1887

Perspectives de l'emploi de l'OCDE 2009

Faire face à la crise de l'emploi

image of Perspectives de l'emploi de l'OCDE 2009

Cette publication annuelle Perspectives de l’Emploi de l'OCDE 2009 présente une analyse détaillée des derniers développements et des perspectives des marchés du travail dans les pays membres. L'ouvrage met l'accent sur la crise de l'emploi et analyse les mesures prises par les gouvernements pour aider les travailleurs et les personnes sans emploi. Elle préconise des solutions pour éviter que les taux de chomage actuels perdurent sur le long terme.



Le premier chapitre examine la crise de l’emploi proprement dite en analysant les conséquences pour l’emploi et la politique sociale. Le second chapitre examine comment  l’industrie, les entreprises et les salariés conditionnent l’évolution de l’emploi et les flux de salariés. Le troisième s’interroge sur le cas des pauvres au travail exacerbé par la crise. Enfin, le quatrième chapitre analyse les prestations d’invalidité : les voies d’accès et de sortie – problème croissant dans la plupart des pays de l’OCDE. Comme dans les éditions précédentes, une annexe statistique exhaustive fournit une mise à jour chiffrée.

French English, Spanish

.

La crise de l'emploi

quelles sont les conséquences pour les politiques sociales et de l'emploi ?

L’économie mondiale connaît actuellement sa pire récession de l’après-guerre. Les gouvernements doivent réagir avec force s’ils veulent limiter les coûts sociaux et économiques de la crise de l’emploi qui en découle. Première priorité, ils doivent veiller à ce que des garanties de ressources adéquates soient mises à la disposition de ceux qui perdent leur emploi et d’autres travailleurs qui en ont besoin. À condition de ne pas casser les incitations à retrouver un emploi, des prolongations temporaires des allocations de chômage ou la prise en charge de travailleurs atypiques peuvent s’avérer souhaitables dans certains pays, comme également l’extension judicieuse de prestations liées à l’exercice d’un emploi ou d’aides sociales de dernier ressort. Une seconde priorité consiste à étoffer les programmes actifs du marché du travail efficaces afin de fournir à des chercheurs d’emploi en plus grand nombre l’assistance nécessaire pour un retour à l’emploi et d’atténuer le plus possible la progression du chômage de longue durée. Le noyau dur des aides à la recherche d’emploi doit être maintenu tout au long de la phase de repli économique. On peut toutefois accorder une plus grande attention à la formation, aux aides à l’embauche et à la création d’emplois dans le secteur public (et à d’autres formes d’initiations pratiques à l’emploi subventionnées) afin d’étayer les régimes d’activation et de s’assurer que les chercheurs d’emploi les moins bien placés ne se coupent pas du marché du travail. Il importe aussi de préserver une offre réelle de main-d’oeuvre et donc de résister à la tentation consistant à ouvrir grande la porte aux préretraites et aux pensions d’invalidité. Il ne faut en effet pas répéter des erreurs passées qui, une fois commises, se sont avérées difficiles à réparer. Les réponses initiales des pays de l’OCDE à la crise semblent respectueuses, pour l’essentiel, de ces principes, mais il est trop tôt pour évaluer leur aptitude, en dernier ressort, à aider les travailleurs à essuyer la tempête. Une interrogation demeure aussi quant à l’ampleur de l’extension des politiques actives du marché du travail face à l’augmentation marquée du chômage.

French English

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error