1887

La réforme dans un système fragmentaire

L'enseignement supérieur en Bosnie-Herzégovine

Institutional Management in Higher Education

La guerre qui a eu lieu de 1992 à 1995 en Bosnie-Herzégovine a creusé d’importantes divisions ethniques dans des structures universitaires déjà morcelées où chaque faculté jouissait d’une indépendance académique et financière considérable. A leur tour, les facultés, conformes à la tradition humboldtienne, se composaient de « chaires » et d’instituts semi-autonomes. Ce niveau de l’organisation avait vu son autonomie s’accroître au cours de l’ère communiste, en vertu du principe « d’autodétermination » caractéristique de la Yougoslavie et destiné à renforcer l’autonomie des unités opérationnelles. Cette fragmentation du niveau institutionnel est encore intensifiée dans la Bosnie-Herzégovine actuelle par l’absence, au niveau national, de toute planification ou contrôle efficace de l’enseignement supérieur.

Les efforts de réformes entrepris après la guerre par les organismes internationaux ont abordé quelques-uns des problèmes posés par cette structure fragmentaire. Mais ils n’ont pas suffisamment tenu compte des différences entre les principes théoriques sur lesquels se fondent les universités de Bosnie-Herzégovine et ceux de la tradition anglo-américaine qui inspirent le plus souvent les modèles de réforme de la gestion. En essayant de mieux comprendre les schémas traditionnels de l’organisation universitaire, on pourra sans doute amener les projets d’aide à rendre plus efficace la gestion institutionnelle et à inverser quelques-uns des effets les plus nocifs d’une fragmentation qui agit à plusieurs niveaux.

French English

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error