1887

Analyse coûts-avantages et environnement

Avancées théoriques et utilisation par les pouvoirs publics

image of Analyse coûts-avantages et environnement

La présente publication examine les avancées récentes de l’analyse coûts-avantages (ACA) environnementale. Celle-ci correspond à l’application de l’ACA aux projets ou aux politiques qui visent explicitement à améliorer la qualité de l’environnement ou qui ont, d’une manière ou d’une autre, un effet indirect sur les milieux naturels. Cette publication s’appuie sur l’ouvrage précédent de l’OCDE rédigé par David Pearce et al. (2006), qui partait du constat que la conjonction d’un certain nombre d’avancées de l’ACA modifiait la manière dont bien des économistes recommanderaient de mettre en œuvre cet instrument, surtout dans le contexte de projets ou de politiques ayant des impacts environnementaux considérables.

Cette publication n’a pas seulement pour principal objectif d’évaluer les progrès accomplis : elle cherche également à déterminer en quoi certaines évolutions illustrent des questions thématiques centrales ayant des conséquences pour l’application concrète de l’ACA environnementale dans le cadre de l’élaboration des politiques et de l’évaluation des projets d’investissement.

Le thème sans doute le plus important a trait à la contribution de l’économie du climat face au défi que constitue l’évaluation des mesures publiques visant à atténuer le changement climatique (ou à s’y adapter). Les travaux dans ce domaine ont accru l’intérêt porté au mode d’évaluation des coûts et des avantages à très long terme et ils ont notamment montré à quel point les procédures classiques de détermination du taux d’actualisation social deviennent problématiques dans un contexte intergénérationnel et quelles pourraient être les nouvelles approches requises. La contribution de l’économie du climat a également suscité une réflexion plus poussée sur l’incertitude dans le cadre de l’ACA, en particulier en présence d’effets incertains qui peuvent avoir des impacts (négatifs) de grande ampleur.

French English

.

Méthodes des préférences révélées

Les méthodes des préférences révélées renvoient à un éventail de techniques d’évaluation qui s’appuient toutes sur le fait que beaucoup de biens et services environnementaux (non marchands) font implicitement l’objet de transactions sur les marchés, ce qui leur permet d’en déterminer la valeur de diverses manières, selon le bien considéré et le marché où s’opèrent les échanges correspondants. Par exemple, la demande de loisirs naturels peut être estimée sur la base des coûts de déplacement liés à cette activité, les évolutions récentes consistant à associer cette procédure aux systèmes d’information géographique afin d’en accroître la précision, en inventoriant les caractéristiques naturelles des sites récréatifs ou leur éloignement. Une autre application notable est celle des techniques des prix hédonistes, qui évaluent les biens et services environnementaux en les considérant comme des attributs ou des caractéristiques des achats correspondants, de propriétés résidentielles en particulier, ou sont employées pour analyser le lien entre les salaires et les risques de décès ou de dommages corporels sur le lieu de travail. Enfin, on peut étudier les comportements de prévention et dépenses de protection, qui correspondent aux cas où les individus prennent des mesures coûteuses pour éviter d’être exposés à unenuisance non marchande. Une importante évolution dans le domaine des préférences révélées tient à la complexité croissante des méthodes économétriques mises en œuvre, qui traduit le plus grand intérêt accordé par une large part de l’économie appliquée à des questions cruciales comme celle de l’inférence causale.

French English

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error