1887

Panorama des statistiques de l'OCDE 2010

Economie, environnement et société

image of Panorama des statistiques de l'OCDE 2010

Le Panorama des Statistiques de l’OCDE 2010 est le sixième numéro d’une nouvelle publication statistique annuelle de l’OCDE, qui est à la fois complète et dynamique. Plus de 100 indicateurs couvrent un très grand nombre de domaines : économie, agriculture, éducation, énergie, environnement, aide extérieure, santé et qualité de la vie, industrie, information et communications, population/main-d’oeuvre, échanges et investissement, fiscalité, dépenses publiques et R-D. Cette année, le Panorama des Statistiques consacre un chapitre spécial sur la crise. Les données sont fournies pour tous les pays membres de l’OCDE (avec le total pour l’ensemble de la zone), ainsi que pour un certain nombre de pays non membres. Chaque indicateur est présenté sur deux pages. La page de gauche comporte une brève introduction, puis une définition détaillée des indicateurs, des commentaires à propos de la comparabilité des données, une évaluation des tendances à long terme et une bibliographie à l’intention du lecteur souhaitant compléter son information. Sur la page de droite se trouvent le tableau présentant les données et un graphique qui illustre de façon synthétique les enseignements à tirer des données. Un lien dynamique (StatLink) dirige le lecteur, pour chaque tableau, vers une page web où les données correspondantes sont disponibles en format Excel. Le Panorama des Statistiques de l’OCDE 2010 est un ouvrage de référence pour tous les spécialistes de l’économie.    

French German, English

.

Intensité énergétique

Pour mesurer l’intensité énergétique, la comparer et évaluer ses variations au cours du temps, il est courant d’observer l’évolution du ratio de la consommation d’énergie au PIB. Il convient de noter que l’intensité énergétique est un substitut médiocre de l’efficacité énergétique, dans la mesure où celleci dépend de multiples éléments (tels que le climat, la composition de la production, l’externalisation des biens produits par les industries à forte intensité énergétique, etc.) qui ne sont pas pris en compte par la simple mesure, présentée ici, de la contribution de l’énergie au PIB.

French German, English

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error