1887

Économie de la lutte contre le changement climatique

Politiques et options pour une action globale au-delà de 2012

image of Économie de la lutte contre le changement climatique

Alors que se profile la perspective d’un doublement des émissions de gaz à effet de serre à l’échelle mondiale d’ici 2050, ce livre explore des solutions réalisables pour  réduire celles-ci à moindre coût. Par le biais de l’analyse quantitative, il aborde des questions cruciales pour la politique climatique :

·         Quelle combinaison d’instruments nécessaires à la politique climatique  permettrait d’obtenir les meilleurs résultats ?

·         Quelle est l’ampleur des coûts économiques et environnementaux d’une mise en application  des politiques d’atténuation du changement climatique qui ne couvre pas l’ensemble des pays et des secteurs ? Quels sont les avantages et les inconvénients d’outils politiques destinés à étendre cette mise en œuvre tels que les accords sectoriels internationaux ou les tarifs d’ajustement à la frontière ? Quels sont les défis  posés par l’intégration d’un mécanisme destiné à réduire les émissions résultant de la déforestation et de la détérioration des forêts ?

·         De quelle manière pouvons-nous concrètement développer un marché du carbone à l’échelle mondiale ?

·         Quels sont les arguments en faveur des politiques de soutien à la R-D et à la technologie et que peut-on raisonnablement attendre de celles-ci ?

·         Pour les grands pays émetteurs, quelle est l’importance des incitations à prendre part à un accord d'atténuation du changement climatique, compte tenu des coûts et avantages liés à une telle action, y compris les avantages connexes résultant d’une pollution réduite de l’air ambiant et d’une sécurité énergétique renforcée ? Comment ces incitations peuvent-elles être améliorées ? De quelle façon les transferts internationaux de ressources et de technologies peuvent ils apporter un soutien accru à l’action ?

French English

.

Résumé

Le climat est en train de changer, et les rejets anthropiques de gaz à effet de serre (GES) ont contribué au réchauffement de la planète. Les coûts de l’inaction sont entourés de grandes incertitudes, mais il est généralement admis que le refus de s’attaquer au changement climatique aura de lourdes répercussions sur l’économie mondiale, en particulier dans les pays en développement, où la baisse des rendements agricoles, la montée du niveau des mers, les événements météorologiques extrêmes et la prévalence accrue de certaines maladies infectieuses auront sans doute des effets extrêmement perturbateurs (OCDE, 2008a). À cela s’ajoutent d’importants risques de dommages imprévisibles, potentiellement graves et irréversibles, à l’échelle mondiale. Les coûts économiques et de bien-être résultant de l’inaction pourraient correspondre à une contraction permanente de 14.4 % de la consommation mondiale moyenne par habitant (Stern, 2007), si l’on prend en compte à la fois les effets marchands et les effets non marchands.

French English

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error