1887

Perspectives de l'emploi de l'OCDE 2015

image of Perspectives de l'emploi de l'OCDE 2015

L’édition 2015 des Perspectives de l’emploi de l’OCDE propose un examen approfondi de l’évolution récente du marché du travail et de ses perspectives à court terme dans les pays de l'OCDE. Une majorité croissante de pays ont recours à des systèmes de salaire minimum afin d’augmenter les revenus dans la partie inférieure de la distribution des salaires. S’il est fixé à un niveau adéquat, un salaire minimum obligatoire permet effectivement d’accroître les revenus des bas salaires, mais c’est un instrument trop générique pour lutter contre la pauvreté, à moins qu’il ne soit efficacement associé à d’autres mesures telles que des prestations liées à l’exercice d’un emploi ou des crédits d’impôt. De nouveaux résultats tirés de l’Enquête internationale de l’OCDE sur les compétences des adultes montrent que les différences de niveau d’inégalité entre les pays en matière de qualifications, le degré d’utilisation des compétences au travail et les avantages salariaux liés aux compétences expliquent pour une large part les écarts de niveau d’inégalités salariales à l’échelle internationale. Des politiques d’activation peuvent contribuer à créer un marché du travail plus inclusif, pour autant que les mesures prises pour motiver les demandeurs d’emploi, améliorer leur employabilité et élargir leurs perspectives d’emploi soient bien coordonnées. L’évaluation à plus long terme de la qualité des emplois montre dans quelle mesure les mouvements ascendants et descendants sur l’échelle des revenus et les mouvements entre emploi et chômage atténuent à tout moment certains des écarts de revenu. Cependant, les risques de chômage chronique et de salaire faible sont extrêmement concentrés. La qualité des emplois dans les économies émergentes est particulièrement faible, mais des politiques visant à faire passer les actifs d’un emploi informel à un emploi formel peuvent contribuer à l’améliorer.

French English

.

Résumé

La situation sur le marché du travail s’améliore globalement dans les pays de l’OCDE, mais la reprise après la récente crise économique reste très variable selon les pays. L’emploi progresse toujours trop lentement dans la zone OCDE pour que le déficit d’emplois induit par la crise se comble rapidement. La nature des emplois a évolué : les contrats à temps partiel sont plus nombreux et les emplois dans le secteur manufacturier et le bâtiment sont en recul ; il pourrait donc être plus difficile pour certains chômeurs de retrouver un emploi à temps plein. En conséquence, le chômage va rester élevé, même à la fin 2016. Le taux de chômage moyen dans l’OCDE, qui s’élevait à 7.1 % au quatrième trimestre 2014, était toujours de 1.6 point au-dessus de son niveau d’avant la crise. Le chômage devrait continuer son lent déclin courant 2015 et en 2016, pour atteindre 6.6 % au dernier trimestre 2016, tout en restant supérieur à 20 % en Espagne et en Grèce. Par ailleurs, le chômage de longue durée se situe toujours à des niveaux inacceptablement élevés et le risque est que beaucoup d’actifs dans cette situation se soient éloignés du marché du travail, ce qui rend la diminution du chômage d’autant plus difficile. Le taux de chômage des jeunes reste bien au‑dessus de son niveau d’avant la crise dans de nombreux pays, de même que celui des jeunes inactifs et déscolarisés (NEET). La faiblesse de la progression des salaires réels demeure également préoccupante, en particulier dans la zone euro.

French English

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error