1887

La constitution en société de l'université nationale au Japon

Premières réactions des nouvelles organisations universitaires

Institutional Management in Higher Education

En avril 2004, toutes les universités nationales, qui étaient jusque là des organisations juridiquement subordonnées au MEXT (ministère de l’Éducation, de la Science, des Sports et de la Culture), se sont vu octroyer la personnalité juridique et sont devenues des organisations universitaires nationales. Du fait de cette transformation, chaque université nationale bénéficie d’une plus grande autonomie vis-à-vis du gouvernement en ce qui concerne l’utilisation du budget (dotations globales), les questions de personnel (recrutement, nominations, salaires, etc.), l’organisation interne, etc., bien qu’elle continue à être jusqu’à un certain point régie par les réglementations gouvernementales, notamment en ce qui concerne l’importance du recrutement et les droits de scolarité. Chaque université nationale, désormais dégagée des réglementations strictes imposées par le gouvernement, devrait développer sa propre individualité et se distinguer dans certains domaines.

L’article examinera surtout les premières réactions des organisations universitaires nationales nouvellement créées. Sur la base d’observations récentes concernant les universités nationales (organisations universitaires nationales), on montrera comment ces dernières ont précisé leurs objectifs et leurs plans stratégiques, et aussi comment elles ont structuré leur organisation et l’ont dotée de personnel afin de réaliser les objectifs et plans stratégiques. Certaines universités ont connu de sérieux problèmes lorsqu’il a fallu préparer la constitution en société, notamment en ce qui concerne les processus de prise de décision, la répartition des compétences entre la présidence et les départements, et le personnel. On analysera ensuite les problèmes découlant de la constitution en société des universités, et on présentera pour conclure certains des grands problèmes auxquels elles sont confrontées, ainsi que les orientations qui pourraient éventuellement être prises par les universités nationales et le gouvernement dans la société du savoir.

French English

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error