1887

2002 Perspectives économiques de l'OCDE, Volume 2002 Numéro 2

image of Perspectives économiques de l'OCDE, Volume 2002 Numéro 2

Deux fois par an, les Perspectives économiques de l’OCDE analysent les grandes tendances qui marqueront les deux prochaines années. Ce numéro couvre les perspectives jusqu’à la fin de 2004 et examine les politiques économiques nécessaires pour promouvoir une croissance forte et durable dans les pays membres. Les évolutions dans certaines grandes économies non membres de l’OCDE sont également étudiées en détail.

Au-delà des thèmes traités régulièrement, on trouvera également dans ce numéro quatre chapitres consacrés à des questions importantes : la détérioration des finances publiques dans la plupart des pays de l’OCDE, comment on peut  augmenter le taux d’activité des travailleurs âgés, les avantages que pourraient retirer les pays de l’OCDE de réformes visant à promouvoir la concurrence sur les marchés de produits, et pourquoi l’inflation dans certaines grandes économies à faible croissance n’a pas suffisamment baissé pour compenser les taux d’inflation plus élevés ailleurs dans la zone euro.

French German, English

.

Corée

Le dynamisme de la consommation privée a alimenté une reprise après le ralentissement de 2001. A la faveur d’une remontée de la demande extérieure, la croissance de la production devrait se maintenir aux alentours de 6 pour cent jusqu’en 2004. Le taux de chômage est inférieur à 3 pour cent, et bien que l’inflation se soit stabilisée aux environs de 3 pour cent, une hausse à deux chiffres des salaires et une forte poussée des prix des logements assombrissent les perspectives dans ce domaine.

Compte tenu des tensions naissantes sur les marchés du travail et de l’immobilier, pour atteindre l’objectif d’inflation à moyen terme de 2½ pour cent, il faudra inverser progressivement la détente des intérêts à court terme survenue en 2001. La privatisation des banques publiques est importante pour promouvoir la réorganisation des entreprises et couvrir au moins partiellement le coût de la restructuration du secteur financier. Une politique budgétaire prudente s’impose pour absorber les coûts restants.

French English

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error