Essai n° 308: Transformation aérobie et anaérobie dans les sédiments aquatiques

Cette Ligne directrice décrit une méthode d'essai ayant pour objet d’évaluer en laboratoire la transformation aérobie et anaérobie des substances organiques dans les sédiments aquatiques. La méthode permet la mesure de (i) la vitesse de transformation de la substance d’essai dans le système eau-sédiment et dans le sédiment ; (ii) la vitesse de minéralisation de la substance d’essai et/ou de ses produits de transformation ; (iii) la répartition de la substance d’essai et de ses produits de transformation entre l’eau et les sédiments à l’issu de la période d’incubation dans l’obscurité à température constante; et (iv) l’identification et la quantification les produits de transformation dans l’eau et dans les sédiments, notamment par un bilan massique.

Au moins deux sédiments différents quant à leur teneur de carbone organique et à leur texture sont utilisés. Dans le meilleur des cas, la substance d'essai (une concentration) devrait être appliquée comme soluté dans la phase aqueuse. L'essai ne doit normalement pas dépasser 100 jours et doit se poursuivre jusqu'à ce que la voie de dégradation et le mode de répartition dans l'eau et les sédiments aient été mis en évidence, ou jusqu'à la dissipation de 90 pour cent de la substance d'essai par transformation et/ou volatilisation. Il doit y avoir au moins six moments de prélèvement. L'étude inclut la concentration de la substance d'essai et de ses produits de transformation dans l'eau et les sédiments pour chaque prélèvement, les résultats obtenus lors de chaque prélèvement sur les pièges à gaz et à substances volatiles, le taux de minéralisation et les résidus non extractibles dans les sédiments de chaque prélèvement. On calculera les demi-vies, le TD50, le TD75 et le TD90 lorsque les résultats le permettent.

French English