1887

Réformes économiques 2011

Objectif croissance

image of Réformes économiques 2011

Après la récession la plus profonde que le monde ait connue depuis la Grande Dépression, une reprise est en cours, mais elle reste trop tributaire des actions de relance macroéconomique et a été insuffisante jusqu’ici pour résorber le chômage élevé et persistant observé dans beaucoup de pays. Objectif Croissance 2011 met en évidence les réformes structurelles nécessaires pour rétablir la croissance à long terme au lendemain de la crise. Pour chaque pays de l’OCDE et, pour la première fois, pour les six principaux pays émergents (Afrique du Sud, Brésil, Chine, Inde, Indonésie et Russie), cinq domaines prioritaires de réforme sont identifiés où il semblerait le plus efficace d’agir pour assurer une croissance soutenue au cours de la prochaine décennie. L’analyse montre que nombre de ces réformes pourraient aussi contribuer à l’effort indispensable d’assainissement budgétaire et faciliter la réduction des déséquilibres mondiaux de balance courante.

Les indicateurs internationalement comparables présentés ici permettent aux pays d’évaluer leurs performances économiques et leurs politiques structurelles dans un large éventail de domaines. En outre, cette publication comprend trois chapitres analytiques couvrant : les politiques du logement ; l’efficacité des systèmes de santé ; etles liens entre les politiques structurelles et les déséquilibres de balance courante.

French English

.

Les multiples dividendes des réformes structurelles

La reprise économique mondiale est en cours depuis quelque temps déjà mais elle reste faible et inégale. Les économies de marché émergentes connaissent une forte croissance, tandis que dans les pays de l’OCDE la croissance n’a pas permis de réduire le chômage significativement par rapport à son pic d’après crise, avec tous les coûts humains et sociaux que cela implique. Les déséquilibres mondiaux de balances des paiements se creusent à nouveau. La croissance mondiale post-récession sera-t-elle durable ? La reprise induite par l’action des pouvoirs publics n’a pas encore totalement fait place à une croissance auto-entretenue et riche en emplois, notamment dans les économies avancées. En outre, les marges de manoeuvre des politiques macroéconomiques sont faibles, tant dans le domaine budgétaire que dans le domaine monétaire. Les politiques monétaires ont été poussées à leurs limites, et les budgets publics doivent être assainis – de fait, la plupart des gouvernements des pays de l’OCDE prévoient des restrictions budgétaires en 2011 et au-delà. Par ailleurs, la récession a laissé des traces profondes qui, tout en étant difficiles à quantifier précisément, se traduisent dans la plupart des économies avancées de l’OCDE par des pertes de production appelées à persister pendant plusieurs années.

French English

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error