1887

2003 Perspectives économiques de l'OCDE, Volume 2003 Numéro 2

image of Perspectives économiques de l'OCDE, Volume 2003 Numéro 2

Deux fois par an, les Perspectives économiques de l’OCDE analysent les grandes tendances qui marqueront les deux prochaines années. Cette édition couvre les perspectives jusqu’à la fin de 2005 et examine les politiques économiques requises pour favoriser une croissance forte et durable dans les pays membres. Les évolutions dans certaines grandes économies non membres de l’OCDE sont également étudiées. Complétées par un large éventail de statistiques internationales, les Perspectives constituent un incomparable outil d’information sur l’économie mondiale.

Au-delà des thèmes traités régulièrement, on trouvera également dans cette édition trois chapitres analytiques abordant un certain nombre de questions liées à la formulation et à la conduite de la politique budgétaire :

• Dans quelle mesure la politique budgétaire a-t elle exercé un effet stabilisateur ou déstabilisateur sur l’activité économique dans la zone OCDE au cours des deux dernières décennies ? Quels facteurs économiques, institutionnels et politiques ont façonné les évolutions observées ?

• Comment les relations entre les différents niveaux d’administration influent elles sur l’efficacité du secteur public ? Quels sont les avantages et inconvénients économiques de la décentralisation et les tendances dans ce domaine, et comment peut on l’organiser de façon optimale ?

• Quelles sont les réformes nécessaires pour freiner la croissance des dépenses publiques tout en augmentant leur rapport coût efficacité ? Comment améliorer les pratiques en matière de procédure budgétaire et de gestion publique ?

French German, English

.

Suède

L’économie a connu une expansion modérée en 2003, la croissance de la production restant un peu inférieure à son taux potentiel. Les perspectives devraient s’améliorer en 2004 et 2005, la demande extérieure étant appelée à se redresser et les dépenses des ménages et l’investissement des entreprises devant s’accélérer. Bien que le risque inflationniste immédiat lié aux négociations salariales collectives du printemps 2004 se soit dissipé, les accords pourraient se traduire en définitive par une réduction de la durée du travail, en limitant ainsi la croissance potentielle. Il ne serait pas souhaitable de stimuler davantage l’activité par un assouplissement de la politique budgétaire ou monétaire. Il faudrait maintenir l’excédent structurel actuel et durcir progressivement la politique monétaire à mesure que l’expansion prendra de l’ampleur...

French English

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error