1887

2004 Perspectives économiques de l'OCDE, Volume 2004 Numéro 2

image of Perspectives économiques de l'OCDE, Volume 2004 Numéro 2

Évaluation par l’OCDE en décembre 2004 des évolutions et perspectives économiques. Outre les analyses économiques et données statistiques habituelles, ce numéro présente des articles examinant les évolutions des cours du pétrole, et le comportement de l’épargne et l’efficacité de la politique budgétaire.

French German, English

.

Évolutions dans certaines économies non membres

Le rythme de croissance du commerce extérieur en Asie s’est considérablement infléchi au premier semestre de 2004, sous l’influence d’un durcissement des politiques économiques en Chine, mais il s’est légèrement repris au cours du second semestre. Ce rebond a été suffisant pour garantir que la croissance de la production en Chine ne ralentira pas cette année. En 2005, l’augmentation des prix du pétrole pèsera de manière particulièrement forte sur ce groupe d’économies. Parallèlement, l’inflation risque de repartir quelque peu, en particulier hors de Chine, et cette évolution va sans doute accroître les pressions en faveur d’une modification des politiques de taux de change dans un certain nombre de pays. L’Amérique du Sud devrait afficher un taux de croissance supérieur à 4 pour cent en 2004. Au Brésil, la croissance reste particulièrement forte et l’économie est devenue moins vulnérable aux chocs extérieurs. Sur l’ensemble de la région, on observe un rééquilibrage de la croissance entre les différents secteurs. Les investissements privés et la consommation privée se reprennent, et sont aujourd’hui les principaux moteurs de la croissance, devant les exportations nettes. L’inflation devrait rester contenue. Les importations ont fait un bond au premier semestre dans les principales économies, mais partaient d’un niveau modeste, et elles devraient continuer à augmenter plus rapidement que les exportations. L’excédent de la balance courante devrait donc se contracter en 2005-2006. En Russie, la croissance, dopée par le pétrole, devrait se maintenir à des taux relativement élevés, grâce à une demande intérieure très dynamique et à une politique budgétaire expansionniste. Toutefois, la croissance devrait marquer le pas sur la période couverte par les prévisions, en partie sous l’effet conjugué du ralentissement de la croissance des exportations en volume et d’une hausse rapide des importations. Une érosion de la confiance dans le déroulement futur de la réforme structurelle de l’action publique pourrait également peser sur la croissance de l’investissement. Cela étant, le niveau élevé des cours du pétrole et d’autres produits de base profitera à la Russie comme aux autres nouveaux États indépendants producteurs d’hydrocarbures. La croissance russe aura également des répercussions bénéfiques sur les autres États de la région qui dépendent dans une large mesure des échanges avec la Russie et, dans certains cas, des envois de fonds en provenance de ce pays. En Europe du Sud-Est, la croissance, fortement tributaire des évolutions qui vont intervenir au sein de l’Union européenne, devrait se poursuivre, mais à des taux bien inférieurs à ceux observés dans les nouveaux États indépendants. ...

French English

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error