Le coût élevé des faibles performances éducatives

Impact économique à long terme d'une amélioration des résultats au PISA

Malgré la volonté souvent réitérée d’améliorer la qualité de l’éducation, celle-ci se voit souvent reléguée derrière d’autres priorités de l’action publique. En effet, le nécessaire décalage temporel entre les investissements en matière d’éducation et leur rentabilisation peut conduire à sous-estimer la valeur et l’intérêt des améliorations apportées.

Ce rapport fait appel à de récentes modélisations économiques pour établir une relation entre les compétences cognitives – telles que mesurées par le PISA et d’autres instruments internationaux – et la croissance économique, démontrant ainsi que des améliorations relativement modestes des compétences de la population active peuvent avoir de fortes incidences sur le bien-être futur d’une nation. Il montre aussi que c’est la qualité des acquis scolaires et non la durée de la scolarité qui fait la différence. Un objectif modeste, consistant à relever de 25 points le score moyen de l’ensemble des pays de l’OCDE au PISA dans les 20 prochaines années, impliquerait un gain total du produit intérieur brut de l’OCDE de 115 000 milliards USD sur la durée de vie de la génération née en 2010. Ce gain pourrait même avoisiner les 260 000 milliards USD si d’autres objectifs plus ambitieux étaient retenus.

Même si ces projections comportent une part d’incertitude, les gains exprimés en produit intérieur brut courant dépassent largement la valeur de la gestion des cycles économiques à court terme. Il faut certes tenter d’agir sur les problèmes de récession économique, mais pas au détriment des considérations de long terme.

POUR EN SAVOIR PLUS

PISA 2006 : Les compétences en sciences, un atout pour réussir (OCDE, 2007)

LE PROGRAMME INTERNATIONAL POUR LE SUIVI DES ACQUIS DES ÉLÈVES (PISA) DE L’OCDE

PISA est le fruit d’un effort concerté entre 30 pays membres de l’OCDE et près de 30 pays et économies partenaires. Ce processus met en synergie l’expertise des pays participants. Il est dirigé par les gouvernements de ceux-ci et reflète leurs préoccupations communes en matière d’action publique. Parmi ses caractéristiques uniques, citons notamment :

Le concept de « culture » : PISA définit chaque domaine d’évaluation (la culture mathématique, la culture scientifique, la compréhension de l’écrit) non pas en termes d’assimilation du programme d’enseignement, mais en termes de connaissances et de compétences indispensables pour une pleine participation à la société.

L’engagement à long terme : PISA permet aux pays de suivre régulièrement leurs progrès sur la voie de l’accomplissement d’objectifs clés en matière d’enseignement.

La classe d’âge de la population évaluée : PISA évalue les connaissances et les compétences des élèves de 15 ans, c’est-à-dire des jeunes qui approchent du terme de leur scolarité obligatoire. Cette démarche permet de fournir des indications probantes sur les performances des systèmes d’enseignement.

La pertinence de l’apprentissage tout au long de la vie : PISA ne se limite pas à évaluer les connaissances et les compétences des élèves, il demande également à ceux-ci de rendre compte de leur propre expérience : leur motivation à l’idée d’apprendre, l’image qu’ils ont d’eux-mêmes et les stratégies d’apprentissage qu’ils privilégient.  

French English