Essai n° 307: Transformation aérobie et anaérobie dans le sol

La méthode décrite dans cette Ligne directrice est conçue pour évaluer la transformation aérobie et anaérobie des produits chimiques dans le sol. L’essai est exécuté pour déterminer la vitesse de transformation de la substance d'essai, et la nature et la vitesse de formation et de dégradation des produits de transformation auxquels, les plantes et les organismes du sol risquent d’être exposées.

De 50 à 200 g d’échantillons de sol (un limon sableux, un limon fin, un limon ou un sable limoneux) sont traités avec la substance d'essai et incubés dans l'obscurité dans des flacons biométriques ou des appareils dynamiques, dans des conditions de laboratoire bien définies. La dose du traitement devrait correspondre à la dose la plus élevée d'application du produit phytosanitaire recommandée dans le mode d'emploi. Des échantillons non traités de sol sont également incubés dans les conditions d'essai. Ces échantillons sont employés pour des mesures de biomasse pendant et à la fin des études. Les études portant sur la vitesse et la voie de transformation ne doivent normalement pas dépasser 120 jours. Deux flacons d'incubation sont prélevés à l'issue d'intervalles de temps appropriés et des échantillons de sol sont extraits avec des solvants adéquats, de polarité différente, afin de doser la substance d'essai et/ou les produits de transformation. Les produits volatils sont recueillis pour analyse par des dispositifs appropriés d'adsorption. Grâce aux produits marqués au 14C, les différentes vitesses de minéralisation de la substance d'essai peuvent être mesurées en piégeant le 14CO2 qui se dégage, un bilan massique incluant la formation de résidus fixés aux constituants du sol peut être établi.

French English