommages irréversibles à l’environnement et à la base des ressources naturelles nécessaires pour soutenir la croissance économique et le bien-être de tous. L’inaction des pouvoirs publics a un coût élevé.



Mais les Perspectives montrent que relever les principaux défis environnementaux d’aujourd’hui – y compris le changement climatique, l’appauvrissement de la biodiversité, le manque d’eau et les impacts de la pollution sur la santé – n’est pas impossible ni inabordable. Elles mettent en lumière un ensemble de politiques qui pourraient permettre de relever ces défis d’une manière économique. Le champ d’observation des Perspectives a été élargi par rapport à l’édition 2001, afin de tenir compte des évolutions concernant aussi bien les pays de l’OCDE que le Brésil, la Russie, l’Inde, l’Indonésie, la Chine et l’Afrique du Sud (BRIICS), et d’examiner comment les uns et les autres pourraient mieux coopérer pour résoudre les problèmes d’environnement au niveau mondial et local.

French German, English

.

Biodiversité

Le recul de la biodiversité devrait se poursuivre jusqu’en 2030, des pertes particulièrement importantes étant prévues en Asie et en Afrique. Ce chapitre examine les causes d’un tel recul – changements d’utilisation des terres, exploitation non durable des ressources naturelles, prolifération d’espèces exotiques envahissantes, changement climatique mondial et pollution – et étudie les mesures envisageables pour enrayer le phénomène. Les zones protégées, dont le nombre a augmenté notablement au cours des dernières décennies, sont appelées à jouer un rôle croissant dans l’effort de préservation, compte tenu de l’extension des terres agricoles et des zones urbaines. Bien qu’un grand nombre des points chauds de la diversité biologique mondiale soient situés dans des pays en développement, il appartient aux pays de l’OCDE de favoriser la conservation et l’utilisation durable de la biodiversité en signant des accords internationaux et régionaux et en oeuvrant de concert pour remédier aux défaillances du marché et au manque d’informations.

French English

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error