1887

Réformes économiques 2010

Objectif croissance

image of Réformes économiques 2010
Le monde est aujourd’hui confronté aux conséquences de la crise financière la plus grave qu’il ait connue depuis la Grande Dépression. Objectif croissance 2010 examine les mesures de politique structurelle qui ont été prises en réponse à la crise, évalue les effets qu’elles pourraient avoir sur la croissance économique à long terme et identifie les réformes les plus urgentes pour renforcer la reprise. Ce rapport présente en outre un bilan global des réformes mises en œuvre dans les pays de l’OCDE au cours des cinq dernières années pour stimuler l’emploi et accroître la productivité du travail. Les réformes examinées concernent l’éducation, la réglementation des marchés de produits, les politiques agricoles, les systèmes d’imposition et de transfert, la santé et les politiques du marché du travail. Les indicateurs présentés ici, internationalement comparables, permettent aux pays d’évaluer leur performance économique et leurs politiques structurelles dans un large éventail de domaines. Le raport comporte en outre trois chapitres analytiques consacrés aux thèmes suivants : la mobilité sociale intergénérationnelle, la réglementation prudentielle et la concurrence dans le secteur bancaire. les principaux défis auxquels sont confrontés l’Afrique du Sud, le Brésil, la Chine, l’Inde et l’Indonésie.

French English

.

Réglementation prudentielle et concurrence dans le secteur bancaire

trouver le bon dosage

La stabilité et la concurrence sont toutes les deux souhaitables pour le bon fonctionnement du secteur bancaire. L’importance de la stabilité du secteur bancaire a été mise en évidence par la récente crise financière, tandis que les avantages de la concurrence en termes d’efficience de l’intermédiation financière et d’accès des entreprises et des ménages à des financements ne sont plus à démontrer. S’appuyant sur des indicateurs relatifs à différents aspects de la réglementation bancaire prudentielle avant la crise, l’analyse présentée dans ce chapitre ne relève que peu d’éléments permettant de conclure à un conflit entre les deux objectifs de stabilité et de concurrence, hormis en ce qui concerne l’effet anticoncurrentiel d’une réglementation très stricte de l’entrée sur le marché et de la propriété du capital. Une autorité de supervision forte semble même renforcer la concurrence, car il apparaît qu'elle pourrait potentiellement réduire le coût du crédit pour les emprunteurs.

French English

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error