Essai n° 457 : Essai de transactivation faisant appel au récepteur des œstrogènes BG1Luc pour identifier les agonistes ou antagonistes des récepteurs des œstrogènes

La présente Ligne directrice pour les essais décrit un essai in vitro qui permet d’obtenir des données de type concentration-réponse avec des substances qui présentent une activité agoniste ou antagoniste sur les récepteurs des estrogènes (ER) in vitro. Le système d’essai fait appel à la une lignée cellulaire BG1Luc4E2, dérivée d’adénocarcinome ovarien d’origine humaine et transfectée de façon stable avec un gène rapporteur de la luciférase répondant aux ER. Cette lignée cellulaire permet d’évaluer la transactivation médiée à la fois par les ER et les ERß. Les cellules, déposées dans des plaques de culture tissulaire à 96 puits, sont exposées à 7 (essai préliminaire) et 11 (essai complet) concentrations non cytotoxiques de la substance à tester. Une durée d’exposition de 19-24 heures permet la synthèse du produit du gène rapporteur (luciférase). Son activité est mésurée par un luminomètre. L’acceptation ou le rejet d’un essai dépendent de l’évaluation des résultats obtenus avec l’étalon de référence et les témoins pour chacune des expériences menées dans la plaque 96 puits. Une réponse positive est caractérisée par une courbe concentration-réponse comprenant au moins trois points dont les barres d’erreurs ne se chevauchent pas, ainsi qu’une différence d’amplitude (unités relatives de luminescence normalisées) d’au moins 20 % par rapport à la valeur maximale obtenue pour la substance de référence (17-œstradiol pour l’essai agoniste, mélange chlorhydrate de raloxifène/17-œstradiol pour l’essai antagoniste).

French English